Wall Street évite le pire, le Dow Jones reste sous les 10.000 points

 |   |  792  mots
Le Dow Jones repasse sous la barre des 10.000 points, pour la première fois en quatre ans.
Wall Street a limité ses pertes ce lundi après avoir plongé dans le sillage des Bourses européennes. Le Dow Jones termine sous la barre des 10.000 points, pour la première fois en quatre ans. L'indice phare de la Bourse de New York perd ainsi 3,58% à 9.9562 points, le Nasdaq cède 4,34% à 1.863 points et le S&P 500 recule de 3,85% à 1.057 points.

Wall Street s'est bien repris en fin de séance, évitant de connaître la même journée noire qu'en Europe. Après avoir plongé de plus 7%, les indices new-yorkais ont nettement réduit leurs pertes en fin de séance. Le Dow Jones reste toutefois sous la barre des 10.000 points, pour la première fois en quatre ans. L'indice phare de la Bourse de New York perd ainsi 3,58% à 9.9562 points, le Nasdaq cède 4,34% à 1.863 points et le S&P 500 recule de 3,85% à 1.057 points.

Mais le pessimisme est encore de mise sur les places américaines en dépit de l'adoption et de la promulgation immédiate du plan Paulson vendredi soir. L'intervention de la Réserve fédérale ce lundi, qui a augmenté de 300 milliards de dollars sa ligne de refinancement aux banques, n'a également pas rassuré les marchés. D'autant plus que JPMorgan estime que les pertes liées au marché du crédit pourraient atteindre 1.700 milliards de dollars. L'extension de la crise financière en Europe et les inquiétudes sur l'activité mondiale minent également le moral des investisseurs.

Du côté des valeurs, Wachovia perd 6,92% à 5,78 dollars. Son sort est désormais dans les mains des autorités américaines, qui tentent d'aboutir à un compromis entre Citigroup et Wells Fargo. Les deux établissements convoitent en effet la quatrième banque américaine en termes d'actifs. Lundi dernier, Citigroup (-5,12% à 17,41 dollars) avait annoncé le rachat d'une partie des activités de Wachovia mais Wells Fargo (-2,66% à 33,64 dollars) avait surenchéri vendredi pour racheter la totalité de sa concurrente. Alors que Citi a porté l'affaire devant la justice et réclame pas moins de 60 milliards de dollars de dommages et intérêts, les trois groupes  ont finalement convenu lundi d'observer une trêve juridique jusqu'à mercredi.

Bank of America recule de 6,55% à 32,22 dollars. La banque de Caroline du Nord a annoncé le règlement d'un contentieux juridique lié à des prêts à risques émis par Countrywide Financial, l'ancien numéro un du crédit immobilier outre-atlantique racheté par BoA le 1er juillet. Cet accord concerne près de 400.000 emprunteurs et pourrait dépasser 8,6 milliards de dollars.

Les autres valeurs financières sont globalement mal orientées en ce début de semaine. Goldman Sachs recule de 3,12% à 124 dollars, Morgan Stanley perd 1,76% à 23,50 dollars et JPMorgan cède 4,14% à 44 dollars.

L'assureur Hartford Financial grimpe en revanche de 12,77% à 30,90 dollars. Le groupe a annoncé ce lundi l'entrée d'Allianz dans son capital. Le numéro un européen de l'assurance va investir 2,5 milliards de dollars, dont 750 millions de dollars en actions préférentielles convertibles en actions ordinaires, au prix de 31 dollars par titre.

MetLife gagne 5,20% à 44,32 dollars. Le numéro un américain de l'assurance-vie avait nettement reculé ces derniers jours alors que les marchés spéculaient sur une éventuelle faillite. Du coup, l'action est sous-évaluée, selon l'hebdomadaire Barron's qui estime que le cours pourrait gagner plus de 50% dans les prochains mois.

Alors que les cours du pétrole poursuivent leur repli, sous la barre des 90 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), les valeurs pétrolières sont à la baisse. Exxon Mobil perd 0,80% à 77,32 dollars, Chevron cède 3,20% à 76,84 dollars et ConocoPhillips recule de 2,12% à 64,74 dollars.

Le géant américain de l'aluminium Alcoa recule de 5,87% à 18,11 dollars. UBS a fortement abaissé ce lundi son objectif de cours sur le titre, passant de 46 à 25 dollars.

Sur le secteur automobile, Ford plonge de 8,89% à 3,69 dollars. Le deuxième constructeur américain, dont les ventes sont en chute libre outre-atlantique, a vu la note de sa dette dégradée par Fitch, passant de B- à CCC. L'agence de notation estime que Ford va avoir besoin de lever des fonds ou de vendre des actifs dans les prochains mois pour faire face à la contraction du marché automobile. Son concurrent, General Motors, perd 5,78% à 8,48 dollars.

ImClone gagne 2,99% à 66,90 dollars. Le groupe de biotechnologies va être racheté par Eli Lilly pour 6,5 milliards de dollars, soit 70 dollars par action. Le laboratoire pharmaceutique recule ce lundi de 7% à 38,42 dollars. Bristol-Myers Squibb perd 5,43% à 19,32 dollars. Le groupe convoitait également ImClone mais son offre hostile de 62 dollars par action avait été rejetée.

eBay recule de 6,18% à 17,77 dollars. Le premier site d'enchère en ligne a annoncé ce lundi l'acquisition de la société Bill-Me-Later, spécialisée dans le crédit immédiat, pour 945 millions de dollars. Le groupe va également racheter le groupe danois de petites annonces Den Bla Avis pour 390 millions de dollars. eBay a par ailleurs fait savoir qu'il allait réduire ses effectifs de 10%, soit environ 1.000 emplois.

Enfin, Coca-Cola cède 3,14% à 50,92 dollars. Deutsche Bank est passée d'"acheter" à "conserver" sur le leader mondial des boissons non alcoolisées, évoquant une baisse des anticipations de volumes et aussi une hausse des prix prévue par les embouteilleurs.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :