La Bourse de Paris au plus haut de l'année

 |   |  404  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le CAC 40 s'adjuge près de 9% depuis le 1er janvier après avoir gagné 1,37% vendredi à 3.439,62 points. Il est revenu à ses niveaux du début août 2011.

Le mouvement en surprendra sans doute plus d'un dans un contexte pourtant très incertain côté grec :  La Bourse de Paris a terminé à son plus haut niveau depuis le début de l'année, à 3.439,62 points (+1,37%), dans un volume d'échanges étoffé de 3,84 milliards d'euros. A ce niveau, la place parisienne s'adjuge près de 9% depuis le 1er janvier. Mieux, elle progresse de 14,3% en l'espace de trois mois. Un petit rayon de soleil dans la grisaille boursière de ces derniers mois. Mouvement d'autant plus symptomatique que l'indice phare retrouve ici ses niveaux du début du mois d'août 2011, juste avant que les marchés financiers ne soient emportés dans un vent de folie destructrice.

Cette embellie a-t-elle toutes les chances de perdurer ou n'est-elle qu'un feu de paille ?

Il faut dire que les avis divergent dans les salles de marché. Et ce, au rythme des nouvelles en provenance de Grèce. Si certains penchent pour un proche défaut hellène, d'autres professionnels estiment qu'un accord sera signé lundi et que le plan d'aide des Européens sera enfin débloqué. L'Eurogroupe se réunit en effet lundi et devrait décider de débloquer 130 milliards d'euros pour aider la Grèce et lui permettre de faire face à une échéance de remboursement de 14,5 milliards d'euros à la mi-mars.

Sur le plan macroéconomique, les nouvelles étaient plutôt bonnes en cette fin de semaine : l'inflation s'est révélée moins forte que prévue aux Etats-Unis en janvier (+0,2% contre +0,3% anticipée) et les ventes de détail au Royaume uni en janvier semblent conforter l'idée d'une légère reprise de l'économie britannique.

Sur le front des valeurs, les bancaires ont largement salué les nouvelles positives en provenance de la Grèce: la Société Générale a gagné 6,52% à 24,02 euros, le Crédit Agricole a progressé de 4,67% à 5,11 euros et BNP Paribas s'adjugeait 2,86% à 36,90 euros.

Lafarge s'est nettement détaché du lot, gagnant 8,26% à 34,46 euros après avoir annoncé plus d'un milliard d'euros de cessions supplémentaires pour accentuer son désendettement.

Saint Gobain a effectué un parcours sans faute et gagnant 5,1% à 36,70 euros malgré l'annonce d'un bénéfice net de 1,28 milliard d'euros, inférieur aux prévisions. Renault caracolait en tête des plus fortes hausses (+5,21% à 39,79 euros) toujours soutenu par sa bonne publication annuelle. Peugeot a repris de la vigueur (+4,57% à 14,52 euros) après plusieurs séances de forte baisse.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :