Les places européennes soutenues par le compartiment bancaire

 |   |  463  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans la foulée de vendredi, les marchés européens ont clôturé en forte hausse ce lundi. Le rebond des valeurs bancaires participe amplement à ce mouvement ainsi que les spéculations sur une éventuelle baisse des taux directeurs de la BCE.

Après un début hésitant, les Bourses européennes ont finalement clôturé la journée en forte hausse. Le marché table sur un soutien politique au secteur bancaire et spécule sur une possible baisse des taux de la Banque centrale européenne afin de soutenir l'économie de la zone euro.

A la clôture en Europe, le Dax s'appréciait de 2,87 %, l'Ibex de 2,56 %, le FTSE Mib 3,32 %. Seul le Footsie se démarquait avec une moindre hausse de 0,5 %. Les indices paneuropéens étaient également bien orientés à l'image de l'Eurostoxx qui s'octroyait 2,83 % tandis que le Stoxx 600 progressait de 4,09 %.

De son côté, l'euro a connu une séance très volatile, repassant au-dessus de 1,35 dollar après avoir touché un plus bas de huit mois à 1,3361 dollar. A la clôturé des marchés d'actions européens, 1 euro s'échangeait contre 1,3408 dollar.

L'indice bancaire en Europe a bondi de 3,8 % tandis que celui de l'assurance grimpait de 6,37 %. En France le compartiment bancaire est effectivement bien orienté avec des gains de plus de 8 % pour Axa, de 4 % pour BNP Paribas et de près de 5 % pour Société Générale.

Vers une baisse des taux de la BCE ?

"Le sentiment que l'Etat est là pour soutenir les banques, si besoin est, explique le rebond, même si les banquiers disent qu'ils n'en ont pas besoin", estime Frédéric Rozier, gérant chez Meeschaert Gestion privée. Il ajoute que le mouvement est technique et de court terme sachant que les grandes banques
françaises se traitent à un niveau qui correspond à 20% à 30% de leurs fonds propres.

Selon le Journal du Dimanche, l'Etat aurait proposé 10 à 15 milliards d'euros aux banques françaises pour renforcer leurs fonds propres de la même manière qu'en 2008 mais le projet aurait été enterré en raison de l'opposition de BNP Paribas.

Les spéculations sur une éventuelle baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE) contribuent également à cette remontée des marchés. "C'est un mouvement assez inattendu. Les investisseurs ont peur d'être pris de court, en cas de baisse des taux de la BCE par exemple", souligne un trader parisien. Il estime en outre que le marché commence à montrer des signes de "vaccination" à court terme contre les mauvaises nouvelles.

Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a déclaré lundi que la possibilité que la BCE abaisse ses taux d'intérêt ne devait pas être exclue.

La publication d'un indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, qui a affiché sa troisième baisse consécutive en septembre, n'a pas rassuré les marchés sur la vigueur de l'économie.

Corollaire du rebond boursier, le rendement de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans se tend à 1,82 %, contre 1,75 % vendredi en fin de journée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :