Le CAC 40 opte pour la prudence dans l'attente de la FED

 |   |  764  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
En hausse dans les premiers échanges, la Bourse de Paris a finalement opté pour la prudence dans l'attente de la décision de la Réserve fédérale américaine sur ses taux et de la conférence de presse de Ben Bernanke.

Plombée par la perspective d'un défaut de la Grèce alors que les négociations sur la restructuration de la dette hellène n'ont pas encore abouti, la Bourse de Paris a préféré faire preuve de modération dans l'attente de la décision de la Réserve fédérale américaine sur les taux et la conférence de Presse de Ben Bernanke. Après avoir ouvert en hausse grâce à la publication des résultats d'Apple bien meilleurs qu'attendu, le marché a terminé sur une baisse de 0,31% à 3.312,48 points.

Après son repli de la veille, le marché parisien avait pourtant tout d'abord connu un regain d'optimisme dont l'origine était à rechercher de l'autre côté de l'Atlantique. Mardi après la clôture des marchés américains, Apple a dévoilé des chiffres trimestriels au delà de toutes attentes. Le chiffre d'affaires du groupe californien s'est envolé de 73% à 46,33 milliards de dollars, alors que les analystes tablaient sur environ 39 milliards, grâce aux ventes solides de combinés iPhone et de tablettes iPad pendant la période des fêtes. Mais il est très rare qu'une seule valeur permette à une tendance de s'inverser durablement.

Ce d'autant plus que le marché reste inquiet quant à la situation en Grèce où les négociations sur la restructuration de la dette se prolongent. "On était bien partis pour un accord rapide et cela ne se fait pas, alors que les créanciers privés semblent être arrivés au bout des concessions qu'ils sont prêts à faire", estime Alain Dupuis, gérant du fonds Oddo European Banks chez Oddo AM. Une situation qui a d'autant plus pesé sur les valeurs bancaires que ces dernières avaient entamé un rally haussier dans la perspective d'une sortie imminente de la crise hellène.

Second facteur militant pour la prudence, l'attente de la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Prévue après la clôture des marchés européens, elle sera suivie de la conférence de presse de Ben Bernanke. Par ailleurs, les marchés sont restés attentifs aux déclarations en provenance du forum économique mondial qui s'est ouvert ce mercredi à Davos en Suisse alors que selon une étude de PwC, près de la moitié (48 %) des chefs d?entreprise interrogés dans le monde attendent un nouveau recul de l?économie mondiale dans les 12 prochains mois.

Dans ce contexte, l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, en hausse pour le troisième mois d'affilée en janvier et supérieur au consensus, est passé au second plan. attendu à 108 points par le consensus l'indice est ressorti à 108,3 points.

Sur le front des valeurs.

Le secteur bancaire a terminé de manière dispersée. Société Générale s'est replié de 2,64%, Crédit Agricole de 1,40% tandis que BNP Paribas a avancé de 1,13%.

Alcatel a plongé de 7,69%. Son concurrent suédois Ericsson a publié mercredi un résultat brut largement inférieur aux prévisions au quatrième trimestre, en raison d'une faible demande aux Etats-Unis et en Russie.

A l'inverse, Technip a pris 2,92 %. La raffinerie bulgare du russe Lukoïl a signé un contrat de 910 millions d'euros avec une filiale italienne du français pour la construction d'une installation d'hydrocraquage destinée au raffinage des carburants lourds.

Saint Gobain a avancé de 1,50% après avoir été intégrée par UBS dans sa liste des valeurs privilégiées.

Hors CAC

Interparfums (+4,36) a annoncé mercredi un chiffre d'affaires de 125,8 millions d'euros au quatrième trimestre (+30%). Le groupe maintient sa prévision d'un chiffre d'affaires 2012 de 400 millions, contre 398 millions en 2011. Les discussions sur la licence Burberry se poursuivent, précise-t-il.

Biomérieux s'est envolé de 11,27% après avoir confirmé son objectif de résultat opérationnel courant pour 2011 tout en indiquant que son plan stratégique 2015 était "en revue".

Mersen a plongé de 8,02%. L'ex-Carbone Lorraine, a annoncé mardi anticiper un repli modéré de son chiffre d'affaires courant au premier trimestre de cette année en raison du ralentissement du marché du solaire, du déstockage en cours en Chine et du climat conjoncturel défavorable en Europe.

Devise et Pétrole

La monnaie unique a refranchi à la baisse le seuil des 1,30 dollar. A  la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,296 dollar (-0,47%). Dans le même temps, les cours de l'or noir évoluaient en territoire négatif. Le Brent de la Mer du Nord lâchait 0,14% à 110,18 dollars, le WTI se repliait de 0,19% à 99,11 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :