Le CAC 40 signe une nouvelle séance de forte hausse grâce à la BCE

 |   |  568  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dans le sillage de la veille, le marché parisien a signé une séance de forte hausse, soutenu par les mesures de la BCE et les nouveaux appels à une recapitalisation des banques.

Une fois encore, l'indice vedette de la place parisienne a signé une forte hausse, jeudi. Après un bond de plus de 4 % la veille, le CAC 40 a conclu sur un gain de 3,41 % à 3.075,37 points.

Une nouvelle hausse alimentée par les mesures annoncées, ce jour, par la Banque centrale européenne. A l'occasion de la dernière conférence de presse de Jean-claude Trichet en tant que président de la BCE, l'instance monétaire a annoncé deux opérations de refinancement à volume illimité sur environ un an en octobre et en décembre, une poursuite des opérations sur six mois et une relance du programme de rachat d'obligations sécurisées, ce pour un montant de 40 milliards de dollars entre novembre 2011 et octobre 2012.

Dans ce contexte, l'annonce d'un statut quo des taux directeurs de la Banque centrale européenne n'a pas eu d'impact sur les marchés. Une décision en partie attendue par les investisseurs. Car s'il y a encore quelques jours, nombre d'économistes pariaient sur une baisse du fait de l'environnement économique et financier déterioré qui prévaut actuellement en zone euro, les derniers chiffres de l'inflation en fin de semaine dernière plaidaient pour un scénario inverse.

Par ailleurs, l'enthousiasme des investisseurs a également été soutenu par de nouvelles déclarations sur la recapitalisation du secteur financier en Europe. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso a renouvelé son appel à une recapitalisation coordonnée des banques. "Nous proposons que les Etats membres lancent une action coordonnée sur la recapitalisation des banques afin de les débarrasser des actifs toxiques qu'elles pourraient avoir", a-t-il dit lors d'un entretien télévisé.

De son côté, Angela Merkel qui n'a pas exclu de porter au plus haut niveau la question lors du prochain sommet européen à Bruxelles les 17 et 18 octobre, entend, selon le quotidien allemand Die Welt, convaincre Nicolas Sarkozy d'aller dans ces sens. Par ailleurs, alors que le FMI évaluait mercredi entre 100 et 200 milliards d'euros les besoins en recapitalisation des banques européennes, les ministres de Finances européens ont, selon le Financial Times, demandé au régulateur bancaire européen (EBA) de procéder à une évaluation de l'impact qu'aurait une forte décote appliquée des obligations grecques sur les comptes des banques européennes.

Des annonces qui ont été bien accueillies par le marché au point d'occulter les mauvais chiffres de l'emploi aux Etats-Unis. Sur la semaine écoulée, les nouvelles inscriptions au chômage ont légèrement progressé outre-Atlantique à 401.000 demandes d'allocations.

Dans ces conditions, ce sont surtout les valeurs cycliques qui ont profité de ce courant acheteur. A l'image d'Accor qui, avec un gain de 8,81 %, signe la plus forte hausse du CAC 40. La même tendance a soutenu les titres Renault (+7,46 %), Lafarge (+7,18 %), PSA (6,91 %) ou encore Alstom (6,57 %).

Le compartiment financier n'est pas en reste avec BNP Paribas qui s'est octroyé 8,60 % et Axa (8,22 %).

A l'opposé,  seule une valeur a terminé dans le rouge à savoir Essilor (-0,55 %).

Sur le marché des changes, la monnaie unique s'est appréciée face au billet vert. A la clôture des marchés, un euro s'échangeait contre 1,3409 dollar. De leur côté, les cours du pétrole s'inscrivaient au même moment en légère hausse. Le baril de Brent de le Mer du Nord s'échangeait contre 103,18 dollars (+0,47 %) tandis que le WTI progressait de 0,80 % à 80,48 dollars.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2011 à 20:51 :
bonne nouvelle car il faut abolument éviter de trop de stabiliser sous les 3000 points...
Par contre je n'y crois pas trop à ces opérations de financement de la BCE... a suivre

<div style="display:none;"><a href="http://google.fr">Google</a></div>
a écrit le 06/10/2011 à 19:17 :
Vive la spéculation libre !!!!
Au moindre frémissement, ça penche d'un coté ou d'un autre ... c'est du grand n'importe quoi et à force ça fatigue vraiment....
Vivement que les taxes sur les spéculations boursières soient mises en place et que cela rapporte au moins un peu d'argent à nos finances !!!
Sinon ils faudrait tout simplement supprimer ces bourses qui ne servent à rien car les valeurs qui y sont répresentées ne sont que virtuelles...
a écrit le 06/10/2011 à 17:51 :
Sauf que toutes les tentaives ulterieures ont echoue, sauf que la Grece, l'Italie et l'Espagne ne feront pas les sacrifices necessaires parceque ces sacrifices sont irrealisables, sauf que les politiques et les responsables des banques centrales n'ont pas de solutions, sauf que le contibuable Europeen commence a en avoir assez, sauf que meme aux USA le bon peuple commence a se revolter. Attachez vos ceintures , mettez vos gilets de sauvetage et vendez vos actions, l'atterissage va etre rude.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :