La globalisation en question

Par Article partenaire "MonFinancier.com"  |   |  384  mots
La croissance des échanges mondiaux s'effondre à un rythme inconnu. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Si les opposants à la globalisation et à la mondialisation savaient lire les données économiques, le rapport que vient de publier l'Organisation Mondiale du Commerce aurait dû être fêté dans une liesse générale. Il marque une tendance sans précédent: la croissance des échanges mondiaux s'effondre à un rythme inconnu.

UNE CROISSANCE ANÉMIQUE

Selon un rapport de l'Organisation Mondiale du Commerce sur les échanges mondiaux. Un rapport tellement spectaculaire qu'on se demande si nous ne sommes pas en train d'assister en direct à la fin d'un cycle de globalisation. La chute de la croissance des échanges, importations et exportations, cette année est largement supérieure aux anticipations et amplifie une tendance déjà forte. Jugez vous-même : 3% seulement de croissance depuis 2010 alors qu'on tournait à plus de 6% de 1983 à 2008. Et pour 2015, nous sommes sur un chiffre de 1% de croissance seulement. La prévision précédente était de 3,3% pour l'année. Une sacrée révision à la baisse.

LA FERMETURE DES FRONTIÈRES

Tout ça est du au ralentissement de la Chine ?

En partie. Directement ou indirectement. En Août, les importations Chinoises se sont effondrées de près de 14% alors qu'elles avaient déjà chuté de plus de 8% en Juillet. Et tous les pays émergents sont entraînés dans la tourmente et pèsent sur les échanges mondiaux. Mais même les États-Unis se referment aussi. Depuis le début d'année, leurs exportations ont chuté de près de 6%. Et si on ajoute à ça une Europe dont la reprise est anémique, on est face à un monde où chaque zone économique se replie sur elle-même.

L'AUTRE FERMETURE DES FRONTIÈRES

L'Allemagne est débordée.

L'élan de générosité d'Angela Merkel a suscité un tel appel d'air que sur le terrain, municipalités, administrations et volontaires ne peuvent plus suivre. Et les premières réactions spontanées positives risquent de se transformer en tensions vives.

AIRBUS L'AMÉRICAIN

C'est parti.

Hier, Airbus a ouvert son usine d'assemblage en Alabama. Un moyen de partir à la conquête de l'Amérique mais aussi le fait d'une compétitivité forte de la main d'œuvre, qualifiée ou non, aux...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct