Alcoa en déficit au quatrième trimestre

 |   |  199  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alcoa a lancé ce lundi soir le bal des publications trimestrielles. Au titre du quatrième trimestre le géant américain a publié de lourde perte contre un bénéfice l'an passé à la même époque.

Alcoa, premier producteur d'aluminium américain, a publié lundi soir après la clôture des marchés américians une perte au titre du quatrième trimestre. Le géant de l'aluminium a été contraint, face à la chute des cours des métaux, d'inscrire une charge pour réduire la production, tandis que les marchés demeurent moroses.

La perte pour les activités maintenues s'est élevée à 193 millions de dollars (151 millions d'euros), soit 18 cents par action, contre un bénéfice de 172 millions de dollars, soit 15 cents par action, l'année précédente.

Hors charges pour restructuration, ou autres charges exceptionnelles, la perte est de 34 millions de dollars, soit trois cents par action, précise le groupe.

Le chiffre d'affaires a progressé de 6% à 6 milliards de dollars en dépit d'un recul des cours de l'aluminium de 6% au quatrième trimestre et de 18% sur l'année.

Pour 2012, le producteur d'aluminium prévoir une progression de la demande d'environ 7%, en repli par rapport à la hausse de 10 % dde 2011. en cause, principalement la conjoncture économique en europe.

A la clôture de Wall Street, donc avant la publication de ces résultats, le titre a terrminé sur une hausse de 2,95%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2012 à 8:56 :
Pour Alcoa voici une petite histoire, entre aluminium et fluorure de sodium "fluor si cher à nos dentifrices", il faut passer à la caisse un jour...
Le mérites du fluor nous ont été vantés comme jadis on eut promu les savons au radium. Le monde est si habitué au produit miracle, que, depuis les années 1930, afin de favoriser la santé dentaire de ses citoyens, l'eau de grandes villes américaines comme New York City ou Boston est fluorée. Comment cela a t il pu arriver? Faisons un peu d'histoire.

Dès le début de la seconde moitié du XIXe siècle, les industries lourdes avaient identifié parmi leurs déchets l'acide fluorique (H-F), comme étant un des plus dangereux, provocant notamment la décalcification des dents des enfants habitant aux alentours. Le fluor fut donc considéré de prime abord comme un dangereux poison. Des règles et des contraintes sur son utilisation apparurent, poussant l'industrie à réagir. Parmi elles, l'Aluminium Company of America (ALCOA) fut une des plus touchées, l'aluminium naturel se présentant souvent sous forme de cryolithe, alliant aluminium, sodium et fluor, et donne, une fois l'aluminium extrait, du fluorure de sodium, extrêmement toxique (il sert principalement dans la mort au rat). Devant la quantité énorme de poison produite, l'ALCOA réagit en noyautant les institutions.

Ainsi, de 1921 à 1933, le secrétaire du Département au Trésor (duquel dépendait le Service de Santé Publique) n'était autre qu'Andrew W. Mellon, un des principaux actionnaires de l'ALCOA. Les études sur les fluorures furent étonnament conduites par le "Mellon Institute", fondé avec son frère, et confiées au docteur Kehoe, lui aussi membre de l'USPHS. L'industrie controlait la recherche privée et les institutions publiques, et eut vite les mains libres pour rentabiliser ses fluorures. L'USPHS pu distribuer des bourses aux dentistes, les rendant dépendants, et les dangers du fluor, comme la fluorose (qui détruit les dents) furent vite oubliés.

Enfin, ce fut autour de l'American Dental Association d'être subventionnée, et l'on eut droit aux études indiquant que "les dents qui se désagrrègent ont moins de caries que les autres". L'ALCOA passa ensuite aux mains de la maison Rockefeller, et en 1945, Oscar Ewing, ancien salarié de l'ALCOA, devint administrateur du Département fédéral de la Santé. C'est ainsi que fut décidée la fluoration de l'eau aux USA. D'autant qu'entre temps, les stocks de poison avaient encore été augmentés par l'emploi du fluor dans la production d'Uranium... Les études contradictoires, comme celles du "Fluoridation demonstration Project", furent bien entendu passées sous silence.

Vous me direz, il s'agit là d'une énième attaue du complexe militaro-industriel sur notre santé à des fins de profit. Mais cela va encore plus loin. Car un peu avant 1945, un autre gouvernement avait décidé de fluorer l'eau de ses camps: le gouvernement nazi.

En effet, les nazis n'hésitèrent pas à utiliser le fluor, dans leur quête du bon aryen, tout d'abord pour stériliser les populations. Mais surtout, ils se rendirent compte, grâce aux études de la tristement célèbre I.G. Farben, que les sujets soumis sur une longue durée à une grande quantité de fluor étaient plus soumis à la domination, par une intoxication du cerveau.

Une bouche d'ou ne sortira que la vérité, immaculée par les élites mondiales!

Ainsi, sous couvert de protéger nos enfants, les élites Rockefeller et Cie (les Rockefeller sont des partenaires historiques de l'I.G. Farben, et des compagnies qui lui ont succédé) entendent nous transformer petit à petit en masses dociles, prêts à accomplir leur moindre volonté. Réveillons nous, et à la dent bien blanche, préférons un esprit bien clair! Sortons du dogme hygiéniste à outrance, une petite odeur, un ratelier de chicots, est-ce vraiment important devant la pureté de l'intellect? Car bien entendu, ce qui compte le plus, c'est la Beauté Intérieure.

Libellés : controle des populations, fluor, Nazis, Rockefeller, Santé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :