Fonctions logistiques : maintien de l'emploi cadre en 2009

 |   |  468  mots
Les cadres en logistique des secteurs automobile, chimie ou transport risquent cependant d'être plus affectés que ceux du commerce, de l'agro-alimentaire ou de la pharmacie.

Faire le dos rond, en attendant mieux. C'est la stratégie adoptée par les entreprises vis-à-vis de leurs salariés des fonctions logistiques, de gestionnaire de stock à directeur supply chain en passant par responsable d'entrepôt. Selon l'enquête annuelle sur les besoins en emplois et formations du groupe AFT-IFTIM, portant sur les fonctions logistiques de six secteurs (1), seules 3% des entreprises de plus de 100 salariés ont procédé à des licenciements économiques au sein de cette population en 2008.

« Pour 2009, les intentions sont meilleures qu'on aurait pu le craindre », apprécie en outre Jean-André Lasserre, responsable de l'étude. De fait, 75% des entreprises de plus 100 salariés prévoient de maintenir leurs effectifs d'opérateurs. Une proportion qui atteint 86% pour les effectifs de cadres. « L'enquête a été réalisée en janvier auprès de 700 établissements, souligne Jean-André Lasserre. Elle tient donc compte du retournement ressenti au dernier trimestre dans tous les secteurs, même si l'industrie agro-alimentaire et de pharmacie ont été moins touchés que l'automobile, la chimie ou le transport ».

A défaut de licencier, les entreprises se sont adaptées en opérant des mises en congés ou en JRTT. Une solution privilégiée par 11% des établissements de plus de 100 salariés. « Les employeurs se souviennent combien ils ont peiné, en 2006-2007, pour compenser les départs en retraite et recruter sur les fonctions logistiques, explique Jean-André Lasserre, responsable de l'étude. Dans la mesure du possible, ils préfèrent aujourd'hui préserver leurs compétences ».

Quelque 44% des établissements de plus de 100 salariés ont encore recruté en 2008. Soit seulement 6% de moins qu'en 2007. Le recrutement de cadre a connu un recul tout aussi mesuré, de 11,5% en 2007 à 10% en 2008. « La multiplication des projets de réorganisation logistique, liée à la pression sur les coûts et au besoin de gagner en productivité, plaide pour le recrutement de cadres issus ou de grandes écoles ou d'écoles d'ingénieurs avec une spécialisation logistique, analyse Jean-André Lasserre. Les entreprises ont besoin de cadres qui travaillent sur les processus, plutôt que de cadres opérationnels ».

Côté formation continue, plus de 80% des établissements de plus de 100 salariés en ont fait bénéficier leurs cadres en logistique en 2008, contre 60% en 2007. « Cet effort devrait se poursuivre en 2009, les entreprises ayant l'intention d'utiliser le temps libéré par la baisse d'activité », prévoit Jean-André Lasserre. Objectif prioritaire: la maîtrise de l'anglais (pour 46,3% des répondants), devant les techniques du management et le travail en équipe (45,1%) et l'actualisation des connaissances réglementaires (41,6%). Près d'un tiers des établissements (30%) souhaite enfin développer pour leurs cadres des formations orientées vers le développement durable et la gestion des déchets.

(1) Industrie agro-alimentaire, pharmacie, automobile, industrie des équipements mécaniques, chimie, commerce et transport.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :