Téléchargez
notre application
Ouvrir

Slovaquie : L'acquittement du cerveau présumé du meurtre de Kuciak annulé

reuters.com  |   |  314  mots
Slovaquie: l'acquittement du cerveau presume du meurtre de kuciak annule[reuters.com]
(Crédits : Radovan Stoklasa)

BRATISLAVA (Reuters) - La Cour suprême slovaque a annulé mardi l'acquittement du cerveau présumé de l'assassinat du journaliste d'investigation Jan Kuciak et de sa fiancée en 2018 et a ordonné la tenue d'un nouveau procès contre l'homme d'affaires Marian Kocner, à la suite d'un appel interjeté par les procureurs.

Le tribunal spécial de Pezinok avait prononcé en septembre dernier l'acquittement de Marian Kocner dans cette affaire qui a choqué la Slovaquie et provoqué de larges manifestations contre la corruption du gouvernement, contribuant à redessiner le paysage politique du pays.

S'exprimant lors d'une audience publique, le juge Peter Paluda a estimé que le tribunal n'avait pas examiné de manière approfondie l'ensemble des preuves disponibles.

Jan Kuciak et Martina Kusnirova, qui étaient âgés de 27 ans, ont été tués par balles à leur domicile, près de Bratislava, en février 2018.

L'affaire a alimenté au sein de la population des soupçons de corruption parmi les élites du pays, donnant lieu à un vaste mouvement de colère qui a poussé le Premier ministre de longue date Robert Fico à démissionner. Un nouveau gouvernement entré en fonction en mars 2020 a promis d'éradiquer la corruption.

Traduire devant la justice les assassins de Jan Kuciak et de sa compagne était considéré comme un test pour le système judiciaire slovaque, décrié comme sujet à corruption.

Plusieurs politiciens de haut rang et des représentants de la justice ont démissionné après que l'enquête a révélé leurs liens passés avec Marian Kocner.

L'acquittement d'Alena Zsuzsova, associée de Marian Kocner accusée d'avoir participé à la préparation de l'assassinat, a également été annulé par la Cour suprême.

Deux autres suspects ont été condamnés à des peines de prison de 15 ans et 20 ans après avoir admis leur culpabilité.

(Radovan Stoklasa; version française Jean Terzian, édité par Sophie Louet)