Un trader à haute fréquence arrêté, accusé d'avoir provoqué un mini krach en 2010

 |   |  400  mots
Le 6 mai 2010, l'indice Dow Jones s'est écroulé de 600 points en l'espace de cinq minutes après une chute des prix des e-minis. Ces contrats à terme électroniques sont basés sur l'indice Standard and Poors 500.
Le 6 mai 2010, l'indice Dow Jones s'est écroulé de 600 points en l'espace de cinq minutes après une chute des prix des e-minis. Ces contrats à terme électroniques sont basés sur l'indice Standard and Poors 500. (Crédits : Reuters)
Un spécialiste britannique du trading à haute fréquence est accusé de manipulation sur le marchés des contrats à terme électroniques, ayant contribué au mini krach du 6 mai 2010 aux Etats-Unis. L'ampleur de la fraude porte sur 37 millions d'euros.

Nouvelles sanctions judiciaires en vue pour un acteur du trading à haute fréquence ? Le département de la justice américain et la CFTC, l'autorité américaine des produits dérivés, ont annoncé que Navinder Singh Sarao, 37 ans, a été arrêté en Angleterre par Scotland Yard. Les Etats-Unis ont demandé son extradition.

Parmi une dizaine de mises en accusation, ce spécialiste du trading à haute fréquence est poursuivi pour fraude électronique et manipulation de contrats à terme sur le Chicago Mercantile Exchange. L'ampleur de la fraude, menée sur plusieurs années, porte sur 40 millions de dollars (37 millions d'euros), a précisé le directeur du département des poursuites de la CFTC, Aitan Goelman, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Ses ordres auraient contribué au "Flash crash" du 6 mai 2010

Selon Aitan Goelman, le trader a opéré sur les marchés entre 2010 et 2014 et ses ordres massifs sur les contrats à terme électroniques (e-minis) ont contribué au "Flash crash" du 6 mai 2010. Selon le responsable de l'autorité américaine des marchés des contrats à terme et des matières premières. Ses seuls ordres à la vente ont dépassé "de façon significative" les ordres d'achat "créant un déséquilibre qui fut à l'origine du krach", a-t-il ajouté.

Ce jour-là, l'indice Dow Jones s'est écroulé de 600 points en l'espace de cinq minutes après une chute des prix des e-minis. Ces contrats à terme électroniques sont basés sur l'indice Standard and Poors 500.

Singh Sarao aurait créé l'illusion d'un marché très actif

Usant d'un logiciel électronique, Singh Sarao est soupçonné d'avoir employé une stratégie dite de "superposition" en plaçant simultanément de multiples ordres de grande ampleur à différents prix, créant l'illusion d'un marché très actif et tout-à-fait réel. Les ordres étaient fréquemment modifiés pour rester proches des prix du marché et régulièrement annulés pour éviter de les exécuter.

Mais leur ampleur "trompait les autres participants du marché, qu'ils soient humains ou algorithmiques", a expliqué le responsable de l'autorité américaine des marchés des contrats à terme et des matières premières (CFTC).

Quand les prix fondaient du fait de ces massifs ordres de ventes, Singh Sarao rachetait ces e-minis à bas prix et les revendait lorsque le marché rebondissait, a également expliqué le département américain de la justice.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2015 à 1:49 :
Si vous suivez Nanex, spécialiste incontesté, vous verrez que ces manips ont lieu tous les jours sur quasiment tous les marchés. Un lien amusant sur le sujet "Dear CFTC: This Is The Market Manipulating "Spoofing" Taking Place In The E-Mini Just Today" où l'auteur promet de poster un exemple du même genre chaque jour, pour aider le CFTC qui a du mal... Très fort.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :