Agriculture  : François Fillon demande un plan d'urgence

 |   |  262  mots
La France a connu une forte chute de rendement de ses champs de blé à la suite d'importantes intempéries au printemps.
La France a connu une forte chute de rendement de ses champs de blé à la suite d'importantes intempéries au printemps. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Le candidat à la primaire de droite demande un plan d'urgence pour l'agriculture comprenant notamment des réductions de charges fiscales et sociales.

François Fillon, candidat à la primaire de la droite pour 2017, a demandé vendredi au ministre de l'Agriculture de mettre en place "un plan d'urgence" jugeant la situation de l'agriculture française "extrêmement préoccupante". "Cette année 2016 est l'une des pires que la France ait connu depuis 50 ans en matière de rendement céréaliers", s'alarme l'ancien Premier ministre (Les Républicains) dans un communiqué. "Les rendements moyens nationaux, autour de 55 quintaux par hectares, sont en baisse de près de 30% (...). La perte globale engendrée dans la balance commerciale française pourrait représenter plus de 3 milliards d'euros", souligne-t-il.

Reduction fiscale

Accusant le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, d'être "davantage occupé à porter la parole d'un gouvernement aux abois qu'à prendre le taureau par les cornes", François Fillon fait plusieurs propositions. Parmi elles, la mise en place d'"une année blanche" par "un financement couvrant les annuités bancaires de l'année et les avances aux cultures de 2017, conjugué à des dispositifs de réduction de charges fiscales et sociales". Il propose également de déclarer les zones sinistrées en situation de catastrophe naturelle.

Chute de rendement

La France, qui a connu une forte chute de rendement de ses champs de blé à la suite d'importantes intempéries au printemps, va, selon le cabinet Agritel, perdre en 2016 sa place de leader européen des exportations. Les acteurs de l'agriculture française, syndicats, banques, mutuelles, chambres d'agriculture, doivent se réunir le 1er septembre à Paris pour tenter de construire un plan de sortie de crise.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2016 à 6:43 :
Est ce bien le même qui déclarait il n'y a pas si longtemps, et pour justifier le refus d'aides aux agriculteurs: "Je suis à la tête d'un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d'un Etat qui est depuis 15 ans en déficit chronique, je suis à la tête d'un Etat qui n'a jamais voté un budget en équilibre depuis 25 ans. Ca ne peut pas durer"... ?

Sachant qu'il n'a rien fait pour réduire la dette de l'état quand il était en position de la faire, et que celle ci ne s'est pas vraiment résorbée, qui est le VRAI fillon?
a écrit le 14/08/2016 à 20:32 :
Il faut reconstruire complètement la sécurité sociale et la profession agricole en profitera mécaniquement. Il s'agit de l'étatiser et de supprimer les organismes professionnels dédiés (MSA, RSI...). En l'étatisant, les français protégés (CDI des grandes entreprises, fonctionnaires...) viendront en aide aux catégories en difficulté (agriculteurs, indépendants, étudiants...). D'abord il faut une grande TVA sociale pour financer une retraite de base et c'est bien les produits qui sont concernés plus que les services non soumis à la concurrence internationale. Ensuite il faut basculer le financement de la solidarité vers la CSG via un revenu de base subventionnant le SMIC. Si on fait cette transformation globale on dopera nos secteurs primaire et secondaire en difficulté dans la compétition internationale. C'est sur ce programme de transformation profonde de la sécu que je choisirai le prochain président.
Réponse de le 15/08/2016 à 0:22 :
beh oui , faire payer aux autres ce qu'on est pas capable de financer , ce qui tue l'économie du pays c'est justement l'assistanat .
a écrit le 14/08/2016 à 12:17 :
les promesses n'engagent que ceux qui y croient , comme chaque année d'élection et de plus ! cela coûte pas chère .
a écrit le 14/08/2016 à 9:02 :
Ne peut-on pas avoir des dirigeants en capacité de comprendre qu'ils ne sont pas là pour faire des cadeaux, mais établir des politiques profitables à tous? Ils ne sont pas là pour se mettre en avant mais pour SERVIR.
a écrit le 14/08/2016 à 5:35 :
L'exemple meme de la politique franchouillarde.
Surfer sur un evenement mediatique pour faire parler de soi.
Decidemment rien a esperer dans ce pretendu personnel politique.
a écrit le 13/08/2016 à 17:21 :
Lorsqu'il été au commande du pays ce monsieur n' a rien fait pour le monde agricole alors qu'il savait pertinemment que la fin de la PAC était en cours. Toujours pareil encore un plein idées dehors et sans aucune lorsqu'il est aux manettes. Il faut dire que sa longévité en politique est due aux mensonges permanents , au retournement de veste, à une certaine servilité comme toute cette classe politique autant de droite que de gauche. Ne pas oublier que les céréaliers ont souvent le cœur à droite alors le sujet n'est pas le revenu agricole mais le bulletin de vote. La semaine prochaine nous allons avoir une idée de Bismuth, du trop intelligent!!!! de service M. Le Maire, du dormeur M. Juppé, du réveil de M. Le Foll qui avait oublié qu'il était ministre de l'agriculture, puis le connaisseur du monde agricole de St Denis notre franco-espagnol premier ministre et même de notre banquier M. Macron avec son mouvement qui a du faire du porte à porte chez les agriculteurs du XVIème , reste le Président mais lui il ne sait pas que la France est un pays agricole et oui Moi Président....... en conclusion en dehors de la chasse aux bulletins de vote rien à attendre pour les agriculteurs des politiques.
a écrit le 13/08/2016 à 14:38 :
M. Fillon qui a ruiné la France n'est pas pret de faire des économies, on a déja vu a l'oeuvre sous Sarkozy qui nous a couté 600 milliards de dette supplémentaire sans parler des déficits généraux !
Réponse de le 13/08/2016 à 18:17 :
Point de vue très partial et partisan de votre part, car d'avoir l'exécutant de la politique démagogique de Sarkozy ne lui interdit pas de s'en démarquer largement dans celle qu'il propose désormais au pays en connaissance de cause. Mais peut-être l'inaction de M.Le Foll vous serait-elle plus sympathique ?
Réponse de le 13/08/2016 à 23:00 :
En politique s'accrocher au balcon comme l'a fait M. Fillon est une marque de faiblesse pas une marque de responsabilité. On ne peut être relégué à un poste de petit collaborateur et se maintenir à son poste de premier ministre cela manque de dignité, le minimum que l'on demande à un homme qui désire être à la tête de la France. A noter pour une question de respect des citoyens, il n'est pas admissible d' avoir deux résidences principales une dans la Sarthe pour que Mme Fillon soit élue au conseil général et l'autre à Paris pour que Monsieur est son pied à terre dans la capitale. Oui le respect et la dignité sont normalement l'apanage d'un homme d'Etat il semble que ce Monsieur l'ait oublié. En fait M. Fillon est dans un jeu de girouette mais peut on le lui reprocher non car il est le parfait reflet de notre classe politique pas très digne un peu ou parfois beaucoup versatile toujours dans le verbe sans lendemain. Bonne soirée
a écrit le 13/08/2016 à 14:19 :
Les années où tout se passent bien les céréaliers engrangent des millions en plus des aides et cette année il faudrait les aider encore plus ???
a écrit le 13/08/2016 à 13:14 :
enfin une personnalité responsable qui pense aux agriculteurs... actuellement un strapontin pour un ministre des agriculteurs ne sert a rien
a écrit le 13/08/2016 à 13:11 :
Un plan d'urgence pour l'agriculture en France Monsieur FILLON. D'accord avec vous. Mais avant de distribuer que ceux-ci mettent sur la table leur patrimoine foncier, agricole, et rentes et comme pour les APL, allocations divierses, on évalue...........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :