"À terme, Positive Luxury a bien sûr une vocation mondiale"

 |   |  314  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Présidente fondatrice de Positive Luxury, Argentine

Diana VerDe nieto a acquis de son pays natal, l'Argentine, une certitude : la nature est le bien le plus précieux à préserver. « Je suis convaincue aujourd'hui comme demain qu'en tant qu'entrepreneurs nous n'avons pas d'autre choix que d'être responsable. L'un ne peut aller sans l'autre. » En pionnière, à son arrivée à Londres, elle crée en 2002 Clownfish une agence de communication spécialisée dans le développement durable. Son talent va propulser cette petite entreprise au rang des plus grandes sociétés de consulting dans le monde entier en matière d'innovation et de créativité pour la protection de l'environnement. Son rayonnement s'étend de New York à Milan et Madrid. À Shanghai, elle travaille avec les autorités gouvernementales pour les accompagner en termes de communication sur la voie d'un modèle économique plus respectueux de la nature. Formée auprès d'Al Gore sur le Climate Project, elle a conseillé ces dernières années le programme durable du Chartered Institute of marketing pour l'Union européenne et collabore à la Clinton Global Initiative. En 2008, elle a revendu Clownfish à Aegis Media et a finalement quitté la société en septembre 2010.

Le luxe responsable
Depuis, elle s'est lancée dans une nouvelle aventure : Positive Luxury, un quotidien online qui combine les informations éditoriales sur le luxe respectueux et socialement responsable, assorties d'un e-commerce des produits écologiquement corrects. Son label, un papillon bleu qui permet à chaque internaute, s'il le désire, de connaître d'un simple clic la politique réelle de chaque marque citée, en termes d'environnement ou de politique sociale, établie sur la base de critères stricts. À peine lancé, le site est encore en rodage, mais sa fréquentation est exponentielle. Invitée à Davos parmi les « young leaders », elle avance méthodiquement. « Pour l'heure Positive Luxury est européen, mais à terme sa vocation, bien sûr, est mondiale. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :