"La France et l'Inde portent le même amour à l'artisanat"

Par Isabelle Lefort  |   |  406  mots
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Entretien avec Nupur Tron, Ambassadrice de la chambre de commerce franco-indienne

La vie de Nupur Tron a tout du conte de fées. Née sur les contreforts de l'Himalaya, non loin de Simla, là même où Nehru fu+t charmé par Lady Mountbatten, Nupur a du sang royal dans ses veines. À 16 ans, en visite chez son oncle, dans le Connecticut, son caractère s'affirme, pas question pour elle de rentrer en Inde, elle prend la direction de New York pour y intégrer le Fashion Institute of Technology, l'une des plus grandes écoles de stylisme dans le monde. À la fin de ses études, pour valider son cursus, elle doit passer trois mois à Paris. En visite au Louvre, coup de foudre, elle rencontre son époux Frédéric Tron. « Namaste la France », bonjour la France, Nupur devient vite l'une des étoiles des dîners parisiens. Après avoir créé sa propre marque de mode, elle se lance dans la joaillerie, et ses bijoux inspirés de la pure tradition artisanale indienne, bénéficient d'un « corner » au Bon Marché, autant dire que c'est un fait rare et exceptionnel. Devenue ambassadrice de la culture et des arts à la chambre de commerce franco-indienne, cette golfeuse émérite, invitée des drives de Saint-Tropez, fait salon chez elle, comme au château de Saran propriété de Dom Pérignon (LVMH) où elle organise des soupers fins avec de grands chefs comme Alain Passard ou Hemant Oberoi. Sur la scène artistique, elle multiplie les interventions pour mieux faire connaître les cultures des deux pays. « Les Indiens connaissent bien moins la France que les Chinois. Quand ils viennent en Europe, leur priorité c'est Londres pour des raisons historiques. Cela étant, les choses commencent à évoluer. Il y a un travail de fond à réaliser mais nos deux pays ont de nombreux points communs. Tous deux portent un même amour à l'artisanat, à une différence près : aujourd'hui, en Europe et en France, les savoir-faire se perdent, la main-d'oeuvre est trop chère, rien n'est fait pour inciter les jeunes à perpétuer ces métiers de la main, alors qu'en Inde cette tradition est bien vivante et le restera. » L'influence de Nupur sur la sphère parisienne va bien au-delà des seules mondanités. En février 2010, elle était la seule indienne à accompagner la délégation des chefs d'entreprise français en Inde pour les aider à mieux comprendre les habitudes de son pays. Nupur Tron est une femme à suivre.