La Bourse de Paris autour de l'équilibre à la mi-séance, soulagée par l'émission française

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Bourse de Paris évoluait autour de l'équilibre ce mercredi à la mi-journée, soulagée en partie par le succès d'une adjudication française à moyen et long terme mais dans un marché toujours très nerveux. A 11H55 (09H55 GMT), le CAC 40 cédait 0,14% à 3.034,69 points dans un volume d'échanges de 1,3 milliard d'euros.

La cote avait commencé la journée en nette baisse alors que les tensions s'accentuaient sur le marché obligataire, où les taux à 10 ans de l'Italie frôlaient les 6% et ceux de l'Espagne s'installaient au-dessus des 6,5%. L'adjudication du Trésor français "a permis de calmer un peu le jeu après les tensions de la matinée, mais le marché est très nerveux et bruisse de rumeurs dans tous les sens", souligne Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez Global Equities.

Les investisseurs ont répondu présents lors de cette émission française à moyen et long terme, la première depuis l'arrivée de François Hollande au sommet de l'Etat. Près de 8 milliards d'euros ont été levés sur 4 lignes d'emprunt. Mais les incertitudes sur le marché restent très fortes, notamment concernant la Grèce, et les craintes d'une contagion de la crise grecque aux pays fragiles de la zone euro. Les investisseurs se réfugient sur la dette allemande, considérée comme le placement le plus sûr de la zone euro. Les taux à 10 ans allemands ont atteint un nouveau plus bas historique à 1,47%.

Le marché a notamment été effrayé par l'annonce de retraits d'argent dans les banques grecques qui ont atteint 700 millions d'euros, indique le courtier IG Market. "L'attention des investisseurs va se focaliser sur les risques d'une contagion de la crise grecque à d'autres pays fragiles de la zone euro", Espagne et Italie notamment, notent les économistes du Crédit Agricole. Signe de la nervosité: le "spread" (le différentiel) entre les taux longs espagnols et allemands a atteint un plus haut depuis la création de la zone euro dépassant les 500 points de base.

Sur le front des valeurs on note parmi les baisses les plus notables, TF1 (-5,38% à 6,71 euros), Vallourec (-2,34% à 33,70 euros) et GDF Suez (-2% à 15,95 euros).
Soutenues par l'adjudication réussie du Trésor Français les banques ont réussi à remonter quelque peu la pente. BNP Paribas évoluait l'équilibre (-0,04% à 26,83 euros), Crédit Agricole progressait de 3,15% à 3,14 euros et la Société Générale gagnait 1,74% à 16,07 euros.
Iliad continuait à bien se comporter (+4,63% à 106,94 euros) après les bonnes performances de son réseau mobile. Les analystes d'Exane ont relevé à "surperformer" sa recommandation sur le titre contre "neutre" auparavant.
Pernod Ricard était en léger repli (-0,33% à 78,38 euros) bien que Crédit Suisse a entamé son suivi sur le groupe à "'surperformer" avec un objectif de cours à 95 euros.
L'Oréal perdait 0,43% à 92,15 euros malgré une recommandation positive de UBS qui estime que le groupe de cosmétiques va continuer à se comporter mieux que le marché en 2012.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2012 à 20:32 :
pourquoi ne connait-on pas le taux de l'ajudication française ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :