Carmat entre tambour battant en Bourse

 |   |  350  mots
Concepteur d'un cœur artificiel total présenté comme "le plus avancé au monde", la société française s'est introduite ce mardi sur Alternext. En Bourse, le titre s'envole de plus de 17%.

Carmat, une jeune société française qui s'est fait connaître en développant un coeur artificiel novateur, a été introduite en Bourse ce mardi au prix de 18,75 euros, soit une capitalisation boursière de 71,3 millions d'euros.

Une opération qui se déroule avec succès puisque le titre de la société s'envole dans la matinée de 17,87% à 22,10 euros. Sa capitalisation boursière atteint désormais 83,98 millions d'euros.

L'opération, qui intervient sur le segment Alternext de Nyse-Euronext Paris, doit permettre à la société d'obtenir les fonds nécessaires pour lancer en 2011 les premières expérimentations du coeur entièrement articiel sur l'homme avant une commercialisation prévue en 2013.

L'offre dans le cadre de l'émission de 827.000 actions nouvelles, soit une levée de fonds de quelque 15,5 millions d'euros, a fait l'objet d'un placement auprès des investisseurs institutionnels. Pour ces derniers, 82,4% des actions émises leurs sont proposées et le reste est destiné aux particuliers.

Carmat développe une prothèse qui fonctionne comme un coeur naturel tout en ayant l'aspect de cet organe. Elle est issue d'une longue collaboration entre les équipes médicales du professeur Alain Carpentier et des ingénieurs du groupe EADS, qui ont apporté leur savoir-faire issu de l'industrie aéronautique. Ce coeur fait de composants électroniques et de matériaux microporeux constitue une alternative crédible à la transplantation cardiaque.

Marché potentiel de 16 milliards

L'insuffisance cardiaque est la première cause de décès dans les pays développés alors que seulement 4.000 transplantations sont réalisées chaque année dans le monde pour quelque 100.000 patients en attente de greffe.

La société, qui a reçu dès sa création le soutien du fonds public Oseo sous la forme d'une aide remboursable de 33 millions d'euros, estime le potentiel total du marché à 16 milliards d'euros pour ce type de prothèse.

Actuellement, la plupart des prothèses cardiaques sont de conception américaine comme AbioCor, développée par la société Abiomed, cotée sur le Nasdaq américain, ou le projet Magscrew TAH (Total Artificial Heart).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :