Areva sanctionné après la perte du méga-contrat nucléaire aux Emirats Arabes Unis

 |   |  345  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Areva est le seul des quatre industriels français à voir son titre sanctionné par les marchés à la suite de la perte du méga-contrat nucléaire à Abou Dhabi.

Areva a été malmené ce lundi dans un marché toujours orienté à la hausse. Le certificat d'investissement du groupe public nucléaire recule de 1,84% à 344,40 euros pour signer la plus forte baisse du SBF120.

Les investisseurs sanctionnent la perte d'un très gros contrat aux Emirats arabes unis de 20 milliards de dollars pour la fourniture de quatre centrales nucléaires, un des plus importants depuis plusieurs années. L'offre du consortium (incluant Samsung, Hyundai, Doosan Heavy Industries, Westinghouse, Toshiba) dirigé par la compagnie sud-coréenne publique Kepco a été préférée à celle de l'équipe française qui regroupait Areva, EDF, GDF Suez, Total, Vinci et Alstom.

La plupart des acteurs de la filière nucléaire française se battaient pour ce méga-contrat depuis deux ans. En janvier 2008, Areva, GDF Suez et Total avaient annoncé leur candidature dans le cadre d'une alliance inédite. Puis en mai dernier, EDF avait été appelé à la rescousse afin de renforcer les chances de succès du projet français.

Cet échec constitue un dur revers pour la filière nucléaire française et notamment pour Areva. Son réacteur de type EPR, jugé trop cher, a handicapé l'offre française à travers les déboires du chantier de l'EPR en Finlande. Les réserves émises en novembre par les autorités de sécurité nucléaires britannique, française et finlandaise sur le système de "contrôle-commande" du réacteur pourraient aussi avoir desservi la candidature tricolore.

La position d'Areva, et de sa présidente Anne Lauvergeon, est donc de plus en plus fragile alors que l'Elysée, très impliqué dans ce méga-contrat, réfléchit sur une refonte de la filière nucléaire française. Le nouveau patron d'EDF, Henri Proglio, est également bien décidé à refaire de l'électricien le nouveau chef de file du secteur nucléaire en France.

En Bourse, seul Areva a été le seul industriel sanctionné ce lundi. Les titres GDF Suez (+1,85% à 29,93 euros), Total (+0,82% à 45,37 euros) et EDF (+1,23% à 41,41 euros) terminent tous la journée dans le vert.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :