Apprentissage : Muriel Pénicaud veut une "révolution copernicienne"

 |   |  204  mots
Notre pays a besoin d'une transformation de la formation professionnelle et d'une révolution copernicienne sur l'apprentissage, a estimé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud
"Notre pays a besoin d'une transformation de la formation professionnelle et d'une révolution copernicienne sur l'apprentissage", a estimé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud (Crédits : DR)
La ministre du Travail promet dans une interview au Journal du dimanche une "révolution copernicienne" de l'apprentissage en France dans le cadre du prochain grand chantier social du quinquennat Macron.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, promet dans une interview au Journal du dimanche une "révolution copernicienne" de l'apprentissage en France dans le cadre du prochain grand chantier social du quinquennat Macron. "Il ne s'agit pas de se limiter à une réformette, d'ajuster un peu le Meccano  : ce serait se tromper de combat", a expliqué la ministre, qui était déjà à la manœuvre lors de la réforme du Code du travail.

"Notre pays a besoin d'une transformation de la formation professionnelle et d'une révolution copernicienne sur l'apprentissage", a-t-elle souligné.

Ouverture de la concertation fin novembre

Partant du principe que "nos systèmes sont beaucoup trop rigides et trop lents", Muriel Pénicaud assure qu'il n'y aura aucun "tabou" lors des discussions avec les partenaires sociaux, les régions et les professionnels concernés. Muriel Pénicaud précise par ailleurs que les concertations s'ouvriront à la fin du mois concernant l'ouverture de l'assurance chômage à des personnes qui n'y ont pas accès aujourd'hui, comme les démissionnaires et les indépendants.

Le mois dernier, le Premier ministre, Edouard Philippe, a dit souhaiter que le projet de loi sur ces questions soit adopté en conseil des ministres avant le printemps 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2017 à 9:13 :
N'importe quoi, ce serait bien que notre gouvernement arrête de massacrer le langage svp, il ne fait que nous montrer son impuissance flagrante, merci.

"Révolution copernicienne" https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_copernicienne

Entre le mac et son équipe nos oreilles souffrent un peu trop en ce moment je trouve, il faut déjà se coltiner une politique seulement pour les riches, si on pouvait nous épargner des distorsions ce ne serait pas du luxe, merci.
a écrit le 05/11/2017 à 20:55 :
L’état se désengage de «  tout » actuellement ( c’est à la mode)
Pourquoi l’état qui a tourné la roue à 600 degré devrait inventer une nouvelle roue ?
Bref ça n’a pas de «  sens »
A mon avis l’état cherche une solution pour avoir «  la paix »
Un truc comme rouler sa bosse.
a écrit le 05/11/2017 à 19:21 :
L’apprentissage : pratique + théorie.
C’est tout le modèle français qu’il faut changer de fond en comble.
Par contre un point : il faut que l’education Nationale ( c’etait Comme ça a mon époque ) arrêtent de mettre les gosses de pauvres à l’apprentissage et les gosses des riches dans les meilleures classes : soyez juste car ce n’est la faute d’aucun enfant ces politiques de discriminations sociales.
a écrit le 05/11/2017 à 19:10 :
Ça me rire tout ça car je n’attends plus rien des politiciens😂
A reculons c’est vrai que la politique fusionnel le de l’éducation nationale ( collège et lycée )et des gouvernements ont fais «  un bon chaos visionnaire»
Revenir aux apprentissages sans comprendre les jeunes d’aujourd’hui c’est de l’aveuglement mais bon on a l’habitude .
Moi je suis pour supprimer le gouvernement et mettre une plateforme automatisée à la place avec 2 options : oui ou non.
a écrit le 05/11/2017 à 18:15 :
Faut quelle apprentissage pour ça ?

Plus d’un million d’euros de plus-values boursières par un simple jeu d’écritures : c’est la somme gagnée en une journée par Muriel Pénicaud comme directrice générale des ressources humaines (DGRH) chez Danone, le 30 avril 2013. Et cela alors que le groupe s’apprêtait à supprimer 900 emplois de cadres, dont 230 en France.
a écrit le 05/11/2017 à 17:05 :
De la platitude de la terre au « et pourtant elle tourne », et autres contradictions.

L’héliocentrisme comme point de référence ? Pourquoi pas, tant que cela ne devient pas du fonctionnarocentrisme.

L’exemple pris est instructif : puisque Copernic fut à la fois chanoine, universitaire, astronome, économiste, mathématicien et qu’il fût formé à l’Université de Bologne et de Padoue (Universa Universis Patavina Libertas)… Une formation complète et complexe, d’intelligence et de polyvalence.

L’époque était sujette aux réformes de l’église et aux scissions en raison de la plus grande diffusion des écrits évangéliques (imprimerie) donc à des interprétations et à une contestation de la théocratie traditionnelle du clergé (une forme de démocratisation du métaphasique ?). Il s’en suivit une tentative de reprise en main, une contre-reforme et des conflits qui firent beaucoup de victimes collatérales. Ignace de Loyola fut à l’origine du mouvement de la Compagnie de Jésus, propageant les idées par l’évangélisation avec un fonctionnement basé sur un modèle quasi militaire. Bien sur l’excellence des écoles Jésuites n’a plus rien à avoir avec cette période lointaine, où la Compagnie de Jésus s’opposait à la révolution copernicienne.
Copernic demanda à être protégé des sycophantes (Définition de Wiki. : « des individus qui lancent des accusations non pas dans un esprit de civisme, mais dans le seul but de s’enrichir : ils constituent une perversion du système »...).

A ce propos, ce fut Giordano Bruno qui fut brulé vif, en raison de ses thèses sur l’infinité de l’univers. Heureusement cette époque est aussi révolue et aujourd’hui il ne viendrait à l’idée d’aucune institution de s’attaquer à des innocents, sous prétexte que leurs idées dérangent.

Après la révolution Copernicienne, il fallut l’obstination du Florentin Galilée, « le messager céleste » qui eut à lutter contre le conservatisme Jésuite et fut aussi condamné pour hérésie, mais pas brulé puisqu’il abjura et reconnut sa "dépravation".
Comme quoi il faut toujours faire attention à ne pas remplacer une religion par une autre.
Par contre, au delà des religions et des croyances, il y a les faits et ils sont tenaces.
a écrit le 05/11/2017 à 14:16 :
Sauf que la révolution Copernicienne a plusieurs siècles de retard. Le travail de Copernic est surtout un travail d'historien, de compilation de données pour aboutir à l'héliocentrisme qui était connu depuis fort longtemps. Copernic, un plagiaire. Pénicaud et Macron sont dans le droit fil de Copernic. Vulgairement, ils "réinventent la roue". Les choses n'avanceront donc pas plus vite ... et d'un certain point de vue elles vont plus sûrement reculer.
a écrit le 05/11/2017 à 13:42 :
La formation est certes un élément très important, mais encore faut-il qu'il y ait des débouchés et un environnement politico-économique permettant aux gens de s'épanouir :-)
a écrit le 05/11/2017 à 12:39 :
la révolution copernicienne commencera par une refonte de l'Education nationale qui devra être soumise à des objectifs de résultats dans les trois segments d'enseignement définissant son périmètre d'action : l'enseignement primaire , l'enseignement secondaire , l'enseignement professionnel dont apprentissage . chaque segment ayant son propre mode de fonctionnement ainsi qu'un budget affecté propre .
les cursus de la filière professionnelle étant définis et mis en oeuvre avec les organisations professionnelles (chambres des métiers , CGPME , MEDEF )
les "étudiants" en filière professionnelle /apprentisage doivent avoir un statut équivalent à celui des étudiants des universités .
les artisans et entreprises assurant une mission d'apprentissage ( avec contrôle de résultat ) doivent être rémunérées pour cette mission .
la taxe d'apprentissage actuelle doit être supprimée ; le financement de l'apprentissage inclus dans le budget global Education Nationale relèvera donc du budget de l'Etat .
a écrit le 05/11/2017 à 11:25 :
Dans le cas présent la révolution copernicienne consisterait à ne plus mettre au centre de notre univers nos administrations mais les acteurs de la formation c'est à dire les employeurs et les apprentis , les organisations patronales, les syndicats, les politiques , les administrations n'étant plus que des satellites ( des auxiliaires et non des électrons faisant obstruction à la révolution de terre autour du soleil !!!)
a écrit le 05/11/2017 à 11:22 :
Dans le cas présent la révolution copernicienne consisterait à ne plus mettre au centre de notre univers nos administrations mais les acteurs de la formation c'est à dire les employeurs et les apprentis , les organisations patronales, les syndicats, les politiques , les administrations n'étant que des satellites !!!!!
a écrit le 05/11/2017 à 10:38 :
Des apprentis, tres bien. Mais pour quoi faire ? D'industries, presque il n'y a plus.
De la com macronnesque.
Revolution Copernicienne, rien que cela.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :