Le crédit aux entreprises reste peu dynamique en France

La timide reprise du premier semestre n'a pas duré.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Le crédit aux entreprises peine à redémarrer dans l'Hexagone. Les statistiques de la Banque de France montrent que le « flux cumulé de crédits nouveaux aux sociétés non financières » (selon la terminologie de l'institution) stagne depuis août, autour de 234 milliards d'euros. La page des années 2006, 2007 et 2008, lorsque les flux cumulés mensuels de nouveaux crédits aux entreprises oscillaient entre 290 et 320 milliards d'euros est définitivement tournée. La timide reprise amorcée au premier semestre (après un point bas à 229 milliards d'euros en janvier) ne s'est ni accélérée, ni confirmée dans la deuxième partie de l'année, et ce, en dépit de l'optimisme affiché par les banques.

Crédit à l'habitat en hausse

« La demande de crédit des entreprises, qu'il s'agisse des grandes unités ou des PME, a été encore jugée bien orientée », notait la Banque de France dans sa dernière enquête trimestrielle auprès des banques sur la distribution du crédit. Une progression « mise au compte notamment de la reprise des investissements et des opérations de fusion/acquisition ».

« Ce décalage peut être attribué à la forte inertie des chiffres de la Banque de France puisqu'il s'agit d'un cumul sur 12 mois », explique Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM. Pour lui, l'enquête de la Banque de France reflète le fait que « les banques perçoivent une amélioration de l'environnement. Mais pour l'instant les entreprises ayant de la trésorerie et n'investissant pas beaucoup, la demande de crédit n'est pas spectaculaire ».

En revanche, la progression des flux de crédits nouveaux aux ménages se poursuit. La Banque de France note « une nouvelle poussée des flux cumulés de crédit à l'habitat », tandis que le crédit à la consommation est toujours en berne. Cette nouvelle poussée en décembre s'explique notamment pour les secundo accédants par la perspective de la disparition de mesures incitatives comme le crédit d'impôt TEPA ou encore la réduction des avantages associés au dispositif Scellier.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.