Wall Street déçue par les commentaires de la Fed

 |   |  703  mots
Les places américaines sont repassées dans le rouge ce mercredi après la publication du livre Beige de la Fed, déçues par les termes employés.

Wall Street est repartie à la baisse ce mercredi, ne poursuivant donc pas son rebond de la veille. Le retournement de tendance a coïncidé avec la publication du traditionnel livre Beige de la Réserve fédérale. Les marchés escomptaient des commentaires plus optimistes sur l'état de santé de l'économie américaine. En outre, les valeurs pétrolières, dont le poids dans les indices est très important, ont terminé en nette baisse alors que BP pourrait être contraint de réduire son dividende pour faire face aux conséquences financières de la marée noire dans le Golfe du Mexique.

A la clôture, le Dow Jones perd 0,41% à 9.899 points, le Nasdaq recule de 0,54% à 2.159 points et le S&P 500 cède 0,60% à 1.056 points.

L'activité économique s'est améliorée aux Etats-Unis en mai... mais de manière "modeste", a indiqué ce mercredi soir la Réserve fédérale. "L'activité économique a continué de s'améliorer depuis le dernier rapport sur les douze régions, même si bon nombre d'entre elles ont décrit le rythme de croissance comme étant modeste." La banque centrale américaine constate un mieux dans la consommation des ménages ainsi que dans les dépenses des entreprises sur fond d'un léger mieux sur le marché du travail. Mais plusieurs responsables de l'institution se sont inquiétés sur le possible impact de cette crise sur l'activité américaine.

Du côté des valeurs, Bank of America recule de 2,09% à 15,01 dollars après avoir annoncé ce mercredi la vente de sa participation de 24,9% dans Santander Mexico, la filiale mexicaine de la banque espagnole Santader. La première banque américaine va récupérer 2,5 milliards de dollars dans cette opération, qui devrait être finalisée au cours des trois prochains mois. Bank of America avait acquis cette participation en 2003 pour 1,6 milliard. les autres valeurs bancaires sont également mal orientées: JPMorgan perd 1,75% à 37,12 dollars et Morgan Stanley cède 1,80% à 25,13 dollars.

Texas Instruments cède 0,59% à 23,74 dollars. Le deuxième fabricant américain de semi-conducteurs a pourtant resserré vers le haut ses fourchettes de prévisions annuelles. Le groupe mise désormais sur un bénéfice par action (BPA) allant de 60 à 64 cents sur l'ensemble de son exercice (contre 56-64 cents précédemment) et sur un chiffre d'affaires compris entre 3,45 et 3,59 milliards de dollars (contre 3,31-3,59 milliards). Ces nouvelles estimations sont légèrement plus optimistes que celles des opérateurs, qui tablent respectivement sur 61 cents et sur 3,47 milliards de dollars.

Au chapitre des résultats, Take-Two a fait état d'un bénéfice net de 17 millions de dollars au titre de son deuxième trimestre. Par action et hors exceptionnels, cela représente 34 cents, là où les analystes escomptaient seulement 26 cents. En revanche, son chiffre d'affaires est légèrement décevant, à 268 millions de dollars contre 281 millions attendus. L'éditeur de jeux vidéo a par ailleurs revu à la hausse ses perspectives annuelles: sa perte annuelle devrait être comprise entre 10 et 30 cents alors que sa précédente fourchette d'estimation allait de 40 à 60 cents. Les marchés misaient jusqu'à présente sur un déficit de 39 cents. Mais le titre plonge de 7,70% à 9,71 dollars.

Ciena s'adjuge 0,78% à 13,95 dollars. Le fabricant d'équipements réseaux a accusé un déficit bien moins important que prévu au deuxième trimestre, perdant 90 millions de dollars sur la période. Hors exceptionnels, cette perte ressort en effet à 13 cents par action contre un consensus de 26 cents. Son chiffre d'affaires s'est élevé à 253,5 millions de dollars, là où les analystes avaient anticipé 268 millions.

Enfin, Sprint Nextel prend 0,44% à 4,61 dollars après avoir indiqué qu'il avait surestimé les ventes enregistrées par le HTC Evo, premier smartphone fonctionnant sur le réseau 4G aux Etats-Unis. Le troisième opérateur téléphonique américain a fait état mardi de ventes records lors du premier jour de commercialisation, ce qui avait fait grimper son action de près de 3%. Le groupe assure cependant que les performances commerciales du téléphone restent solides. Les marchés espèrent toujours que Sprint va pouvoir renouer avec la croissance de son chiffre d'affaires et mettre un terme à la baisse de son nombre d'abonnés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :