Le château de Balazuc : Une SAS prometteuse

 |   |  358  mots
Copyright Olivier Perrot
Copyright Olivier Perrot
C'est en janvier prochain que Florence et Luc Lemaire ouvriront leur maison d'hôtes de charme au château de Balazuc, en Ardèche.

Un projet que ces deux anciens journalistes au chômage ont longuement mûri. Après avoir suivi un stage de création de chambres d'hôtes à Lyon, ils établissent un business plan très rigoureux, en estimant précisément le prix des chambres, le nombre de nuitées par an et toutes les charges. « Pour le choix du statut, nous sommes allés voir le CER de la Drôme où nous avons été reçus par un expert-comptable et un juriste », explique Florence Lemaire. A priori, le statut d'auto-entrepreneur est écarté, car trop limitatif en chiffre d'affaires. Mais au- delà, le choix reste vaste. Le CER étudie alors les contraintes du couple. Florence aimerait que cette activité lui permette de valider quatre trimestres par an pour sa future retraite, tandis que Luc sera, lui, en retraite au 1er novembre 2011. Par ailleurs, le château sera certes une maison d'hôtes, mais aussi leur résidence principale. Enfin, tous deux veulent une protection de l'activité en cas de décès de l'un ou l'autre. « Au final, le CER nous a envoyé un rapport dé- taillé présentant l'ensemble des choix possibles, sur le plan juridique et fiscal, raconte Florence. Et il nous a conseillé un statut de SAS dont je serais la P.-D.G. salariée. » Ce n'est qu'après cette étude que l'achat du château est définitivement signé, par le biais d'une société civile immobilière à laquelle la SAS paiera un loyer. « Le CER s'est entièrement occupé de toutes les démarches juridiques de création et nous lui avons confié notre comptabilité. C'est fondamental d'être ainsi épaulé », estime Florence. Maintenant, il reste aux deux châtelains à « entrer dans le vif du sujet ». Mais ils sont confiants. Leur site Internet sera opérationnel dans les tout prochains jours. Leur mai- son d'hôtes devrait être référencée dans la prochaine édition du guide Rivages. « Et nous avons même reçu cet été quelques tour-opérateurs russes en repérage dans la région », se réjouit Florence Lemaire. Alors tous les espoirs semblent permis !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2011 à 14:23 :
bravo encore eten avant vers 2012!, de la part de la conteuse BC

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :