La France et la Grèce sont attaquées

 |   |  560  mots
DR
DR (Crédits : VIA BLOOMBERG NEWS)
Hier, le 8 mai, pas le 7 car Londres était fermée, la zone euro a subi une attaque violente. En particulier la France et la Grèce qui ont affiché les deux plus mauvaises performances boursières de la zone euro. Nous sommes à un tournant pour la zone euro. La Grèce et la France veulent mettre l'Allemagne au pied du mur: c'est une erreur.

Ils se sont réjouis un peu tôt

Ceux qui pavanaient parce qu'il n'y avait pas eu d'attaque le 7 mai, oubliant que Londres, première place financière du monde et centre de la finance spéculative, était fermée. Hier l'attaque a été rapide et brutale. Le CAC a perdu près de 3% et les valeurs bancaires Françaises continuent leur descente aux enfers.

La Grèce un pied en dehors de la zone euro

Les Grecs en ont ras le bol de l'austérité. La vraie. Celle qu'ils subissent. Pas celle inexistante que nous subissons en France. On ne peut pas les critiquer. Ils ont opté majoritairement pour des partis qui veulent la fin de l'austérité. Mais sans austérité, ils doivent sortir de la zone euro. C'est leur choix. Et on doit le respecter. Une tranche de 5 milliards d'euros, nécessaire pour payer les fonctionnaires grecs et les dépenses courantes de l'Etat doit être débloquée par l'Europe en juin. Elle ne le sera pas si il n'y a pas de stabilité politique et un consensus pro européen. La Grèce doit refaire des élections. Elle devrait plutôt faire une référendum sur la zone euro. La réponse sera non. Et ils pourront sortir.

L'erreur stratégique de François Hollande

Le nouveau président veut rallier à lui les partisans de la fin de l'austérité en Europe et du début de la relance. Mais il ne va fédérer que des pays en quasi faillite qui n'ont pas les moyens de leurs ambitions politiques. Mettre l'Allemagne au pied du mur est une erreur. L'Allemagne ne cèdera pas sur l'austérité. Et l'Allemagne, elle, a les moyens de ses ambitions politiques.

Les Allemands disent "Nein"

On commençait avoir des articles triomphants sur le fait que la France avait fait bouger les lignes en Europe sur l'austérité et la croissance. Toujours cette bonne vieille arrogance Française. Voici ce qu'a répondu le numéro 2 du CDU, le Parti d'Angela Merkel. RETENEZ BIEN CES PAROLES: "Nous ne sommes pas prêts à financer avec l'argent des contribuables allemands les promesses électorales de François Hollande.

La belle sortie de Sarkozy

Il a été beaucoup critiqué. Et je n'ai pas manqué de le faire. Mais Sarkozy réussit sa sortie par un fair play républicain exemplaire comme l'illustre la photo des deux hommes côte à côte hier pour les cérémonies du 8-Mai

Rassurant ou inquiétant?

Volte face très surprenant en Israël. Il n'y aura pas d'élections législatives anticipées. Le parti d'opposition a rejoint la coalition gouvernementale. Du coup, Netanyahou a les mains libres...pour attaquer l'Iran ?

Même en Australie

on comprend que pour sortir d'une crise il faut réduire les dépenses publiques. Le gouvernement Australien a présenté le plan de réduction budgétaire les plus important depuis 30 ans pour revenir à un surplus budgétaire dès l'année prochaine.

Le 31 mai l'Irlande vote

par référendum sur le pacte budgétaire. Et le oui qui était en tête commence à faiblir. Sinn Fein, impressionné par la victoire des partis anti austérité en Grèce, a pris la tête de l'opposition au traité.

> Une chronique à retrouver sur Monfinancier.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2012 à 13:24 :
Quelle attaque? Les taux se détendent!

Arrêtez de dire n'importe quoi, parlez-nous plutôt de votre condamnation par l'AMF!
a écrit le 10/05/2012 à 10:10 :
L'erreur de Hollande (et aussi de Sarko et de tous les autres) est de croire que la croissance s'obtient par la "relance" à coût de dépenses publiques ou de création monétaire, alors qu'elle dépend des libertés économiques, donc des réformes.
a écrit le 10/05/2012 à 8:37 :
La Greque
La responsabilité de sa situation sociale et politique tombe à la greque elle même et que à elle même. Un état que est tellement corrumpé dont les plus riches ont leurs domiciles à l'étranger et ne paient aucun impot, dont les fonctionnaires ont 18 salaires par an, dont il y a personne qui paye ses impots....etc.
Il faut qu'ils reglent leurs problemes entre eux mêmes, rentrent au Drachmes.
L'argent qui leurs était deja versé n'est jamais arrivé là ou il l'a fallu...
a écrit le 10/05/2012 à 1:57 :
Marc FIORENTINO vous avez raison et, notamment ,sur " l'erreur stratégique de HOLLANDE " qui vient d'etre élu en ne faisant miroiter qu'un fromage coulant !! C'est très grave.
Aucune entreprise ne met a sa tete un " apprenti président " quand elle est dans la tourmente mondiale.
A l'évidence l'Allemagne a un plan B et c'est heureux pour elle, car elle " bosse " .
Il en est assez de parler des pauvres et des riches.
Il est temps de parler des courageux et des fainéants ,de ceux qui prennent des risques et de ceux qui ne surmonteront jamais leurs peurs.
La réussite a toujours été le fruit de l'effort.
Des profs a 18 h / semaine (+ vacances) ne donneront jamais le gout de l'effort a notre jeunesse et continuerons a instituer " un vrai clivage " avec " le vrai travail " des pme-pmi , professions libérales ,artisans ,commerçants ,etc...
Rappelez a HOLLANDE qu'il est assez de variétés de fromage en FRANCE, sans en rajouter, qu'il est encore temps de co-gérer notre pays , s'il ne veut pas renvoyer trop rapidement son parti dans les ténèbres ,et les français avec !
J'ai voté Nicolas SARKOZY aux 2 tours et le remercie pour son énergie.
a écrit le 09/05/2012 à 18:47 :
D'accord, malheureusement, et les rodomontades des ignares de la croissance par la dette n'y pourrons rien. La Grèce fera faillite sans l'Europe, elle est déjà au bord de la guerre civile, avec ses extrèmistes gauchistes qui pensent y voir la chance de leur idéologie. Mais on ne fait rien sans argent, et pour en faire, il faut dégager des marges de manoeuvre, cela s'appelle des réformes structurelles, et c'est extrèmement dur. La France de Mhollande le découvrira bientôt, et on n'y parlera plus d'augmenter le nombre des fonctionnaires, plus du tout. Le monde n'est pas gentil, l'Allemagne non plus, et ce n'est pas son rôle, mais c'est comme cela.
a écrit le 09/05/2012 à 18:39 :
Du bla-bla comme d'habitude. Les Allemands disent Nein, c'est leur jeu, mais ils seront bien obligés de considérer les positions de leur voisins. Ils ne sont pas suicidaires au point de scier la branche sur laquelle est assise leur croissance.
a écrit le 09/05/2012 à 17:39 :
Et oui M Fiorentino en Grèce enfin l'avenir devient incertain. Quand aux 5 milliards bien sûr que l' Europe va leur donner. Les Baroso et cie ont bien trop peur pour dire non. Vous verrez M Fiorentino entre le blabla et la réalité il y a un monde. De plus il est pas mal le petit jeune de Tsirisa.
a écrit le 09/05/2012 à 17:22 :
Marc Fiorentino n'a pas la paternité du :

"Nous ne sommes pas prêts à financer avec l'argent des contribuables allemands les promesses électorales de François Hollande"

Et ce ne sera pas la coalitation fantasmée, de bras cassés (par les déficits et les dettes) qui va leur permettre d'imposer d'imposer leurs visions...sans rigueur budgétaire NON ????
a écrit le 09/05/2012 à 17:19 :
On sera vite fixé. Ou Hollande suit les traces de Tonton ou bien il fait comme Schroeder outre-Rhin en son temps. Réponse dans quelques semaines.
a écrit le 09/05/2012 à 16:42 :
Curieux qu'il ne parle pas de l'Espagne avec ses banques privées aux bords de la faillite qui vont entrainer la planète entière.
a écrit le 09/05/2012 à 16:28 :
A la Tribune: Merci d'arrêter cette chronique, c'est pathétique!
Réponse de le 09/05/2012 à 17:19 :
La vérité n'est pas bonne à entendre. mieux vaut écouter les promesses électorales !
Réponse de le 09/05/2012 à 17:28 :
Si cette chronique ne vous plait pas, ne la lisez pas!
a écrit le 09/05/2012 à 16:21 :
Vouloir faire un amalgame entre la Grèce et la France est une hérésie. Hier toute les places ont baissé et comme dans ces cas là et systématiquement PARIS "surréagit" et se reprend le lendemain. Vous essayez d'avoir raison contre l'évidence depuis un mois c'est ridicule. C'est comme ce journaliste dont j'ai oublié le nom qui avait sorti un ouvrage il y a quelques semaines intitulé : pourquoi Sarkozy va gagner ! dont les quelques exemplaires sont depuis partis au pilon.
a écrit le 09/05/2012 à 15:39 :
Dommage que son discours de sortie n'était pas son discours de campagne !
Si Sarko avait eu le même lyrisme que lors de sa sortie... il aurait sans doute été réélu.
a écrit le 09/05/2012 à 15:14 :
Vraiment c'est le niveau cafe du commerce. Entre le CAC, la politique europeenne, la sortie de Nicolas Sarkozy et enfin l'Australie il ne manque plus que blague bien grasse en conclusion. Les articles de ce Monsieur n'ont d'autre interet que la polemique de mauvais gout. Ou est la plus value pour La Tribune, journal dont la reputation est plutot basee sur la competence de ses journalistes.
Desole du ton mais franchement il serait temps que vous ressaisir. Merci d'avance.
Réponse de le 09/05/2012 à 16:27 :
Je crois plutôt que c'est vous qui devriez vous ressaisir. Dans le contexte présent je ne vois aucune pertinence dans vos observationsqui sont plus épidermiques que logiques.
a écrit le 09/05/2012 à 14:59 :
Il est indique sur Wikipedia que marc fiorentino a été condamné a multiples reprises par l'AMF.!!! (maintenant par honneteté je m'interroge : est ce que cette source est fiable ??)
a écrit le 09/05/2012 à 14:34 :
Fonds spéculatifs, Hedge Funds et banques d?affaires joueraient-ils à la spéculation, tout en sachant qu?un État ne peut pas faire faillite et que les contribuables passeront tôt ou tard au guichet pour éponger les dettes ? Ne serait-ce pas là une opportunité politique pour donner un sérieux tour de vis à l?État « providence » en le démantelant encore plus ?
Grande absente du dispositif : la Banque centrale européenne (BCE). Cette dernière a le droit de prêter de l?argent aux banques privées, mais ses statuts l?empêchent d?acheter directement des obligations d?État. « On a aujourd?hui cette chose absolument inouïe que, quand vous vous appelez la République française, vous devez payer 3,4% ou 3,5% d?intérêts alors que si vous vous appelez BNP-Paribas, vous allez payer 0,5% », « le fait que la BCE n?ait pas aligné les taux auxquels les État peuvent emprunter sur les taux auxquels elle prête aux banques, c?est scandaleux. »
Le message est clair : ce ne sont pas les États qui régulent la finance mais celle-ci qui fixe les grandes orientations de leurs politiques budgétaires
Faudra-t-il tailler encore plus dans les budgets sociaux pour satisfaire les marchés ? « Des solutions existent pour sortir du piège de la dette. Mais elles supposent un affrontement avec le patronat et les marchés financiers. Tous les gouvernements européens sont aujourd?hui en train de préparer une politique d?austérité drastique pour faire payer la crise aux salariés et plus largement aux populations, le tout sous le contrôle étroit de la Commission européenne et de la BCE . Il est aujourd?hui grand temps que les salariés européens se mobilisent pour imposer d?autres orientations ». La balle est dans le camp du mouvement social et syndical.
Réponse de le 09/05/2012 à 18:02 :
Monsieur, lorsqu'on compare des taux il est de bon ton de le faire à échéance équivalente.
En second lieu, si la BNP emprunte moins cher que l'état français, c'est certainement qu'elle est mieux gérée.
Enfin, je crains fort que le fait de brûler vos banquiers et patrons ne règle pas le déficit de compétences dont souffre notre classe politique. Elle porte seule la responsabilité de cette prétendue perte de souveraineté dans la mesure où elle seule a fait le choix du surendettement pour assurer des promesses électorales qu?on ne pouvait se permettre. Je serais ainsi ravi et rassuré si Baudoin Prot pouvait prendre la place du nouveau président élu pour les cinq année à venir (l?inverse serait certainement fort préjudiciable).
a écrit le 09/05/2012 à 11:29 :
"La France et la Grèce sont attaquées", mais pas du tout sur le même plan quoiqu'en dise ou pense le spéculateur Fiorentino. Cela n'a rien à voir & il le sait !
Réponse de le 09/05/2012 à 11:49 :
A-t-il dit dans son article qu'il mettait la France et la Grèce sur le même plan ?
Essayez de produire une analyse au lieu de laisser parler votre haine.
Réponse de le 09/05/2012 à 14:05 :
En effet, ce Marc Fiorentino est un défaitiste de première, prêt à s'enfuir au premier coup de canon sur la ligne de front. Il amalgame un peu vite, alors qu'un rapport de force s'installe en Europe pour une autre politique. Cette nouvelle politique devra permettre une réindustrialisation des pays en difficulté avec des politiques adaptées notamment en matière d'immigration qui devra être réduite stricto sensus, au minimun. Je conseille à Marc Fiorentino de méditer les valeurs telles que le courage, l'effort, la combativité.
Réponse de le 09/05/2012 à 14:23 :
"lireavantdecritiquer" et "c'estceluiquiditquiest": 2 pseudos pour une seule et même personne visiblement très concernée par les critiques énoncées ici....
Réponse de le 09/05/2012 à 14:52 :
A lireavantdecritiquer : Adam a raison et meme si il avait tort le mot "haine" serait de trop .Restons corrects entre gens corrects
a écrit le 09/05/2012 à 10:22 :
Fiorentino... Ressaisissez vous! Vous allez encore passer pour un idiot... 2008 ne vous a pas suffit?? Laissez vos oeillères idéologiques au vestiaire!
Réponse de le 09/05/2012 à 11:54 :
"Ressaisissez vous" et "laissez vos oeillères idéologiques au vestiaire", ca veut dire qu'il doit avoir les mêmes opinions que vous ?
Développez plutôt en quoi consiste votre analyse, on verra alors si ce n'est pas plutôt vous qui avez des oeillères.
a écrit le 09/05/2012 à 9:12 :
Il y a des subtilités qui m'échappent. En effet, Monsieur Sarkosy a endetté la France de plus de 500 milliards, les Allemands n'ont pas critiqué le manque de sagesse monétaire de cet ex-président. Ils étaient copains comme ..cochons. Oui mais voilà Monsieur Hollande qui veut rembourser les dettes dont il n'est pas responsable et aussi faire en sorte de ne pas plonger le pays dans une austérité qui mènerait inévitablement à la révolte, propose de faire ça sans ajouter de drame en évitant le modèle de la Grèce qui n'arrive pas à s'en sortir (entre nous, le malheur des Grecs, nation que je respecte profondément, ne semble pas toucher Madame MERKEL et les financiers, et les Grecs peuvent se suicider sans crainte, elle ne cédera pas). Bien, les Allemands, bornés, (surtout leur Chancelière qui doit passer devant les urnes très prochainement) ne veulent pas, alors que beaucoup de Pays d'Europe sont prêts à discuter de la situation nouvelle avec une vision plus acceptable des efforts à fournir. L'Allemagne risque fort dans les mois qui viennent de ne pas être crédible avec leur intransigeance. Peut-être aussi, le beau rêve européen risque d'avoir du plomb dans l'aile en France très prochainement. Les Français ont toujours eu un idéal humaniste (qui peut et qui doit exister). Si nous devions rejoindre la Grèce, l'Allemagne serait alors notre premier ennemi. La tolérance vis-à-vis de Monsieur Sarkosy les a bien arrangé, car en comparaison, les Allemands étaient beaucoup plus sérieux, mais n'ont rien dit contre l'endettement de la France qui prenait des allures de TGV. Nous ne sommes pas dupes. Je voudrais aussi ajouter que les Français ne sont tous idiots et savent prendre quelques décisions, en tous cas, la mienne sera de faire annuler tous les contrats Allianz et je pense que je serai suivi dans cette démarche.
Réponse de le 09/05/2012 à 10:22 :
Sarkosy n'est pas grand mais heureusement il a les épaules larges...
Maintenant que votre poulain est au pouvoir on va pouvoir se faire une idée plus précise de ses capacités à gouverner et il a tout à prouvé.
Je ne souhaites pas une nouvelle rechute mais je suis bien curieux de voir ce dont il serait capable, aujourd'hui je suis sur d'une chose après l'euphorie il y aura le temps des regrets, la seule inconnue c'est "Quand ?"
Dernier point la dette à bien augmenter pendant ce quinquennat mais il est facile d'occulter la crise de 2008 qui n'est pas terminée, de plus cette dette à commencer en 1975. Cette dette quoique vous en pensiez nous devrons la payer et la seule solution et de réduire les dépenses de l'état !
Mais bon j'ai la nette impression que réduction des dépenses et socialisme ne soit un antagonisme dixit la super gestion de nos régions et départements.
a écrit le 09/05/2012 à 8:48 :
Le CAC a perdu 2,78 % et non 3,00 % que l'on peur comparer au Euro Stock50 2,06 % soit une perte de 0,7% du CAC sur cette valeur moyenne europeenne.
Les valeurs du taux a 10 ans français sont les suivantes:
03/05/12 : 2,94% ; 04/05/12 : 2,86 % ; 07/05/12 : 2,81 % ; 08/05/12 donc hier : 2,80 % (source France-Inflation.com)
Ou sont les attaques annoncees ??? Je ne me pavane pas je constate les chiffres
Ce personnage rajoute mensonges sur mensonges à l'ignominie.
La Tribune a d'autres plumes bien plus competentes et surtout bien plus honnetes . Nous n'avons pas besoin de lui.
jany
Réponse de le 09/05/2012 à 9:10 :
Je n'ai pas la compétence de jany mais je suis très choqué par l'article très tendencieux de Marc Fiorentino. C'est vrai que cela fait tâche par rapport à l'esprit La Tribune dont j'appécie les articles de qualité depuis plus d'un an. Tous les avis sont les bienvenus pourvu qu'ils soient illustrés honnêtement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :