Women's Awards : plus que quelques jours pour voter

 |   |  296  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les votes pour les Women's Awards se terminent le 30 novembre.

Parce que les femmes jouent un rôle moteur dans la croissance économique et qu'à tous les niveaux l'exemplarité, le courage et la ténacité des aînées incitent les jeunes à oser entreprendre et avoir de l'audace, La Tribune s'est engagée, depuis deux ans, à détecter et mettre en avant des femmes qui ont accompli un parcours professionnel d'exception.

Preuve du succès de la première édition en 2010 des Trophées La Tribune Women's Awards, 300 chefs d'entreprise et cadres dirigeantes ont candidaté pour cette seconde édition. Le Grand Jury, présidé par Valérie Decamp, s'est réuni le lundi 5 septembre afin de désigner trois nominées, cadres dirigeantes ou créatrices d'entreprise, dans chacune des cinq catégories en lice : Finance, Green Business, Techno & Médias, Industrie du luxe et Pays émergents. Les candidatures ont été évaluées selon une méthodologie établie avec le soutien de Women's Equity, partenaire des Trophées La Tribune Women's Awards depuis leur lancement.

Concrètement, les candidates ont été notées en fonction des performances de leur entreprise pour les chefs d'entreprise (mixité des instances dirigeantes, croissance du chiffre d'affaires et du nombre de salariés) et de l'exemplarité de leur parcours (mandats sociaux, représentation professionnelle et extra-professionnelle, publications et distinctions). Les prix seront décernés le 5 décembre prochain à Paris lors d'une cérémonie au théâtre Marigny.

Jusqu'au 30 novembre, les internautes sont appelés à voter sur www.latribunewomensawards.fr pour élire une candidate dans chacune des cinq catégories. Vous retrouverez sur le site une biographie et une vidéo de présentation de chaque nominée en compétition.

Pour accéder aux Women's Awards, cliquez ici

Pour voter et découvrir les nominées, cliquez ici

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2011 à 8:35 :
J?en ai assez de voir sans cesse tout le monde se positionner en faveur des femmes. Dans tous les secteurs de la vie : économie, social, politique, relations de couple, etc?, tout est toujours orienté dans le sens d?une dénonciation des comportements des hommes qui s?accapareraient les bons postes, seraient des machos épouvantables, des violeurs, des pervers manipulateurs, en somme la source des maux affectant la moitié de la population. Qui songerait à en dire autant des maux qui affectent les hommes et dont les femmes sont les responsables ? Qui songerait à remettre en cause la justice des affaires familiales strictement orientée en faveur des femmes ? Jamais le parcours professionnel des femmes et leurs choix de carrière ne font l?objet de débat lors d?un divorce. Qu?une femme ait décidé de cesser de travailler, soit disant pour la plus noble des causes, élever les enfants du couple, ne fait pas débat : le mari lui devra une prestation compensatoire, quoi qu?il arrive, car de toutes façons elle aura un écart de carrière et donc de revenus au bout !!
Qui n?a jamais entendu une femme dire qu?elle aimerait trop arrêter de travailler ? Qui a déjà entendu cela de la bouche d?un homme ?

Arrêtons avec la sanction exclusivement réservée aux hommes. Ils travaillent, ils se sacrifient pour leurs familles (oui le travail des hommes est aussi un sacrifice, un partout), pendant que leurs femmes prennent le café entre copines, voire prennent un amant tellement c?est pénible ces hommes qui ne pensent qu?à leur boulot (allez donc voir les sites féministes, vous serez édifiés tant l?incitation à l?infidélité, voire à l?homosexualité entre femmes est criante).

Ras-le bol de ce sexisme anti-hommes.
Réponse de le 29/11/2011 à 13:12 :
pas mal
Réponse de le 01/03/2012 à 13:49 :
NON : tout d abord il y a exagération beaucoup de femmes se résignent et encore trop peu d?hommes humanistes nous encouragent à prendre la place que la tradition nous refuse depuis des années. Votre propos n?est qu?une analyse superficielle de clichés de la vie de couple ou de faits de société. Vous mélangez la forme et le fond. Vous démontrez toute l?utilité de la défense du droit des femmes en les dénonçant comme pas plus sérieuses que des enfants gâtés. Oui dans la forme nous ne sommes pas toute des saintes, justement parce que nous sommes vos alter ego, oui certaines féministes prônent l ouvertement la guerre des sexes ce qui nous nuit plus qu?autre chose. Le vrai féminisme c?est la mixité à tous les niveaux décisionnels car les femmes représentent avec leur propre sensibilité d?épouse et mère la moitié de l?humanité. Personnellement j?aime trop les hommes et je n?ai aucune intention de leur voler leur propres droits, je n?ai pas de complexe phallique et demande simplement une place à côté. L?avenir de notre planète doit être décidé conjointement. Si vous avez une saturation de nos revendications c?est qu?il y a des barrières à faire tomber et que toutes les aides sont bienvenues. Concernant le divorce et la garde des enfants le cliché est en notre faveur justement pour compenser les discriminations financières et ménagères. Avec l?arrivée des « nouveaux papas » et le développement des carrières féminines la justice va vers l équilibre des décisions car elle agit pour l?enfant les parents sont dos à dos. Quant aux prestations compensatoires elles sont loin d être systématiques. La justice applique des lois et ne protège que la vulnérabilité. Si un père reste des années à la maison pour élever les enfants il en bénéficiera de la même façon, mais c?est encore une barrière culturelle. Pourtant un enfant a autant besoin de son père que de sa mère. Je comprends bien votre agacement mais toutes les femmes ne sont pas vos ennemies. Je vous souhaite de trouver l?harmonie. Bisous
Réponse de le 16/10/2012 à 11:51 :
Bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :