Il faut oser

Par latribune.fr  |   |  482  mots
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Laurence Peyraut Bertier, directrice de la marque de Barclays Global Retail Banking

Quand j'ai fait mon DESS marketing banques et finances à Nanterre en 1990, il y avait très peu de femmes dans la finance et la banque. Le DESS était dirigé par Dominique Strauss-Kahn et Denis Kessler, qui me conseilla de rejoindre Axa. J'ai beaucoup apprécié ce groupe dont le slogan interne était « Le Faire ». Se tromper n'était pas grave. Ce qui était grave, c'était de ne pas tenter de faire les choses.

J'ai eu une évolution régulière jusqu'au moment ou j'ai pris conscience que les postes de direction étaient alors plutôt réservés aux hommes. Avoir de bons résultats ne suffisait plus pour accéder au pouvoir.

J'ai alors rejoint Barclays France en tant que directrice marketing et communication. J'ai été la seule femme représentée au comité exécutif à l'époque. Pascal Roché, CEO, m'a alors dit qu'en me nommant, il faisait un acte politique. Au départ je n'ai pas compris mais de fait, un grand nombre de femmes m'ont appelée pour me dire merci. Cela signifiait, pour elles, que l'accession d'une femme au comex était désormais possible. Nous avons construit un nouveau plan stratégique et j'ai toujours considéré qu'au-delà de mon rôle, nous devions donner envie à nos collaborateurs de nous suivre. Nous avons passé beaucoup de temps en région pour expliquer aux 1.500 collaborateurs le nouveau projet de la banque.

Depuis le début de ma carrière, j'ai bénéficié de leaders qui m'ont fait confiance, qui m'ont fait avancer. Je me suis dit que c'était maintenant à moi d'agir. Travailler sur la visibilité des femmes leur permet de prendre confiance, d'oser. En 2004, Barclays a lancé un programme de leadership pour les femmes. Nous avons mis en place un programme de « mentoring ». On attribue à des jeunes femmes à potentiel un mentor, homme ou femme, pendant un an. Cette initiative a révélé ou confirmé des talents et créé de la confiance. Nous avons aussi lancé un programme de « déjeuners écoute » (listening lunch) qui propose aux dirigeants de rencontrer 10 femmes qui racontent en toute transparence leur histoire. Les dirigeants du comex ont été frappés par ce qu'ils entendaient. Cela a permis de créer de la confiance pour ces femmes. En 2007, j'ai été nommée directrice marketing et communication au niveau européen. On m'a demandé aussi d'étendre le programme de leadership des femmes au niveau européen. Barclays a ainsi été une des premières entreprises à soutenir le Women's Forum. La banque s'est engagée à nommer des femmes à des postes clés. Aujourd'hui, le comite exécutif de Barclays Retail est composé à 40% de femmes. Le groupe a créé les Women's Awards. En 2010, j'ai été nommée l'une des Women of the Year. C'est un symbole extrêmement fort qui renforce la confiance. C'est ce dont les femmes ont le plus besoin. »