Les réassureurs vacillent en Bourse

 |   |  269  mots
Copyright Reuters
Dans le sillage du tremblement de terre de ce matin au Japon et du Tsunami qui a suivi, les réassureurs plongent en Bourse. Les investisseurs craignent que les dégâts entraînent un coût plus élevé que lors du dédommagement du tremblement de terre de Kobé en 1995.

Les valeurs européennes de l'assurance et de la réassurance sont en net repli vendredi en matinée, plombées par le séisme survenu au large de la côte nord-ouest du Japon, le plus violent dans le pays depuis 140 ans.

L'indice sectoriel STOXX 600  dévissé de 2,08% vers 10h15. Hannover Re et Swiss Re , deux des principaux réassureurs exposés à l'économie nippone, chutaient respectivement de 5,28% et 3,54%. A Paris, Scor SE abandonnait 5,17% à 19,255 euros et à Francfort, Munich Re cédait 4,28%. Du côté des assureurs, Axa reculait de 2,04% et Allianz 2,14%.

Le séisme de magnitude 8,9 a déclenché un tsunami de 10 mètres qui tout balayé sur son passage. Il dépasse en intensité le grand séisme de Kanto, d'une magnitude de 7,9, qui fit 140.000 morts en 1923 et celui de Kobé en 1995 qui avait atteint une magnitude de 7,2 et fait plus de 5.000 morts.

Selon des documents de Swiss Re, le tremblement de terre de Kobé avait coûté au secteur de la réassurance 3,5 milliards de dollars pour des dégâts totaux estimés à près de 100 milliards.
Contacté par Reuters, le porte-parole de Swiss, Tom Armitage, a indiqué qu'il était "encore trop tôt pour dire quel sera l'impact", ajoutant qu'il fallait habituellement une à deux semaines avant de pouvoir se prononcer.

Jeudi, le réassureur Munich Re a déclaré que les demandes de dommages et intérets avaient beaucoup augmenté depuis le début de l'année en raison d'une série de catastrophes naturelles et menaceraient son objectif annuel de bénéfice si elles ne diminuaient pas au cours des trimestres à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :