Changer les salariés de place, c'est bon pour leur créativité !

 |   |  641  mots
La place octroyée à chaque salarié dans une entreprise a un impact direct sur son travail / Reuters.
La place octroyée à chaque salarié dans une entreprise a un impact direct sur son travail / Reuters. (Crédits : Reuters)
Fini le bureau attitré ! De nombreuses entreprises américaines font changer régulièrement de place leurs employés, raconte le Wall Street Journal. Un jeu de chaises musicales qui encouragerait notamment le dialogue et la création. Mais pas que...

Au boulot, vous êtes assis en face de Bruno, qui vous rapporte toujours un café le matin et à côté de Julie, qui vous aide au moindre bug informatique. Aucun collègue derrière vous pour espionner votre écran... Bref, vous avez une place de rêve, mais méfiez-vous, cela risque de ne pas durer. Mercredi dernier, le Wall Street Journal consacrait un article à un nouveau phénomène qui sévit outre-Atlantique: le jeu des chaises musicales au boulot.

 

"En déplaçant les employés de bureau en bureau chaque mois, en dispersant ceux qui font le même job et en repensant quel département elles doivent placer les uns à côté des autres, les entreprises affirment qu'elles peuvent augmenter leur productivité et leur coopération", note la journaliste Rachel Feintzeig.

 

Favoriser le dialogue avec l'ensemble des collègues....

 

Changer de bureau serait plus efficace que n'importe quel plan de restructuration. "Si je change la charte de l'entreprise et que vous restez à la même place, ça n'aura pas beaucoup d'effet. Par contre si je ne change pas la charte, mais que je vous change de place, cela va presque tout changer", assure Ben Waber, responsable de Sociometric Solutions, une entreprise qui commercialise des capteurs de mouvements permettant aux sociétés d'analyser les déplacements de leurs salariés. Rien que ça !

 

Ces changements favoriseraient en fait le dialogue au sein des entreprises. Ben Waber a calculé que la majorité (40 à 60%) des interactions d'un salarié se font avec ses voisins directs, que cela soit par mail ou lors de discussions réelles.

 

Plus vos collègues sont loin, moins vous risquez de leur parler. Vous n'auriez ainsi que 5% à 10% de chances de discuter dans la journée avec une personne assise à deux rangées de vous, sauf en cas de réunion bien sûr.

 

... et la créativité"

 

Mixer les services permettrait aussi d'améliorer la création des salariés.

 

"Regrouper des employés par département peut favoriser la concentration et l'efficacité, mais les mélanger peut encourager l'innovation", note Christian Catalini, assistant professeur à l'école de management du Massachusetts, interrogé par le Wall Street Journal.

 

Cet enseignant a ainsi étudié les résultats des recherches réalisées par des scientifiques parisiens de l'Université Pierre et Marie Curie, séparés dans divers bâtiments à cause de problème liés à l'amiante entre 1995 et 2010. Il a comparé leurs travaux avant leur séparation forcée puis pendant. Résultat : cette restructuration aurait provoqué quelques mauvaises idées, mais aussi plusieurs découvertes.

 

Ces changements de place à outrance peuvent tout de même avoir des effets négatifs.... sur les employés. Le quotidien cite l'exemple de MODCo Media, une agence de publicité new-yorkaise, qui pendant six mois a mixé ses équipes de comptables et de publicitaires. A force d'écouter leurs collègues de la comptabilité passer des coups de fil, les publicitaires ont fini par acquérir des connaissances dans ce domaine. L'entreprise a alors décidé de réduire son service comptabilité par la suite...

 

Vérifier son contrat

 

Verra-t-on bientôt ce jeu de chaises musicales débarquer en France, où 60% des bureaux sont en open-space et donc plus facilement interchangeables ? La loi française, en tout cas, y autorise les employeurs.

 

Changer de place relève logiquement d'une modification de vos conditions de travail et non pas de votre contrat de travail... sauf si l'emplacement de votre bureau est clairement inscrit dans ledit contrat.

 

Deux arrêts datés du 10 juillet 1996 nuancent la différence entre ces deux notions. Vous pourrez ainsi contester un changement de bureau dans un seul cas: si votre entreprise a carrément déménagé et que votre nouveau lieu d'implantation ne figurait pas dans votre contrat de travail. De quoi y perdre sa place...

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/10/2013 à 13:20 :
C'est toujours la même rengaine... Une société US affirme que blablabla et immédiatement, cela devient une quasi vérité... Et nos petits gourous français auto proclamé, nos petits managers s'empressent de se saisir de ce sujet pour masquer leurs incompétences et leurs impostures, pourvu qu'ils puissent justifier à leur direction suprême oh combien ils ont réfléchi sur ce problème épineux et très difficile de la productivité
a écrit le 18/10/2013 à 14:12 :
Pour agrémenter et dans un but d assiduité, quelques postes ne sont pas pourvu de sièges. Pas plus de deux ce qui obligent les derniers arrivants d aller les chercher dans le bureau du chef de service là ou ils sont remiser tous les soirs.
a écrit le 18/10/2013 à 10:34 :
J'ai vécu ça dans une fédération. Nous n'avions pas de bureaux attitrés ,ni d'espaces personnels. Nous devions "tourner" régulièrement sur chaque poste. Il y a de quoi devenir fou. Plus un manque de place évident. Donc promiscuité, surveillance de chacun, impossible de téléphoner, tout est sous contrôle. Avec bien sûr, vu l'incapacité des managers, diviser pour réger, ce qui induit une ambiance très malsaine. Heureusement, je ne suis restée que 6 mois ! C'est très difficile de travailler, de se concentrer dans ce type de situation.
a écrit le 17/10/2013 à 17:55 :
Oui, certains deviennent tellement créatifs qu'ils ont la bonne idée de se suicider....
a écrit le 17/10/2013 à 17:03 :
Moi j'ai ce système dans l'entreprise dans laquelle je travaille. C'est une véritable connerie car il faut réserver sa place au maximum 10 jours à l'avance. Et quand t'as oublié ta place , tu dois prendre la place qui est libre dans le meilleur des cas sinon tu peux aller en salle de réunion et donc t'as aucun repère , tu perds ton temps à trouver une place et tu te retrouves loin de ton équipe. En gros une grosse perte de temps et de motivation.
a écrit le 17/10/2013 à 15:35 :
90% des salariés sont trés attachés à leurs habitudes et faut les entendre raler au moindre changement de leur environnement ......jusqu'au jour où la société déménage ses bureaux d'Issy les mx à Chatillon ou ailleurs !!!!!!!!
Mais je ne comprends pas pourquoi nos grands penseurs de monde du travail et autres sachants , experts, consultants ...... n'incitent pas les chefs d'entreprises à opter pour le télé travail ...venir au bureau un jour sur deux et travailler de son domicile , moins de fatigue dans les transports , moins de pollution ....
a écrit le 17/10/2013 à 14:58 :
Quand on passe de la société de la compétence à celle du copinage, la seule planche de salut pour les dirigeants qui ne méritent pas leur poste et sont incapables de le tenir autrement que par l'abus de leur pouvoir, réside dans ces mesquines et grotesques modes managériales. Quand ce n'est pas tout simplement la sous-traitance de leur propre job par experts interposés.
Réponse de le 17/10/2013 à 15:37 :
Après on s'étonnera des déprimes, dépressions et pire, en bout "de course : les suicides ! eh! oui, hélas !
Réponse de le 17/10/2013 à 16:21 :
rst3 ...vous oubliez le stress et le burn out ....avant l'ultime étape !!!!
Réponse de le 17/10/2013 à 16:56 :
vous avez entièrement raison !
a écrit le 17/10/2013 à 14:55 :
déstabilisation, délation , surveillance à outrance, une ambiance de m...de dans le bureau, quoi !
Réponse de le 17/10/2013 à 16:00 :
C'est le but diviser pour régner ,un classique, ajouter à cela un zest d'augmentation individuelle annuelle au "mérite bien sur " avec en parallèle une évaluation individuelle et annuelle + systeme de notation comme pour des gosses et rien de tel pour diviser les salariés pardon les collaborateurs (c'est la mode).
Réponse de le 17/10/2013 à 16:18 :
J'étais dans une réunion ces derniers jours et j'ai entendu pour la première fois l'expression " collab" !!!! ,le directeur nous parlait de nos collabs !!!! C'est nouveau ou je suis en retard ?
Réponse de le 17/10/2013 à 17:18 :
de ces faits, on ne peut plus s'étonner de rien : stress énorme, burn out (comme dit plus haut bien justement), déprimes, management à la c..n, dépressions, grande souffrance, et en ultime ; suicides! la recette idéale pour anéantir, compresser; rabaisser, humilier.."Bravo" ! après on vous lâchera tout de go" ouais, mais cette personne avait des problèmes" personnels""..! ben, tiens, comme si l'ambiance pourrie ne jouait pas dans la vie personnelle, la vie de couple et familiale! quelle gabegie dramatique..
Réponse de le 17/10/2013 à 17:42 :
@val

Les collabos ne sont plus dans l'air du temps, il faut avancer avec son temps! D'ici une décennie votre directeur vous parlera peut être de vos camarades et votre salaire se transformera en bons alimentaires. Ce glissement sémantique est probablement utilisé pour souligner la contribution des salariés au projet commun, cependant de mon point de vue il permet aussi de dégrader la valeur de chaque contribution contrairement au terme "associé" intrinsèquement limité donc essentiel.
a écrit le 17/10/2013 à 14:36 :
Article très superficiel sur le sujet.
En effet, il suffit de relire les articles de La Tribune sur la gestion du personnel chez Google ou Microsoft où l'on prône le BYH@W (bring your home at work) pour personnaliser son Bouger les personnes souvent ne fait que les déraciner et l'entreprise devient un peu plus un simple lieu de passage pour laquel on ne veut pas s'investir.
a écrit le 17/10/2013 à 14:30 :
C'est très bien tout ça, mais le télétravail, c'est pour quand ?
Réponse de le 17/10/2013 à 15:18 :
Cela dépend aussi de l'employeur :

Fin février, Jackie Reses, la responsable des ressources humaines de Yahoo a envoyé un mémo à tous ses employés à distance, les sommant de revenir travailler dans les bureaux de l'entreprise avant le mois de juin, invitant notamment toute personne qui ne pourrait ou ne voudrait se soumettre à cette règle à donner sa démission.

Pour citer Reses : "Travailler chez Yahoo ne dépend pas seulement de l'exécution vos tâches quotidiennes. Cela repose également sur les interactions et les expériences qui sont exclusivement possibles dans nos bureaux."
Réponse de le 17/10/2013 à 17:21 :
...expériences plutôt néfastes...oui !
a écrit le 17/10/2013 à 14:14 :
C'est vrai que les tableaux sur la photo donnent envie de changer de place.
a écrit le 17/10/2013 à 13:26 :
Excellente méthode. Tout comme celles que j'ai vu défiler depuis 20 ans. Et un jour, ta chaise, tu la retrouves sur le trottoir... Allooooons, c'est tout simplement la méthode de la déstabilisation. Tout comme la méthode de l' "open bureau" est une auto-surveillance entre salariés. Faut pas avoir fait Polytechnique pour se rendre compte de leurs manipulations.
Réponse de le 17/10/2013 à 13:57 :
L'auto-surveillance via "l'open space" c'est un moyen efficace pour mettre en lumière le travail collectif... ou non. De la peut naître des conflits internes nécessaires à l'optimisation de l'énergie productive. Dans le pire des cas, un mauvais manager conservera de mauvais collaborateurs et annoncera probablement lui même un plan social. Changer de place peut être bénéfique de manière ponctuelle en cas d'incident technique (e.g. panne informatique.) mais peut aussi être très mal vécu utilisé dans un but de déstabilisation ou dévalorisation du personnel. Cependant cela peut être aussi un bon moyen pour se débarrasser d'éléments dégradant la performance de l'entreprise sachant qu'il est très difficile de licencier en France hors rupture conventionnelle. Le bilan me semble plutôt mitigé.
Réponse de le 17/10/2013 à 14:25 :
C'est tout à fait exact ce que vous avancez ! ++1000000
Réponse de le 17/10/2013 à 14:32 :
Je ne vous sens pas trop sûr dans le contrôle de vos esclaves, Michel. Pourtant,... pourquoi douter..?? Moi, dès qu'on me propose une méthode, je vire le consultant.
Réponse de le 17/10/2013 à 14:38 :
Méthode "àBibi" : Quand je sens qu'une personne s'encroute un peu, ou ne va pas voir les collègues des autres services, je te me l'envoie en formation 15 jours (choix commun) histoire de lui aérer les neurones, et, au retour, je lui demande si elle a trouvé ça bénéfique et en quoi. Point.
a écrit le 17/10/2013 à 12:28 :
En France on est très en avance pour ces expériences. Presque 11% de chômeurs et un nombre non négligeable d'emplois partiels permettant de vivre en vrai le changement de place...
Réponse de le 17/10/2013 à 14:24 :
Hélas ! + UN
a écrit le 17/10/2013 à 12:01 :
Vive l'employé kleenex! Il parait que les placards sont pas mal aussi pour favoriser la créativité.. des anciens salariés sur le départ.
a écrit le 17/10/2013 à 11:48 :
c'est bon sans être bon! ça favorise aussi le "borderline"....
Réponse de le 17/10/2013 à 12:30 :
j'ai vu vincs, il est borderline, c'est la derniere discussion que j'ai eu a son sujet, après placard et hopital psychiatrique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :