Claude Guéant veut réduire la liste des métiers ouverts aux "non européens"

 |   |  238  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement a transmis aux syndicats un projet d'arrêté divisant par deux le nombre de métiers "en tension" ouverts aux étrangers non ressortissants de l'Union européenne.

Le journal Les Echos a révélé ce vendredi que "le projet d'arrêté réduit d'une petite moitié la liste créée en janvier 2008 des 30 familles de métiers actuellement ouverts aux non-européens"."Il s'agit de circonscrire cette liste aux métiers les plus qualifiés ou les plus spécifiques, correspondant à des besoins significatifs de main d'?uvre" impossibles à pourvoir à court terme avec des travailleurs présents en France, explique le courrier de la Direction générale de l'emploi (DGEFP) envoyé aux syndicats.

Interrogé, le ministère du travail a indiqué que la liste, soumise aux syndicats, pouvait encore être modifiée et qu'elle serait définitivement arrêtée dans la première quinzaine d'août.

Le gouvernement avait annoncé dès ce printemps son intention de revoir cette liste qui datait de 2008 et comprenait une trentaine de métiers donnant droit à des visas de travail.

Les syndicats s'étaient montrés hostiles à une telle mesure, et le patronat avait considéré que ce n'était pas une priorité. Raymond Chauveau (CGT) dénonce une mesure "d'affichage" à "visée politique" mais qui "ne changera pas grand chose."

Dans la nouvelle liste, des métiers du BTP et de l'informatique disparaissent.

Chaque année, quelque 20.000 visas de travail sont délivrés, une bonne partie étant des changements de statut pour des personnes déjà présentes sur le territoire comme les étudiants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2011 à 19:00 :
Entièrement d'accord avec Guéant. En Suisse, au Canada, en Australie, ça fait longtemps qu'il y a du tri au regard de l'immigration. Si les plus qualifiés ne veulent pas en faire profiter leur pays, ça les regarde.
a écrit le 25/07/2011 à 22:08 :
un ministre qui relate un fait qui se passe depuis + de 50 ans, CHAPEAU, limité les embauches aux immigrés et bien M.Guéant il y à du travail, car il y à des étrangers qui ont la double nationalitée, on nous avez prévenu M LE PEN et sa fille MARINE LE PEN vous n'avez rien inventé où plutôt excusez-moi du terme copier certaines des propositions du FN, le plus simple et vous verrez il serait mieux que vous présentiez aux élections.
Réponse de le 26/07/2011 à 1:21 :
incomprehensible et sans queue ni tete.
a écrit le 25/07/2011 à 18:21 :
Et comme ça les ingénieurs en informatique formés en France (soit à l'université, soit dans les grandes écoles) iront là où on les accueillera : en Suisse, au Luxembourg ou au Québec. Ce qui fera que ces personnes ne paieront pas d'impôts en France, mais dans ces 3 pays.
Résultat : la France aura indirectement financé les économies suisse, luxembourgeoise et québecoise. Merci M. Guéant.
Réponse de le 26/07/2011 à 8:10 :
Non bien au contraire. Si les informaticiens francais ne sont plus mis en concurrence avec les informaticiens marocains, libanais, tunisiens ou indiens, les salaires remonteront. Dès lors, il y aura moins d'interet pour un frontalier à traverser la frontiere. Evidemment, encore faut il qu'il y ait de l'emploi en France sachant que la tendance est à la diminution à cause de l'offshore et à la mutualisation des ressources.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :