Wall Street en légère hausse après les chiffres immobiliers

 |   |  705  mots
Les places américaines ont légèrement progressé mardi, profitant du bond des promesses de ventes de logements. A la clôture, le Dow Jones gagne ainsi 0,22% à 8.741 points, le Nasdaq progresse de 0,44% à 1.837 points et le S&P 500 s'adjuge 0,20% à 945 points.

Wall Street a terminé en légère hausse mardi, au lendemain d'un bond de 3%, qui a permis au S&P 500 de clôturer à son plus haut niveau en sept mois. Les marchés ont bien accueilli la forte progression des promesses de ventes de logements, dont la publication fait suite à une série de mauvais indicateurs pour le secteur immobilier américain. En revanche, les investisseurs sont restés prudents à l'égard des valeurs financières, après l'annonce de trois augmentations de capital, pour un montant de 7,7 milliards de dollars.

A la clôture, le Dow Jones gagne ainsi 0,22% à 8.741 points, le Nasdaq progresse de 0,44% à 1.837 points et le S&P 500 s'adjuge 0,20% à 945 points. Le Dow Jones est passé brièvement en séance au dessus de son niveau de clôture du 31 décembre dernier.

Sur le front des statitisques, les promesses de ventes de logements ont donc bondi de 6,7% en avril, par rapport au mois de mars, selon les chiffres publiés ce mardi par l'association nationale des agents immobiliers. Les économistes n'avaient anticipé qu'une hausse modérée de 0,5%, après la progression de 3,2% enregistrée au mois de mars.

Du côté des valeurs, Morgan Stanley prend 0,37% à 30 dollars. La banque d'investissements a annoncé ce mardi son intention de procéder à une augmentation de capital afin de rembourser les 10 milliards de dollars reçus de l'Etat américain dans le cadre du plan Tarp. L'établissement espère lever 2,2 milliards de dollars par le biais de cette opération. Une clause de surallocation de 5% est également prévue en cas de forte demande. Le mois dernier, les autorités américaines avaient enjoint Morgan Stanley à renforcer son capital à hauteur de 1,8 milliard de dollars pour être suffisamment bien armée pour faire face à la dégradation de l'activité.

Bank of America prend 1,78% à 11,41 dollars après avoir indiqué qu'elle avait quasiment levé l'intégralité des 33,9 milliards de dollars réclamés par l'Etat américain après les résultats des stress tests. La première banque américaine a procédé ces dernières semaines à plusieurs opérations pour accroître ses fonds propres, notamment une augmentation de capital de 13,5 milliards de dollars et la vente pour 7,3 milliards de dollars d'actions de la banque chinoise China Construction Bank.

JPMorgan chute pour sa part 4,46% à 34,50 dollars. La banque va procéder à une augmentation de capital de 5 milliards de dollars pour rembourser au plus vite les aides gouvernementales. Le remboursement des 25 milliards de dollars reçus dans le cadre du Tarp pourrait même intervenir au cours du mois. JPMorgan faisait partie des neuf établissements jugés suffisamment capitalisés par les régulateurs. De même, American va lever 500 millions de dollars sur les marchés. L'action recule de 4,92% à 24,71 dollars.

Ford prend4,57% à 6,41 dollars. Les ventes du deuxième constructeur automobile américain ont atteint en avril leur plus haut niveau depuis juillet 2008. Elles ont certes reculé de 24% par rapport à avril 2008, mais elles ont progressé de 20% sur un mois. En outre, les analystes misaient sur un repli de 29% de ses immatriculations. Notons par ailleurs que General Motors, le premier constructeur automobile américain, a été retiré de la cote du New York Stock Exchange, sur lequel ses titres s'échangeaient depuis 1916 après son placement lundi sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.

Texas Instruments abandonne 1,33% à 20,09 dollars. Barclays a pourtant relevé ce mardi ses prévisions de résultats pour le deuxième fabricant mondial de semi-conducteurs. Les analystes de l'établissement britannique tablent désormais sur des bénéfices par action (BPA) de 65 cents en 2009 et de 1,12 dollar en 2010. Les précédentes estimations s'élevaient respectivement à 54 et à 94 cents. Par ailleurs, le groupe estime qu'une reprise du marché des semi-conducteurs devrait avoir lieu l'an prochain, après une chute attendue cette année.

Pepsi Bottling prend 2,89% à 34,17 dollars. Le principal embouteilleur de PepsiCo a revu à la hausse ses estimations de bénéfices pour son deuxième trimestre. Il attend un BPA compris entre 70 et 74 cents sur la période, contre une précédente fourchette allant de 65 à 69 cents. Pour l'ensemble de l'année, les objectifs ont été relevés de 10 cents, désormais compris entre 2,30 et 2,40 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :