Hambourg : un port so smart... (2) : maritime mais aussi fluvial

 |   |  988  mots
Situé à 130 kilomètres du littoral, Hambourg est à la fois un port maritime et fluvial. Une situation qui lui permet d'irriguer un vaste corridor économique qui plonge au coeur de l'Allemagne et de l'Europe centrale et orientale. Mais il est aussi une partie intégrante de la ville de Hambourg sur laquelle il est largement ouvert.

150 000 emplois directs à Hambourg et dans sa région, 20,6 milliards d'euros de valeur ajoutée par an, 750 millions d'euros de revenus pour la ville de Hambourg, 130 millions de tonnes de fret, 9 millions de containers dont 3,6 millions vers ou en provenance de Chine, les chiffres du port de Hambourg (deuxième ville d'Allemagne), disent assez le rôle qu'il joue aujourd'hui dans le développement du commerce extérieur de l'Allemagne, mais aussi de l'Europe du nord, de l'ouest et du centre. Le port de Hambourg gère en effet entre 35 et 80% du fret à destination ou en provenance de Pologne, de la République Tchèque, de Hongrie, d'Autriche, d'Allemagne et du Danemark. L'une des caractéristiques essentielles de ce port est qu'il est totalement imbriqué dans la ville. Aujourd'hui plus que jamais il en est le c?ur, de la même façon qu'il était au centre de la cité tout au long de son histoire.

Pour les dirigeants du port, qui ont lancé un grand programme de développement, baptisé Hambourg 2025, l'objectif est de créer le premier « smart port » du monde, un ensemble d'installations, d'équipements et de matériels reliés entre eux par des infrastructures informatiques et de communications les plus avancées. « Nous créons notre propre cloud grâce auquel nous sommes capables de gérer l'ensemble des trafics du port, y compris les trafics terrestres, routiers ou ferroviaires, le relevage des ponts, la modélisations des marées et des hautes eaux » explique Jens Meier, directeur général de la Hamburg Port Authority. Grâce à un simple smartphone, les conducteurs de camions sont guidés presque automatiquement vers leurs points de chargement. Des investissements importants sont également en cours dans le domaine de l'indépendance énergétique, afin que le port puisse produire lui-même l'énergie dont il a besoin, en recourant aux éoliennes (on en compte déjà près d'une dizaine sur le site actuel) mais aussi à l'énergie solaire et à la géothermie. La grande ambition des dirigeants du port est de parvenir en 2015 à s'équiper d'installations de stockage d'électricité sur lesquelles planchent notamment les équipes de Siemens. Hambourg est d'ailleurs devenue une sorte de « cluster » consacré aux nouvelles technologies dans le domaine de la construction navale, de la logistique et de l'hydrologie.

Dans une période où la tendance mondiale est à la densification progressive des zones littorales, la situation du port de Hambourg, à 130 kilomètres à l'intérieur des terres, pourrait constituer un handicap pour son développement futur. Jens Meier balaie cette remarque sans hésitation. « Le fait d'être à cette distance du littoral est un avantage considérable, compte tenu de la géographie de cette partie de l'Europe. Nous économisons à nos clients le coût des 100 premiers kilomètres à l'intérieur des terres », dit-il, « puisque les plus gros bâtiments de commerce, y compris les navires d'une capacité de 16 000 EVP (nombre de conteneurs de vingt pieds transportés) peuvent remonter l'Elbe jusqu'au c?ur de Hambourg. »

Le port est relié à son hinterland par un réseau de liaisons ferroviaires et fluviales qui irrigue de vaste territoires, jusqu' au sud de l'Europe. Ainsi, toutes les six heures, un train de marchandises emporte une centaine de containers vers Prague, sans parler des flux très importants qui circulent entre Hambourg, Munich, Vienne (la firme autrichienne Red Bull fait transiter presque toutes ses exportations par Hambourg) ou Stuttgart. En fait, Hambourg a construit « son » corridor au travers de l'Europe centrale et orientale, comme Rotterdam a construit le sien le long du Rhin. Toutes les études montrent d'ailleurs que dans les années qui viennent, c'est autour des grands ports de la mer du nord (Anvers, Rotterdam, Brême, Hambourg...) que se concentreront l'essentiel des investissements en Europe, y compris au titre du Trans European Network, ne serait-ce que pour des raisons géographiques et topographiques, les flux logistiques s'accommodant mal de franchir des cols ou de déplacer des montagnes.... Et comme dans le passé, le développement de Hambourg reposera encore de façon significative sur la Chine. C'est en 1731 qu'un bateau venant de l'Empire du Milieu s'ancre pour la première fois sur l'Elbe. Aujourd'hui un container sur trois traités dans le port est « chinois ». Plus de 400 entreprises chinoises sont implantées à Hambourg et leur nombre ne cesse de croître.

Qu'est devenu l'ancien port, largement rénové et agrandi au cours de la deuxième moitié du XIXème siècle, avec la constriction de ces séries d'immeubles de briques rouges, qui sont encore aujourd'hui la « marque » de Hambourg ? Il fait l'objet d'une rénovation de grande ampleur, autour de deux quartiers, celui de Speierstadt, l'ancienne zone des magasins de stockage des marchandises, dont les bâtiments abritent aujourd'hui des entreprises de high-tech ou de publicité, tandis que des immeubles d'habitation de grand standing ont vu le jour sur les anciens docks. Et celui de Hafen City, un quartier neuf en cours d'édification, où la créativité des architectes trouve à s'employer et dont les bâtiments les plus symbolique aujourd'hui sont le siège d'Unilever et l'immeuble de l'ElbPhilarmonie qui dressent leurs façades de verre et d'acier face aux installations du port industriel, qui s'étendent à perte de vue.

Et en dépit du bruit, du trafic, des grands travaux, les autorités du port tiennent à ce qu'il demeure cher au c?ur des Hambourgeois. D'où la volonté d'en faire un espace aussi ouvert que possible, que l'on peut même visiter en vélo grâce à un parcours aménagé de 45 kilomètres. Des outils de communication grand public ont été mis en place comme une chaîne de télévision dédiée, Hafen TV. « Le port est au centre de la ville, les habitants aiment cette atmosphère et nous voulons que les Hambourgeois demeurent en contact permanent avec leur port » confie Jens Meier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :