La Bourse de Paris signe sa plus forte progression de l'année (+4,75%)

 |   |  384  mots
DR
La Bourse de Paris a signé vendredi sa plus forte hausse de 2012 (+4,75%), dopée par l'accord trouvé dans la nuit lors du sommet européen de Bruxelles et destiné à enrayer la crise en zone euro comme les autres places européennes. L'indice Stoxx des banques de la zone euro bondit de 8,5%.

La Bourse de Paris a bondi de 4,75% à la clôture ce vendredi, à la suite des annonces qui ont été faites depuis le sommet européen. L'indice CAC 40 a pris 144,97 points à 3.196,65 points, dans un volume d'échanges étoffé de 4,588 milliards d'euros. En cette fin de semestre, il revient au plus haut depuis le 7 mai (3.214,22 points) et repasse dans le vert sur l'ensemble de l'année  (+1,17% depuis le 1er janvier).

Les autres places boursières européennes ont aussi clôturé en forte hausse. Francfort a pris 4,33%, Madrid 5,66%, Milan 6,59% et Athènes 5,68%. Plus modestement, Londres a gagné 1,42%. A Wall Street, le Dow Jones gagnait 1,76% et le Nasdaq 2,41% à 17h49. Sur le marché de la dette, l'apaisement était aussi de mise. Les taux d'emprunt de l'Espagne repassaient sous les 6,3%, contre près de 7% jeudi, et les rendements italiens sous les 6%. Enfin, l'euro s'appréciait face au dollar à 1,2670 dollar contre 1,2442 dollar jeudi vers 18h00.

Vendredi matin, à l'issue du sommet de la zone euro, les dirigeants de la zone euro ont annoncé la mise en place d'ici la fin de l'année d'un mécanisme permettant de recapitaliser directement les banques, sous certaines conditions, via les fonds de secours européens. La zone euro est également prête à faire un usage plus "souple" de ces mécanismes financiers afin qu'ils puissent acheter directement de la dette étatique. "C'est un rayon de soleil appréciable mais il faut que le marché adoube complètement le nouveau plan. Il faudra voir comment les annonces se mettent en place. Le diable est dans les détails", estime Bertrand Lamielle, gérant de B*Capital.

La hausse du marché a donc surtout été soutenue par le bond des valeurs bancaires. Selon les analystes, le secteur profite du fait que de nombreux investisseurs qui avaient parié sur une baisse des banques étaient contraints de racheter leur position. Le secteur bancaire s'est ainsi envolé partout en Europe. L'indice Stoxx des banques de la zone euro a avancé de 8,5%, la plus forte hausse sectorielle en Europe. Les banques grecques ont bondi de 12,73%, l'italienne Intesa Sanpaolo de 11,58% et l'espagnole BBVA de 9%. A Paris, BNP Paribas a pris 9,71% à 30,34 euros, Crédit Agricole 8,71% à 3,47 euros et Société Générale 9,98% à 18,41 euros. Mais l'ensemble des secteurs y a aussi progressé: Alstom a gagné 7,69% à 24,93 euros, Capgemini 6,50% à 29,00 euros, Lafarge 5,76% à 35,16 euros et Saint-Gobain 6,75% à 29,10 euros.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :