La France lève 8 milliards d'euros sans encombre

 |   |  264  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'Agence France Trésor (AFT) a annoncé ce jeudi avoir levé 7,963 milliards d'euros d'obligations, malgré une demande plus faible que les précédentes adjudications. Le taux d'emprunt de l'obligation de référence à dix ans s'est inscrit en légère hausse.

L'Agence France Trésor (AFT) a annoncé avoir levé 7,963 milliards d'euros d'obligations assimilables du Trésor (OAT),  à l'occasion de sa première émission de l'année, soit dans le haut de la fourchette de 7 à 8 milliards d'euros initialement évoquée. Cette émission portait sur des échéances 2021, 2023, 2035 et 2041. Malgré tout la demande a été plus faible que lors des précédentes émissions.

Le taux d'emprunt de l'obligation de référence à dix ans s'est inscrit en légère hausse : l'AFT a adjugé sur cette ligne 4,020 milliards d'euros au taux moyen pondéré de 3,29 % contre 3,18% lors de la dernière opération de même maturité le 1er décembre.

Il n'empêche que le "spread" - l'écart de taux - avec le bund allemand à dix ans est resté haut perché, à près de 142 points de base, son niveau le plus élevé depuis les convulsions de novembre qui l'avait porté à son haut niveau de l'histoire de l'euro à plus de 190 points de base.

Cette émission intervient au lendemain de la première émission allemande de l'année à 10 ans. Comme pour la France, les investisseurs ne se sont pas bousculer au portillon pour l'adjudication allemande de mercredi, Berlin n'ayant attiré que 5,14 milliards d'euros d'offres, à peine plus que son objectif de départ de 5 milliards d'euros.

Les investisseurs auront une autre occasion de prendre le pouls du marché obligataire cette après -midi. Ils attendent en effet la première adjudication du Fonds européen de stabilité financière (FESF) en 2012 qui entend lever 3 milliards d'euros à trois ans pour venir en aide à l'Irlande et au Portugal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2012 à 21:46 :
Attention à la conjugaison=> "les investisseurs ne se sont pas bousculer!!"
il faut écrire: les investisseurs ne se sont pas bousculés.
Je pensais que le recrutement des écoles de journalisme était d'un meilleur niveau....
a écrit le 05/01/2012 à 21:31 :
Pour comprendre la dette : http://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

La France n'a pas à payer pour la Dette Privée des Banquiers Irlandais via le Fonds européen de stabilité financière (FESF).
Quand on sait que l'Irlande est le passager clandestin de l'Europe et n'impose les bénéfices de ses sociétés qu'à 12 %, pendant que les petites sociétés françaises sont imposées à 33 % : on se moque de qui ? ce n'est plus supportable !!!
Réponse de le 06/01/2012 à 1:06 :
12% d'IS c'est la seule chose qui leur reste a nos amis Irlandais pour remonter la pente. Il est vrai qu'emprunter pour les autres pays parait bizarre. Mais les exclure aborteraient une plus grande crise. Si vous avez une meilleurs solutions, j'aimerai bien l'entendre.
a écrit le 05/01/2012 à 17:42 :
que de fautes...
a écrit le 05/01/2012 à 14:10 :
petit remarque a la tribune.

'...avoir levé 7,963 milliards d'euros d'obligations:'

en general on dit 'emis' pour les obligations et 'leve' pour le cash mais on ne leve pas des obligations. (peutetre certaines personnes utilisent ce genre d'expression mais dans ce cas cela voudrait dire qu'elles veulent acheter et non emettre donc vendre.)

Pour resumer:
L'AFT emet 7,963 milliards d'euros d'obligations pour lever 7,963 milliards d'euros.

Ca sonnerai plus juste si vous changier le mot leve par emis.

....avoir emis7,963 milliards d'euros d'obligations

Dans le doute referez vous a vos collegues du FT: raise et issue sont toujours employer dans ce sens.

Il y a beaucoup de confusion sur ce genre de sujet, surtout en ce moment donc je pense qu il est important d'utiliser les bonnes terminologies.

Cordialement






a écrit le 05/01/2012 à 13:32 :
de la manière médiatique de présenter les choses, sans encombres, mais cependant madame la Marquise, il faut que l?on vous dise, un tout petit rien.. un taux plus élevé et un ?spread? (ça fait claaaasse) plus élevé, la suite de la chanson à bientôt, chacun connaît la fin.
a écrit le 05/01/2012 à 13:19 :
Encore 170 milliards à lever à moyen et long terme en 2012 (dont plus de 100 milliards servent à faire de la cavalerie sur la dette ancienne), à condition que le déficit public n'augmente pas. A la moindre rupture sur les marchés, au moindre cygne noir, la fête des cigales sera finie ! En attendant, ces milliards sont autant d'argent qui n'ira pas dans l'investissement des entreprises pour créer des emplois. Cette dette inutile et insupportable est l'une des causes importantes du chômage en France. Nous sommes déjà trop taxés et l'Etat-providence obèse est trop endetté.
Réponse de le 05/01/2012 à 14:04 :
A quoi sert la Cour des Comptes??
A quoi servent les rapporteurs de l'Assemblée et du Sénat????
Vous pouvez toujours ecrire les Elus sont imperméables et cela de Pére en Fils ou Fille;
des castes puissantes,comme en <<Inde!!!!
a écrit le 05/01/2012 à 12:40 :
L'aurait peut être pu en lever 9 et m'en refiler un peu .
a écrit le 05/01/2012 à 11:54 :
Et cela continue comme si de rien n'était et comme si c'était une des choses les plus naturelles au monde que d'emprunter en s'étranglant de dettes. Honte à ce pays, sans aucune dignité !
Réponse de le 05/01/2012 à 13:12 :
@eiffel : 100% d'accord
Réponse de le 05/01/2012 à 13:44 :
La France 5eme mondiale en économie.
Fourastié/Sauvy au secours
Nous avons des cancres au pouvoir,va falloir que cela change.RDV en 5/2012
Réponse de le 05/01/2012 à 14:50 :
La France ne rembourse pas. Donc quand une OAT arrive a maturite une autre OAT est emise. En anglais on dit on 'roll' la dette. C'est comme emprunter pour acheter une maison ne jamais payer la valeur notionale du pret mais ne payer que les interets et lorsque le pret immobilier arrive a maturite aller voir une autre banque pour signer un nouveau pret du du meme montant ... c'est possible de faire cela pour les particuliers aux US par exemple, on parle de re-morgaging...
Ainsi on recoit le cash de la nouvelle banque avec le quel on paye la valeur nominale du pret a la banque qui a initialement pretee. Donc la dette n augmente pas mais elle passe d une banque a une autre.

La dette augment a chaque fois que le gouvernement vote la loi de finances... on a toujours un deficite qui varie entre 40 et 100 milliards d euros ou un peu plus. En claire on depense plus que ce qu on collecte en impot. Pour financer ce deficit ou payer ce qu on ne pouvait inialement pas payer car on n avait pas assez et bien on emprunte sur les marches.

Le fait que l'etat roll sa dette ou remorgage sa dette n est pas un probleme en soit car un etat a la difference d un invidu a une esperance de vie en theorie d au moins 100 ans donc nettement plus longue que les maturite de ce qu'il emet .... le probleme est l augmentation de la dette et de son cout , il y arrive un moment ou le cout en interet est tellement elever que les investisseurs se disent qu ils peuvent avoir un defaut de payment sur les interets et c'est la ou il paniquent et cessent de refinancer (cad cessent souscrire aux emissions).
Tout ca pour dire a Messieurs Eiffel et Perso qu'il faut qu ils gardent un oeil sur le vote de la loi de finances plutot que sur les adjudications si l augmentation de la dette les empechent de dormir...


Réponse de le 05/01/2012 à 15:43 :
merci mr pour vos explications que nous connaissons bien, mais dites-vous bien qu'il ne faut pas se mettre en situation extrême, mais réagir bien avant. Et il est déjà trop tard, les carottes sont cuites.
a écrit le 05/01/2012 à 11:23 :
Il faudra rembourser tôt ou tard. Le système va imploser, le tout est de savoir quand !
Réponse de le 06/01/2012 à 1:11 :
Pour rembourser il faudrait dire adieu aux prestations sociales genereuses (RSA, travailler plus longtemps et plus vieux, derembourser, eliminer ces aides inutiles, raboter les niches fiscales) mais cela les francais ne sont pas pret.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :