Une grande claque pour la vision française de l'entrepreneuriat

 |   |  404  mots
Marc Fiorentino | REUTERS
Marc Fiorentino | REUTERS
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

MonFinancier

J'ai décidé de ne pas commencer avec le blocage aux États-Unis ou en Italie mais avec une lecture que j'ai faite ce weekend et qui m'a profondément perturbé. Le dernier numéro de Fortune est consacré aux 40 success stories américaines de personnes de moins de 40 ans. Et c'est une vraie claque.On comprend en 10 pages le fossé entre l'entrepreneuriat américain et le reste du monde, la France surtout.

40 SHADES OF SUCCESS
et parmi elles, une trentaine de sociétés montées par des jeunes d'une trentaine d'années voire moins, il y a 5 ou 6 ans pas plus, et qui valent déjà de 1 à 10 milliards de dollars. On trouve des noms connus du grand public. Twitter bien sûr, Airbnb, Uber, entre autres et des noms moins connus de sociétés technos qui explosent littéralement.

LA RECETTE DU SUCCÈS
Un écosystème, surtout sur la Côte Ouest, favorable : l'administration, le financement, la prise de risque. Pendant qu'ici on nous empêche de travailler, on fustige la réussite, et on croit que c'est un gouvernement qui peut décréter quels emplois ont un avenir. Tout n'est pas rose aux États-Unis, loin de là. Mais les entreprises américaines technos, déjà leaders avec Google, Amazon, Ebay, Facebook, ont déjà généré une deuxième génération. Je vous invite à lire cet article. Il redonne l'énergie de rêver et d'entreprendre.

REVENONS A NOS MOUTONS
noir d'abord. Berlusconi. Il n'est plus drôle du tout et en plus maintenant il est dangereux. Les ministres de son parti ont quitté le gouvernement ce week end provoquant une crise ouverte. Le président et Letta, le premier ministre, vont tout faire pour éviter le chaos d'une nouvelle élection mais ce n'est pas gagné.

ET AUX ÉTATS-UNIS
toujours la même histoire... Si ce soir il n'y a pas d'accord sur le budget, le gouvernement US ne peut pas payer une partie de ses fonctionnaires. Le marché ne panique pas pour l'instant, pensant que cela se terminera comme à l'habitude, avec un accord à minuit moins une. Mais rien n'est certain car les Républicains du Tea Party veulent aller à l'affrontement.

RAS LE BOL
Le gouvernement a pris, semble-t-il, conscience de l'aberration des interdictions de travail le dimanche et...


Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2013 à 21:51 :
Énièmes inepties sur l'incapacité française a faire quoi que ce soit. On remarquera que les commentateurs du dimanche raffolent des start ups du net pour démontrer combien nous sommes mauvais. Mais alors quid de nos amis britanniques, allemands, italiens, suisses, etc? Personne a part les américains n'est capable de créer Google, twitter and co parce que personne n'a un marche équivalent qui permet de croître avant de racheter la concurrence. Pour les vieux pratiquants du web il y a eu un avant eBay, un avant Google , un avant hotmail... Et toujours avec des sites français, anglais ou autres. Tout le monde s'est fait racheter et il en ça de même partout ailleurs... Sauf en Chine notamment (et au Japon), du fait de la taille du marché et de son faible degré d'ouverture. Le Japon est plus subtilement fermé à la concurrence étrangère. Internet c'est pratique pour ce genre d'exercice bidon. Quand on parle automobile, aéronautique ou aérospatiale c'est une autre affaire ou les américains ne sont soudainement plus les rois du monde...
Réponse de le 01/10/2013 à 9:47 :
Effectivement, les américains sont les rois du monde de demain, et flanby, celui du monde d'hier...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :