Le CAC 40 se stabilise au-dessus des 3.600 points

 |   |  599  mots
La volatilité a été le maître mot de la Bourse de Paris ce mardi. Si le marché parisien a signé une nouvelle séance de hausse - le CAC 40 clôturant sur un gain de 0,15% à 3.612,76 points -, les investisseurs sont néanmoins restés très fébriles, toujours préoccupés par la dette souveraine de certains pays de la zone euro, Grèce en tête. Avant le sommet européen prévu jeudi, des sources évoquent déjà une aide de l'Union européenne.

Le secteur bancaire a repris des couleurs, constituant ainsi un des principaux soutiens du marché. Le compartiment a été porté par de nouveaux espoirs sur une initiative de l'Union européenne en faveur de la Grèce. BNP Paribas avance de 1,81% à 48,31 euros, Société Générale de 1,96% à 39,56 euros, Crédit Agricole de 0,97% à 10,40 euros. En revanche, Dexia recule pour sa part de 0,71% à 4,18 euros sur des prises de bénéfices après avoir signé une belle séance la veille.

Vallourec signe la meilleure performance du CAC 40 avec un bond de 2,65% à 126,10 euros, porté par un relèvement de recommandation de JPMorgan Chase. Technip profite quant à lui de rachats à bon compte (+2,42% à 49,81 euros).

Le secteur automobile a aussi été très entouré avec une nette progression pour Renault (+2,05% à 33,30 euros), porté par les bons résultats de son partenaire japonais Nissan et à l'inverse la chute de Faurecia (-5,18% à 13,54 euros) après la publication de ses résultats. L'équipementier automobile, filiale de PSA Peugeot Citroën, a annoncé une perte de 433,6 millions d'euros en 2009 et prévoit un retour aux bénéfices cette année. L'année 2010 s'annonce toutefois contrastée avec un second semestre qui pourrait s'annoncer délicat. De son côté, Peugeot prend 1,65% à 22,31 euros alors que le constructeur doit publier ses comptes annuels mercredi.

Hors CAC 40, Nyse Euronext affiche une progression de 1,71% à 17,20 euros. Le marché a salué le redressement des comptes au quatrième trimestre 2009.

Unibail-Rodamco sanctionné

A l'inverse, Unibail-Rodamco chute de 6,04% à 144,80 euros après la publication lundi soir des résultats annuels de la foncière. Les performances pour 2009 sont globalement conformes aux attentes mais le marché sanctionne la prudence affichée pour 2010.

Le marché a été surtout tiré vers le bas par le recul de deux poids lourds du CAC 40 : Total a subi des prises de bénéfices après son bond lundi. Le titre du groupe pétrolier perd 0,88% à 40,53 euros. De son côté, Sanofi-Aventis baisse de 0,6% à 52,66 euros alors que le groupe pharmaceutique a annoncé le succès de son OPA sur l'américain Chattem. Il en détient 89,8%. Le groupe pharmaceutique publiera par ailleurs mercredi en avant-bourse ses résultats annuels.

Hors CAC 40, Ubisoft (-1,46% à 9,83 euros) est affecté par les perspectives décevantes de son concurrent et actionnaire, Electronic Arts. Par ailleurs, le groupe de jeux vidéo a publié après la clôture du marché un chiffre d'affaires de 495 millions d'euros au troisième trimestre 2009-2010, en baisse de 2,7%.

Toujours au chapitre des publications, Euro Disney a déçu avec l'annonce d'un chiffre d'affaires en baisse de 10% pour son premier trimestre 2009-2010. L'action recule de 3,8% à 4,56 euros.

Nouvelles tensions sur l'euro

Altran Technologies a continué d'être sanctionné au lendemain d'un plongeon de près de 10% à la suite de la publication d'un chiffre d'affaires décevant. Le titre recule encore de 1,42% à 3,74 euros.

Carbonne Lorraine décroche pour sa part de 2,32% à 23,74 euros. Le Fonds stratégique d'investissement et la Caisse des dépôts ont annoncé ce mardi être montés à plus de 10% du capital du groupe d'équipements électriques, devenant ainsi le deuxième actionnaire du groupe derrière Axa qui en détient 16%.

Enfin, pour les marchés pétroliers, les cours du brut sont en forte hausse : le baril de WTI s'échange contre 73,59 dollars et le baril de Brent à 72 dollars. Côté devises, l'euro bondit en fin de soirée alors que des sources gouvernementales citées par l'agence Ruetres évoquent une aide de l'Union européenne à la Grèce. Alors que la monnaie européenne s'était stabilisée à 1,37 dollar, elle évolue désormais au-dessus de 1,38 dollar (1,3812 dollar).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :