La Russie rejette le plafonnement du prix de son pétrole, prépare sa réponse

reuters.com  |   |  297  mots
Illustration de modeles de barils de petrole et un cric de pompe devant les couleurs des drapeaux de l'ue et de la russie[reuters.com]
(Crédits : Dado Ruvic)

(Reuters) - La Russie "n'acceptera pas" le plafonnement du prix du pétrole brut qu'elle exporte et étudie la réponse à apporter à la décision de l'Union européenne, du G7 et de l'Australie, a déclaré samedi le Kremlin, cité par les agences russes.

Le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, a promis que la réponse de Moscou serait rapidement connue, tandis que l'ambassadeur russe auprès des organisations internationales dont le siège est à Vienne, Mikhaïl Oulianov, a assuré que l'Europe devrait désormais "vivre sans le pétrole russe".

Le plafonnement à 60 dollars du baril de pétrole russe acheminé par mer devrait être entériné ce week-end par l'Union européenne, la Pologne - qui voulait un prix plus bas - ayant levé vendredi ses objections.

Aux termes du mécanisme proposé par le G7, les transporteurs maritimes et les compagnies d'assurance et de ré-assurance ne pourront prendre en charge les cargaisons de brut russe que si son prix n'excède pas 60 dollars par baril, ce qui compliquera de facto toute transaction à un prix plus élevé, même pour les pays tiers.

Le brut de l'Oural s'échangeait autour de 67 dollars le baril vendredi et les prix mondiaux du pétrole risquent d'augmenter après l'entrée en vigueur lundi des sanctions imposées au pétrole russe par l'UE.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a estimé qu'en plus de réduire la principale source de revenus de la Russie pour la poursuite de sa guerre en Ukraine, ce plafond devrait bénéficier aux pays à bas ou moyen revenus qui doivent déjà supporter la flambée des produits alimentaires.

(Rédigé par Caleb Davis et Mark Trevelyan, version française Tangi Salaün)

tag.dispatch();