Le Venezuela ouvre la porte à l'hyper-inflation en dévaluant le bolívar d'un tiers

L'annonce par le ministre des Finances vénézuélien, Jorge Giordani, d'une dévaluation du bolívar de près de 32%, passant de 4.30 à 6.30 bolívars pour un dollar pourrait être d'ici quelques années un parfait cas d'école étudié par les futurs traders et financiers.

Cette dévaluation n'est en rien une surprise pour les spécialistes. Tôt ou tard, elle devait arriver. Le clientélisme affiché par le gouvernement en 2012, afin de s'assurer du soutien d'une majorité de la population lors de l'élection présidentielle, a plus que triplé le déficit budgétaire.

Le gouvernement n'avait donc d'autre choix que de recourir à la dévaluation, la cinquième fois en l'espace de neuf ans, depuis le président Chavez est au pouvoir.

Cependant, la raison officielle invoquée ne fut pas la hausse du déficit. Le gouvernement a préféré se dédouaner en affirmant que le coup d'Etat échoué de 2002 et la grève dans le secteur pétrolier qui a suivi ont déstabilisé à un tel point l'économie qu'une dévaluation était encore nécessaire. Chacun peut juger librement de la véracité d'un tel argument.

Contrairement à ce qui a pu être lu ici et là, la dévaluation vénézuélienne n'a strictement rien à voir avec la guerre des devises qui secoue les marchés financiers internationaux. Des préoccupations politiques intérieures, adossées à un contexte économique dégradé, expliquent ce geste du gouvernement.

Le Venezuela de 2013 est le Mexique de 1994

La politique monétaire menée actuellement par le Venezuela, qui peut se résumer au recours massif et récurrent à la dévaluation afin d'ajuster brutalement et temporairement le déficit et d'éviter de mener les réformes difficiles qui sont nécessaires, n'est pas sans rappeler la situation du Mexique au début des années 90.

Les deux pays ont alors en commun un niveau élevé de risque politique avec la domination sans partage d'un parti, le PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) pour le Mexique, et le PSUV (Parti Socialiste Unifié du Venezuela) pour le Venezuela, qui s'octroie les faveurs des électeurs à coup de clientélisme permis essentiellement par la manne pétrolière.

Dans les deux cas, nul ne doutait de la nécessité d'une dévaluation. Restait seulement à savoir quand elle allait intervenir. Juste avant l'élection présidentielle, en 1994 pour le Mexique et en 2012 pour le Venezuela, les deux candidats s'efforçaient de rassurer la population en excluant le recours à cette mesure monétaire peu appréciée des investisseurs et des épargnants. L'objectif était clair: il était trop risqué électoralement de recourir à une dévaluation avant l'élection, le choix fut donc fait de la faire juste après. En décembre 1994, le gouvernement mexicain, une fois le candidat du PRI élu, annonça une dévaluation de 15% du peso face au dollar américaine. Une mesure insuffisante et qui arriva trop tard qui entraîna une brutale crise économique et financière obligeant Mexico à faire appel à l'aide du Fonds Monétaire International et du gouvernement américain. L'ultime conséquence de cette décision fut la perte du pouvoir du PRI lors de l'élection présidentielle de 2000, une première depuis 71 ans.

Le retour de l'hyper-inflation aux conséquences politiques incertaines

L'avantage du Venezuela par rapport au Mexique est qu'il exerce un contrôle beaucoup plus strict sur la circulation des devises et sa bourse, ce qui permet d'éviter un affolement des investisseurs.

Politiquement cependant, le coût de cette nouvelle mesure pourrait être dramatique pour le parti au pouvoir alors qu'il est déjà fragilisé par l'absence du président Chavez depuis plus de deux mois pour cause de maladie. Le fait que cette décision soit tombée un vendredi, juste avant les fêtes du carnaval, ne devrait pas pour autant dévier l'attention d'une grande partie de la population qui a vu son épargne fondre en un clin d'oeil.

Une dévaluation a pour effet d'alléger le coût de la dette mais a aussi pour impact négatif d'entraîner une hausse de l'inflation. Quand on sait que celle-ci est officiellement à 22% en janvier, on comprend rapidement qu'elle risque de grimper dans les mois à venir, et frôler de nouveau les 30%. En dévaluant, le gouvernement ouvre la porte à l'hyper-inflation et à une possible agitation sociale aux conséquences encore imprévisibles en termes de stabilité politique.

Le risque politique plombe les investisseurs étrangers

Pour les investisseurs étrangers, et notamment les entreprises multinationales implantées dans le pays, cette dévaluation du bolívar a un goût amer et souligne une nouvelle fois l'importance pour les entreprises de mieux prendre en compte le risque politique dans leur stratégie d'investissement et de développement. Les actions de Colgate-Palmolive et d'Avon ont ainsi chuté à la clôture hier à New York respectivement de 1.5% et de 2.5%. En 2010 déjà, suite à une autre dévaluation monétaire au Venezuela, le groupe Colgate-Palmolive avait vu son bénéfice net chuter d'environ 30% au premier trimestre de cette année. Bien que l'économie vénézuélienne ne représente qu'un faible pourcentage de l'économie et de la population mondiales, certaines entreprises sont plus exposées que d'autres aux aléas politiques et économiques dans le pays car une part disproportionnée de leurs ventes de produits de consommation s'y fait. C'est notamment le cas des deux entreprises américaines évoquées.

Bien que les conséquences à moyen et long terme de cette dévaluation soient difficiles à prévoir, cette décision montre tout l'intérêt pour les investisseurs de mieux prendre en compte la gestion du risque politique qui est souvent trop négligée au niveau de la stratégie d'entreprise alors que ce risque peut avoir un impact démesuré lorsqu'il se réalise. D'où l'intérêt certainement de lire ou relire l'ouvrage de Ian Bremmer, The Fat Tail, sur le sujet.

Retrouvez toute l'actualité du Forex sur Forex.fr

Pour aller plus loin, retrouvez toutes les données sur les devises

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 10/02/2013 à 16:31
Signaler
Le système Chavez est en train de s'effondrer et bientôt tout le pays avec. Quand pense Melenchon ?

le 10/02/2013 à 17:26
Signaler
Mélenchon pense tout le temps. Votre question est étrange.

le 10/02/2013 à 18:50
Signaler
@Lucide: Mélenchon pense quand il est à Caen :-)

à écrit le 10/02/2013 à 13:16
Signaler
Quand Chavez est arrive au pouvoir, le pétrole était a 9$ dollar le baril, et puis il a commence a monter a 22, 50, 80, 100, 140 pour redescendre a 100 aujourd'hui. Avec un budget 10 fois plus important un Gouvernement peu faire beaucoup de chose !!!...

le 10/02/2013 à 18:54
Signaler
@Yves: le pétrole à 9 $ sous Chavez ??? tu rêves ou quoi ?

le 14/02/2013 à 11:11
Signaler
@Yves, Chavez a certainement beaucoup de défauts mais n'oubliez pas qui était avant lui et le sort qui était reservé aux pauvres, c'est à dire 80% de la population. Ils mouraient de faim et se faisaient tiré dessus à balle réelle lorsqu'ils osaient p...

à écrit le 10/02/2013 à 7:50
Signaler
Bel article de désinformation. Hugo Chavez est un homme politique courageux. En déclarant stratégique un certain nombre de secteurs économiques dont le secteur pétrolier sous contrôle de l?Etat, le Venezuela a pu redistribuer les richesses du pays e...

le 10/02/2013 à 9:38
Signaler
Commentaires (et non article) qui sont de beaux exemples de cécité ! Le pétrole était bien avant Chavez déjà un secteur nationalisé. la redistribution de la manne pétrolière existait depuis très longtemps et faisait du Venezuela un des pays au niveau...

le 10/02/2013 à 9:51
Signaler
Eh eh eh très amusant François. On voit en tous cas que vous êtes très perméable à la propagande. Heureusement que certains ont plus de jugeote que vous et savent voir la situation vénézuélienne avec plus d'objectivité. Chavez a certes fait baissé le...

le 10/02/2013 à 10:38
Signaler
Attention à ne pas sortir d'une propagande pour en tomber dans une autre... Si les commentaires vénézuéliens sont très subjectifs, les analyses des pays de l'OTAN le sont autant sinon plus. Une des priorités de Chavez est de combattre la pauvreté, ce...

le 10/02/2013 à 14:37
Signaler
@ françois Je suis d'accord qu'il ne faut pas céder aux dictats du monde financier, mais... Distribuer l'argent aux pauvres c'est bien, mais distribuer quasiment intégralement les revenus du pétrole dont les réserves ne sont pas infinies, j'appelle ...

à écrit le 10/02/2013 à 7:10
Signaler
En plus, ils sont riches avec le pétrole. C'est moins hypocrite que de faire tourner la planche à billets comme les USA et donc investir dans les autres pays avec de la fausse monnaie. Bravo!

le 10/02/2013 à 14:41
Signaler
Pas d'accord. C'est sûr que les usa profitent à fond de l'importance de leur monnaie. Ils font suffisamment tourner la planche à billet pour faire peser une grosse part du déficit US sur le dos des étrangers. Cela dit, ils ne font pas tourner suffisa...

le 10/02/2013 à 19:01
Signaler
@john..: faux, car les divers assouplissements quantitaifs correspondent en fait à des dévaluations et si les Européens ne s'étaient pas laissés vassaliser par les US, il y a longtemps que le système serait mort.

le 11/02/2013 à 0:11
Signaler
Les divers assouplissements quantitatifs DEVRAIENT correspondre à des dévaluations. Mais dans les fait, cela ne se produit pas, là est tout l'avantage d'avoir la principale monnaie de réserve.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.