Sucré ou salé ?

 |   |  544  mots
(Crédits : Bloomberg)
Le géant américain de l'agro-alimentaire Kraft Foods a scindé son activité en deux depuis le 1er octobre. Il a créé la société Mondelez qui rassemble désormais les biscuits LU, les chocolats Cadbury, Milka, Toblerone et Poulain, les bonbons Carambar ou encore les chewing-gums Hollywood. De son côté, Kraft Foods rassemble les marques d'épicerie fine du groupe. Les actionnaires de Kraft Foods ont donc désormais en portefeuille des actions Mondelez en plus des actions du groupe, qu'ils peuvent céder s'ils veulent se concentrer sur une seule branche d'activité. Et vous, vous êtes plutôt sucré ou salé ?

Dans le secteur agroalimentaire, il existe beaucoup plus de sociétés spécialisées dans l'alimentation salée. La plus grosse est l'américain Tyson Food, spécialisé dans la distribution de viande préparée. La société a connu des difficultés pendant la crise. Les années 2008 et 2009 ont été difficiles et si la société s'est relevée en 2010 et 2011, elle vient de publier des résultats semestriels décevants qui font craindre aux investisseurs de nouveaux "profits warning". Si le titre avait retrouvé en 2011 ses plus hauts historiques, il chute de 20% depuis le début de l'année et son PER est de 12. Mêmes causes, même effets sur son concurrent Smithfield Foods, même si le titre semble encore plus délaissé en Bourse puisque son PER n'est que de 9.

Les français bon marché... dans le salé

En France, les sociétés spécialisées dans l'épicerie salée sont également bon marché en Bourse. Bonduelle a un PER de 9, LDC de 10 et Fleury Michon de 8. Pourtant ces sociétés dégagent aujourd'hui des résultats supérieurs à ceux d'avant-crise et contrairement aux sociétés américaines, elles ont dégagé au premier semestre 2012 des résultats en hausse.

Les entreprises spécialisées dans le sucré ont-elles les mêmes soucis ? Difficile à dire, car il y a en fait assez peu d'entreprises cotées qui commercialisent des produits sucrés. La plupart des marques connues appartiennent à des grands groupes cotés (Mondelez, Nestlé, General Mills) ou non cotés (Ferrero, Mars). La société cotée spécialisée dans le sucré la plus connue est sans doute Kellogg's, fabricant des céréales. La société pèse plus de 18 milliards de dollars en Bourse et se paye 15 fois ses résultats. Ses résultats sont stables depuis 5 ans tout comme son cours de Bourse qui est revenu sur ses plus hauts historiques, après avoir chuté lourdement pendant la crise, en mars 2009.

Le chocolat pour se remonter le moral

Les sociétés Nestlé et Ralcop Holding, même si elles ont un portefeuille de marques diversifié, commercialisent majoritairement des produits sucrés. Même si leurs résultats ne sont pas franchement probants, les titres de ces sociétés sont à des plus hauts historiques, et leur PER au dessus de 15.

Pendant la crise, les particuliers déprimés consomment plus de chocolat pour se remonter le moral, aux dépens d'un repas équilibré de viande et de légumes... C'est en tout cas ce que semblent penser les marchés qui valorisent bien plus les spécialistes du sucré (PER d'environ 15) aux spécialistes du salé (PER de 9). S'il est vrai que les sociétés américaines Tyson Food et Smithfiled Food ont souffert en 2008-2009, ce n'est pas forcément le cas d'autres spécialistes du salé comme les français Bonduelle ou Fleury Michon qui semblent du coup bon marché.

En tout cas, cela ne devrait pas convaincre les grands généralistes comme Unilever ou General Mills, qui ont des PER supérieurs à 15, de suivre l'exemple de Kraft Foods et de scinder leurs activités en deux.

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :