Vente flash au rayon Carrefour

L'ex-patron de PSA a quitté son poste d'administrateur et de vice-président de Carrefour en raison d'un désaccord avec la stratégie du groupe et notamment après l'annonce des opérations de scission. Par ailleurs, Citigroupe a dégradé sa recommandation sur le titre. L'action a accusé le coup.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)

Jeudi, trois heures durant, Lars Olofsson, directeur général de Carrefour, s'est échiné à convaincre analystes et journalistes de la pertinence des introductions en Bourse de 100% de l'enseigne de hard discount Dia et de 25% de la foncière Carrefour Property en juillet. "Carrefour en ressortira plus concentré et plus véloce", a-t-il assuré. Le Suédois marchait sur des oeufs. Deux jours auparavant, à l'issue du conseil approuvant ces deux projets, Jean-Martin Folz a démissionné de son poste d'administrateur et de vice-président.

Par ailleurs, dans le sillage de la publication des résultats annuels 2010 et des perspectives 2011, Citigroup a dégradé sa recommandation et son objectif de cours. De "neutre", l'intermédiaire est passé à vendre, son objectif de cours est dorénavant de 30 euros contre 37 précédemment. L'action a accusé le coup. Plus forte baisse du CAC 40 durant toute la séance, il affichait un recul de 4,37 % à la clôture.

Carrefour avance des "raisons personnelles". Mais, en fait, selon nos informations, l'ancien patron de PSA a ainsi voulu faire part de son refus de voir aboutir le grand Meccano que Colony Capital avait monté dès son entrée au capital de Carrefour, avant de le remiser fin 2008.

Jean-Martin Folz, entré précisément au conseil en 2008, s'était "déjà plusieurs fois opposé à ces types d'opérations sans intérêt stratégique", rapporte un ancien membre du directoire. L'entourage de Jean-Martin Folz confirme que sa démission le 1er mars, jour de ce conseil historique, "n'a rien d'anodin".

Standard & Poors n'est lui non plus pas dupe. L'agence de notation a abaissé la note à long terme de Carrefour à BBB+, contre A?. Ces scissions refléteraient "le souci grandissant de mieux rémunérer les actionnaires et limitent la flexibilité financière du groupe", juge-t-elle. Les analystes financiers d'Esperito Santo y voient, eux, une "opération cosmétique". Car Carrefour promet les 4,09 milliards d'euros, qu'il tirera de ces deux "spin-off ", à ses seuls actionnaires, sous forme de dividende exceptionnel. Ils ne viendront pas gonfler les budgets d'investissement du numéro deux mondial de la distribution. Certains analystes s'en étonnent.

"Notre capacité d'investissement est de 2,3 milliards d'euros en 2011. Nous n'avons aucun problème de financement", répond Pierre Bouchut, directeur financier. L'objectif est donc bien strictement actionnarial, aux bénéfices notamment de Colony Capital et Groupe Arnault qui détiennent 20% des droits de vote : les actionnaires de référence de Carrefour devraient toucher environ 570 millions d'euros à l'issue de l'opération, selon nos calculs. Juliette Garnier

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.