L'interdiction des ventes à découvert prolongée

 |   |  482  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les régulateurs boursiers en Italie, en France et en Espagne ont décidé de prolonger l'interdiction de ces pratiques. Retrouvez la liste des 10 valeurs financières concernées en France. Reste que ces mesures ne sont pas toujours efficaces...

L'interdiction des ventes à découvert, émise le 12 août dernier afin de limiter la forte volatilité des marchés, a été prolongée jeudi en France, tout comme en Italie, en Espagne et en Belgique. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a précisé qu'elle réexaminerait sa position d'ici la fin septembre.

Cette interdiction a été mise en place le 11 août par les quatre pays pour tenter d'enrayer l'extrême volatilité des valeurs financières. L'interdiction avait été décidée pour 15 jours, avec la possibilité de la prolonger.

L'AMF précise dans un communiqué qu'elle réexaminera "avant fin septembre" cette mesure, en coordination avec les régulateurs européens concernés. "Dans l'intervalle, l'AMF continuera à surveiller étroitement les marchés et leurs évolutions", explique le régulateur français. "L'objectif étant de lever cette interdiction dès que les conditions de marché le permettront et, dans la mesure du possible, de façon coordonnée."

Pour rappel, les ventes à découvert sont un pari sur la baisse des cours et consistent à emprunter des titres pour les revendre en espérant les racheter ultérieurement moins cher et empocher la plus-value.

L'interdiction a été initialement instaurée pour une durée de 15 jours en Italie, en France et en Espagne et ne concerne qu'une liste de valeurs financières.

Dans le détail :

1) En Belgique, quatre titres financiers étaient déjà concernés pour une période indéterminée.Rien ne change, donc.

2) En Espagne, l'interdiction est poursuivie jusqu'au 30 septembre.

3) En Italie, l'interdiction est également poursuivie jusqu'au 30 septembre, confirmant les informations du journal Il Messaggero. Le gendarme de la Bourse (Consob) examinera la levée de l'interdiction ou adoptera d'autres mesures en fonction des conditions de marché.

En France, l'AMF a communiqué après la clôture de la Bourse sur l'interdiction des ventes à découvert. Le collège du gendarme boursier a prolongé l'interdiction des prises de position courte nette sur une liste de valeurs financières françaises (ventes à découvert). Si les conditions ne sont pas réunies, cette interdiction pourrait se prolonger jusqu'au 11 novembre 2011 au plus tard.

Les valeurs concernées :

- April Group

- Axa

- BNP Paribas,

- CIC,

- CNP Assurances,

- Crédit Agricole,

- Euler Hermès,

- Natixis,

- Scor

- Société Générale.

Techniques pour contourner

Reste que les traders ont différents moyens de contourner ce genre d'interdictions. Lorsque pendant la crise "Lehman", la vente à découvert avait été interdite sur les valeurs bancaires, une technnique consistait à vendre à découvert des instruments reproduisant le CAC40 et à acheter toutes les sociétés du CAC40... sauf les bancaires. Un moyen, donc, de vendre à découvert les valeurs bancaires.

Plusieurs autres techniques financières existent et sont tout à fait légales.

Et vous ? Pensez-vous que ces interdictions soient vraiment efficaces ? Donnez votre avis dans l'espace "Commentaires"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2011 à 14:48 :
Les ventes à découvert visent essentiellement à spéculer : si l'on veut lutter contre la spéculation, il faut donc interdire définitivement toutes les ventes à découvert, ce qui ne gênera pas les opérations de couverture qui elles, notamment pour les entreprises, sont surveillées et doivent être adossées à des opérations réelles (voir normes IFRS).
Cqfd....
Réponse de le 30/08/2011 à 17:14 :
....et vous faites comment ?
Réponse de le 30/08/2011 à 17:15 :
....et vous faites comment ?
a écrit le 26/08/2011 à 12:47 :
Pas sympa de changer les règles du jeu en cours de partie .... pas très sport.
a écrit le 26/08/2011 à 12:45 :
L'interdiction des ventes à découvert est un premier pas. Ce serait encore mieux s'il y avait interdiction du prêt de titres. Ca ce serait un coup dur pour la spéculation boursière. Avez vous réfléchi à qui prétait ces actions? les dépositaires, sans le consentement ni des épargnants, ni des investisseurs. Formidable non? On vous demande d'épargner en actions et on autorise votre dépositaire à les préter à votre insu à des gens qui vont s'ingénier à en faire baisser le cours. C'est de l'abus de confiance et attentatoire à l'ordre public. A quand le premier procés civil et pénal contre les banques dépositaires et les SICAV qui se prètent à ce jeu de c....?
a écrit le 26/08/2011 à 12:05 :
1/ la Société Générale propose des "put warrant" y compris sur ... la société générale. L'achat d'un tel put permet de constituer une position similaire à une vente à découvert de Société Générale. Cela alimente les commissions perçues par la Société Générale.
2/ des put société générale sont échangés sur le LIFFE (Euronext Paris)
3/ des CDF société générale sont proposés par différents intermémédiaires
4/ acaht d'un CAC40 bear et vente à découvert des titres du CAC40 pour lesquels c'est autorisé (par différence vous avez une position à découvert pourtant théoriquement interdite)
a écrit le 26/08/2011 à 7:15 :
La solution interdire toute vente à découvert.
Jouer avec ce que l'on n'a pas, c'est vraiment prendre un risque si grand que le joueur ne peut l'assumer.
a écrit le 26/08/2011 à 6:44 :
L'interdiction des ventes à découvert est inefficace pour plusieurs raisons.

1) L'interdiction ne concerne que 4 pays sur 193 donc pénalise les actionnaires italiens, français, belges, espagnols. Et parmi ces actionnaires principalement les petits porteurs qui, à la différence des institutions financières, fonds, ne peuvent contourner l'interdiction sauf à avoir un compte-titre hors de ces 4 pays.

2) L'interdiction indique clairement que ces sociétés ont des problèmes

3) L'interdiction est une mesure saugrenue car elle interdit de spéculer à la baisse sur les actions mais pas à la hausse. Or, le cours de bourse d'une action fluctue à la baisse comme à la hausse. Ce faisant, interdire aux investisseurs d'anticiper une baisse et de se placer en conséquence est une aberration économique.

L'interdiction des ventes à découvert peut uniquement se justifier en cas d'extrême urgence c'est-à-dire en cas de risque systémique. Mais pour être efficace, elle doit être appliquée dans tous les pays sans possibilité de contournement.
a écrit le 25/08/2011 à 19:46 :
comment voulez-vous faire confiance a un banquier et à ses traders puisque l'appât du gain est tellement fort qu'ils détournent la loi par tous les moyens;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :