La Bourse de Paris marque le pas en attendant la Fed

 |   |  665  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
En hausse une grande partie de la journée grâce aux valeurs bancaires, le marché parisien a finalement misé sur la prudence avant le discours très attendu du patron de la Fed, Ben Bernanke à Jackson Hole vendredi.

Longtemps ce jeudi, la Bourse de Paris a paru vouloir signer une quatrième séance de hausse. Finalement, le CAC 40 a terminé sur un repli de 0,65% à 3.119,00 points. La tendance s'est renversée en fin d'après-midi dans la foulée de la baisse des marchés américains alors que des rumeurs circulent sur une possible fermeture de Wall Street vendredi tout ou une partie de la journée en raison de la tempête Irène.

Les investisseurs ont également préférer opter pour une position prudente à la veille de la réunion de la Fed à Jackson Hole, Etats-Unis. Les investisseurs espèrent des annonces du patron de la Réserve fédérale américaine Ben Bernanke sur le lancement d'un prochain programme d'assouplissement monétaire (QE3). Pour beaucoup d'analystes, cela semble toutefois loin d'être acquis.

En revanche, le marché parisien a pu profiter de plusieurs publications de résultats, notamment celle de Crédit Agricole. Dans son ensemble, le secteur bancaire a d'ailleurs été le principal facteur de soutien de la cote. 

Valeurs en baisse

Les valeurs défensives concentrent les plus fortes baisses sur le CAC 40. Lanterne rouge, Vivendi cède 3,34%, comme Suez Environnement (-2,5%), GDF Suez (-1,95%), Danone (-1,83%) ou encore France Télécom (-1,71%).

Alcatel-Lucent a aussi souffert avec un repli de 3,26%. Le titre reste néanmoins une des rares valeurs du CAC 40 à progresser depuis le début de l'année (+7,7%).

Total, première pondération du CAC40, a pesé sur la tendance du marché avec un repli de 1,36%. Selon le Financial Times, les grandes majors pétrolières auraient décidé de rompre leurs liens commerciaux avec la Syrie alors que l'Union européenne se prépare à imposer un embargo.

Valeurs en hausse

Crédit Agricole a caracolé toute la journée en tête du CAC 40 pour grimper de 4,81% à 6,51 euros. La valeur a pris jusqu'à plus de 10% en séance. Les investisseurs sont ravis alors que la banque verte, qui avait lancé fin juillet un avertissement sur ses résultats à cause de la crise de la dette grecque, a finalement annoncé ce jeudi un bénéfice net supérieur aux attentes au deuxième trimestre. La charge exceptionnelle sur la Grèce a été moins importante qu'initialement annoncée. Par ailleurs, Crédit Agricole a aussi démenti une information de la Lettre de l'Expansion selon laquelle il pourrait consacrer 1,5 milliard d'euros à la recapitalisation de ses filiales du sud de l'Europe, dont la banque grecque Emporiki.

La banque verte a entraîné dans son sillage les autres valeurs bancaires. BNP Paribas grimpe de 2,74%, Société Générale de 2,59%, et Natixis de 1,41%.

Hors CAC 40

Gemalto s'envole de 6,33% après avoir annoncé une forte croissance de ses ventes semestrielles. Dans le même secteur, Ingenico a gagné dans la foulée 2,8%.

Les résultats de Bureau Veritas ont aussi été bien accueillis (+1,14%). La société de certification a fait état d'un résultat net ajusté en hausse de 10% à 164,2 millions d'euros au premier semestre, une marge opérationnelle à 16%, et a confirmé prévoir une forte progression du chiffre d'affaires et des résultats en 2011.

Edenred a également profité de la publication de ses résultats (+1,58%).  L'ancienne filiale d'Accor a annoncé des résultats semestriels et des objectifs annuels en ligne avec les attentes des analystes, le dynamisme de l'activité en Amérique latine continuant à doper les bénéfices du groupe.

A l'inverse, Compagnie des Alpes (-2,87%) et Euro Disney (-4,24%) signent les plus fortes baisses du SRD après que le gouvernement a annoncé le relèvement de la taxe sur les billets d'entrée dans les parcs à thème français.

Devises et pétrole

L'euro s'affaiblit un peu par rapport au dollar, à 1 euro pour 1,4373 dollar.

Sur les marchés pétroliers, les cours du brut sont en légère baisse. Le baril de WTI s'échange contre 84,22 dollars et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 110,01 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :