Le CAC 40 rechute sous les 3.100 points

 |   |  542  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après avoir tenté de signer une quatrième hausse consécutive, le CAC 40 a été plombé par la mauvaise orientation de Wall Street.

Le seuil des 3.100 points n'aura pas tenu. Après avoir hésité en tout début de séance, le CAC 40 a bien tenté de signer une quatrième hausse consécutive à la faveur du succès rencontré par l'adjudication italienne à six mois et deux ans à des taux en forte baisse. Mais peine perdue. L'orientation baissière de Wall Street a éteint toute velléité positive. Au final, l'indice phare de la place parisienne a terminé sur un recul de 1,03% à 3.071,08 points.

A l'origine de la mauvaise orientation de la place américaine, les inquiétudes liées aux inquiétudes sur la zone euro après la publication du bilan de la Banque centrale européenne. Pour Kathleen Brooks, analyste de Forex.com et interrogé par l'AFP, le fait que le bilan est fortement grossi "pourrait impliquer que la BCE puisse se trouver à court de munitions alors même que la crise des dettes souveraines s'aggrave".

Un regain d'inquiétudes qui a fait passer au second plan la forte baisse des taux italiens enregistrée lors de l'adjudication de mercredi. Le trésor italien a réussi ce mercredi une adjudication à 6 mois et 2 ans. Rome a placé neuf milliards d'euros d'obligations à six mois avec un rendement de 3,251% soit deux fois moins élevé que celui exigé fin novembre. Sur l'échéance à 24 mois, l'émission a porté sur 1,733 milliard d'euros d'obligations zéro coupon. Le taux moyen concédé a été de 4,85% en forte baisse par rapport au record de 7,8% atteint lors de la précédente adjudication il y a un mois.

Un répit bienvenu pour Rome qui trouve son origine dans l'injection de liquidités bon marché par la Banque centrale européenne (BCE) et le nouveau plan d'austérité du pays. Pour autant, les analystes soulignent que les tensions sur les marchés pourraient rapidement revenir à la charge, et en particulier lors d'une adjudication test demain. L'Italie proposera jusqu'à 8,5 milliards d'euros d'emprunts à long terme. 

Sur le front des valeurs

Dans ce contexte, les valeurs cycliques étaient mal orientées à l'image de Renault (-3,62%), Arcelormittal (-3,19%) ou encore saint Gobain (-2,09%)

Sur le compartiment des bancaires, BNP Paribas a cédé 1,67% malgré l'annonce la création d'une coentreprise en Russie dans le crédit à la consommation avec Sberbank, la première banque russe, qui en détiendra 70%. Crédit Agricole a chuté de 3,05% et Société Générale 3,05%.

Plus forte hausse, Pernod Ricard (+0,64%) a profité de son statut de valeur défensive.

Hors CAC

Groupe Gorge a avancé de 1,28% après avoir annoncé le succès de son augmentation de capital pour un montant brut de 8,6 millions d'euros à l'issue de laquelle le Fonds stratégique d'investissement (FSI) fait son entrée dans son tour de table.

Séchilienne-Sidec (+7,17%) a confirmé ses anticipations pour 2011 et notamment une progression de 15% de l'excédent brut d'exploitation .

Pétrole et devise

La monnaie a violemment décroché face au billet vert et touché un plus bas sur un an. A la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,2916 dollars. Dans le même temps, les cours de l'or noir reculaient. Le baril de Brent de la mer du nord perdait 1,86% à 107,41 dollars tandis que celui de WTI rendait 1,61% à 99,72 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2011 à 18:25 :
L'Euro est une monnaie insupportable pour le
Dollar US
Le Yen
Le Yuang
Quand les coteurs auront compris que les bourses CE sont à la merci de ces Banks,nous aurons rejoint les Anglais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :