Affaire Tapie : Claude Guéant dans le radar de la justice

 |   |  807  mots
Les juges sont convaincus que la sentence arbitrale ayant octroyé 403 millions d'euros en juillet 2008 à Bernard Tapie pour régler son litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas dans les années 90 est le fruit d'un simulacre organisé avec l'aval de l'Elysée.
Les juges sont convaincus que la sentence arbitrale ayant octroyé 403 millions d'euros en juillet 2008 à Bernard Tapie pour régler son litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas dans les années 90 est le fruit d'un simulacre organisé avec l'aval de l'Elysée. (Crédits : <small>Reuters</small>)
Le parquet de Paris a demandé aux juges d'instruction de mettre en examen Claude Guéant, ancien secrétaire général de l'Elysée, pour son rôle présumé dans l'arbitrage de plus de 400 millions d'euros dont a bénéficié Bernard Tapie.

Les ennuis s'accumulent pour l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy. Le fidèle Claude Guéant, déjà mis en examen dans l'affaire de la vente de ses tableaux flamands et qui sera jugé à partir du 28 septembre en correctionnelle pour les primes en liquide touchées quand il était directeur de cabinet au ministère de l'Intérieur, se voit rattrapé par l'affaire Tapie.

Le parquet de Paris a demandé la mise en examen de l'ancien secrétaire général de l'Elysée, pour son rôle présumé dans l'arbitrage de plus de 400 millions d'euros dont a bénéficié l'homme d'affaires.

L'arbitrage, un simulacre organisé avec l'Elysée ?

Les juges d'instruction devraient logiquement suivre le parquet et prononcer la mise en examen. D'autant plus que les juges relevaient dès mars 2013 "l'implication personnelle" de Claude Guéant dans le dossier, la dimension politique de l'affaire serait renforcée. L'ancienne ministre de l'Economie Christine Lagarde, aujourd'hui patronne du FMI, a déjà été mise en examen pour négligence.

Les juges sont convaincus que la sentence arbitrale ayant octroyé 403 millions d'euros en juillet 2008 à Bernard Tapie pour régler son litige avec le Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas dans les années 90 est le fruit d'un simulacre organisé avec l'aval de l'Elysée. En cause notamment, des relations anciennes et dissimulées entre l'un des juges-arbitres, Pierre Estoup, et l'avocat de Bernard Tapie, Me Maurice Lantourne.

Les juges avaient demandé le 13 avril 2015 un avis au parquet sur le rôle de Claude Guéant. Dans leur ordonnance, les magistrats financiers relevaient notamment "une proximité amicale et politique entre Bernard Tapie et Nicolas Sarkozy". Ancien allié des socialistes, le premier, mis en examen pour escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics par un particulier, avait notamment appelé à voter pour le second à la présidentielle de 2007.

Le parquet répond aux magistrats dans un réquisitoire supplétif du 22 juin, dont l'AFP a eu connaissance, en leur demandant de "mettre en examen" Claude Guéant "du chef de complicité (par instructions) de détournement de fonds publics commis par un particulier".

Proximité amicale et politique entre Sarkozy et Tapie

Le parquet estime que l'enquête a mis au jour "l'existence de consignes ou instructions émanant des services de la présidence de la République" sous Nicolas Sarkozy, "systématiquement favorables aux intérêts de Bernard Tapie ou conformes aux souhaits exprimés par ce dernier".

A notamment été mis en exergue "le rôle de Claude Guéant (...) dans la surveillance et le suivi de chacune des phases du règlement du contentieux entre Bernard Tapie et le CDR", structure chargée de gérer le passif du Crédit Lyonnais, a poursuivi le parquet pour qui les millions octroyés à Bernard Tapie l'ont été "indûment", "au terme d'un arbitrage frauduleux".

En cause, de nombreuses visites à l'Elysée de Bernard Tapie en 2007 et 2008, la décision du gouvernement de ne pas faire de recours après la sentence malgré la polémique qu'elle avait suscitée, et le traitement fiscal favorable qui aurait été accordé à Bernard Tapie, selon une source proche du dossier.

Stéphane Richard et Christine Lagarde déjà mis en examen

S'indignant d'une "violation permanente et réitérée du secret de l'instruction" et "d'un acharnement contre la personne de Claude Guéant et ce qu'il représente", son avocat Philippe Bouchez El-Ghozi a contesté que son client ait donné des "instructions ou des consignes": au regard de ses fonctions de l'époque, "il n'est pas anormal qu'il se soit tenu informé et qu'il ait suivi un dossier qui concerne des fonds publics".

L'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, Stéphane Richard, également mis en examen, a expliqué durant l'enquête que son "interlocuteur à l'Elysée sur ce dossier (avait) été M. Guéant", "apparu dès le départ très impliqué dans cette affaire".

La justice a décidé en février d'annuler la sentence arbitrale et de rejuger le litige. Outre Bernard Tapie et Stéphane Richard (aujourd'hui patron d'Orange), sont mis en examen Pierre Estoup, Me Maurice Lantourne, ainsi que les anciens patrons des structures chargées de gérer le passif du Lyonnais, le CDR et l'EPFR.

_____

>>> VIDEO Audition de Bernard Tapie face à l'Assemblée nationale

Le 11 juillet 2008 dernier, une sentence a été rendue dans l'affaire qui oppose, depuis 13 ans, le Crédit Lyonnais et le groupe Bernard Tapie. L'intégralité de l'audition de Berbard Tapie La Commission des finances, de l'économie générale et du plan de l'Assemblée nationale a souhaité prendre le temps d'analyser cette sentence et de connaître les prises de position des deux instances concernées : l'EPFR et le CDR.

Source : www.lcpan.fr - Audition du 10/09/2008

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2015 à 10:51 :
Plus que 2 ans à tenir, et les 500 millions seront à nouveau dans la poche, voir le milliard
au prochain changement de majorité
a écrit le 19/07/2015 à 14:06 :
Ca va faire Pschitt comme d'habitude
a écrit le 18/07/2015 à 15:03 :
Le petit personnel à sarko est en première ligne, Guéant va craquer comme le lui disait sa fille le mieux serait qu'il balance tout qu'enfin sarko monte en première ligne !!
Réponse de le 18/07/2015 à 19:12 :
A part que les faits allégués ayant eu lieu pendant sa présidence, il est couvert par une immunité totale.
a écrit le 18/07/2015 à 14:15 :
Ce qui est clair c'est que la parquet à travers Guéant vise Sarkozy. Problème : c'est que ce dernier est protégé par son immunité de President. Ou on va rire c'est si Tapie obtient 1,0 milliard d'Euros de l'Etat pour s'être fait roulé par le Crédit Lyonnais, auquel cas on trouvera la sentence du tribunal arbitral bien douce....
a écrit le 18/07/2015 à 12:20 :
On rève ou quoi ? Et la proximité amicale des juges avec le pouvoir socialiste ? Les juges prennent leurs ordres comme des toutous auprès de Hollande !!!! La justice en France est devenue politique depuis 2012. Bientôt les hopitaux psychiatriques pour enfermer les opposants ?
Réponse de le 18/07/2015 à 17:34 :
Pas facile pour les élus UMP (pardon LR !!!) de comprendre ce qu'est une justice indépendante ....... Dans leur esprit elle ne peut l'être que si elle laisse les margoulins faire leurs petites affaires tranquillement .....
Merci aux juges indépendants de faire leur travail ...
Réponse de le 18/07/2015 à 20:12 :
Sauf que comme d'hab, Justice, les politiques n'arrivent au "sommet" qu'en se créant une base de données qui leur permet de balancer plus gros qu'eux.
Donc, là, le personnage va hériter au max d'un blame sachant qu'il en faut dix pour avoir un avertissement.
Notes, c'est moins pire qu'au FN où ils sont obligés de virer les trop extrêmes... Quelque part.
Réponse de le 23/07/2015 à 19:37 :
tiens, on apprend aujourd'hui qu'il manque 450 factures ( ! ! !) dans les comptes de campagne du candidat Hollande. Aucun juge ne s'était saisi de ces infractions?. Bizarre...
a écrit le 18/07/2015 à 11:21 :
Depuis le temps que ça dure, et pourtant Tapie contre attaque en demandant toujours plus. .Je pense que ça va se compliquer encore et encore.
a écrit le 18/07/2015 à 10:59 :
Puissent-ils tous êtrent jugés et condamnés un jour Pour que cesse cette cacophonie médiatique qui nauséabonde.
a écrit le 18/07/2015 à 10:31 :
Tiens, l'équipe des plombiers sauce hollande va bientôt mettre en examen J.Chirac car il était en politique, quand le Crédit Lyonnais a quasi fait une faillite frauduleuse,,,On va devoir augmenter le nombre de juges, après la pseudo-présidence de mr Hollande, pour le mettre en accusation , lui et toutes ses cohortes de 50 variations de rouges...On pourra compter sur la clémence de Nicolas ou de Marine, pour commuer leurs peines en pensionnaires du nouveau bagne de Cayenne, avec Taubira, qui laisse faire ou dirige ces incessantes chasses aux sorcières dignes de dictature albanienne, façon télé-réalité
, pour que le bon peuple français puisse assouvir son goût pour le médiocre...
Réponse de le 18/07/2015 à 18:12 :
Le goût pour la médiocrité transparait même dans les commentaires, c'est vous dire ! La justice , tout comme les médias sont, comme chacun sait, des instruments au service de la gauche. Il n'y a donc pas à s'étonner que les personnes inquiétées, de véritables angelots, fassent l'objet de poursuites ...L'allusion à la dictature albanaise, pour être surprenante, ne l'est pas plus que la république bananière, sur le plan des pratiques, que nous avons connue dans un passé récent.
a écrit le 18/07/2015 à 10:07 :
Qui peut croire que Mme Lagarde Ministre des finances soit seulement "négligente" alors qu'elle a l'habitude de se mêler de tous les détails,

et de surcroît pour une somme aussi astronomique de plus de 403 000 000 euro, 40 millions d'euro, en lettre Quatre Cent Trois millions d'euro,

y a pas un Français de bon sens qui peut croire à une telle fable.
Réponse de le 19/07/2015 à 10:17 :
Tapie a eye escroque par le CL s Est avere et bientot prouve... Ca va couter 1.000.000.000e... Et le temps Et l image degradee de la France dans le business Et les Frais d avocats....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :