Bartolone démissionne de son poste de conseiller régional en Île-de-France

 |   |  238  mots
Claude Bartolone, qui est également conseiller municipal du Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis), est soumis aux règles de non-cumul des mandats.
Claude Bartolone, qui est également conseiller municipal du Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis), est soumis aux règles de non-cumul des mandats. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Le président de l'Assemblée nationale quitte ce poste auquel il a été élu dimanche dernier, tout en échouant à prendre la tête de la région face à la cadidate LR Valérie Pécresse.

Il conservera au moins son perchoir... Selon une information de BFM TV confirmée par la présidence de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS) a démissionné ce 17 décembre du poste de conseiller régional d'Ile-de-France auquel il a été élu dimanche dernier. Cette décision ayant un effet immédiat, la conseillère municipale de Noisy-le-Sec, Corinne Bord sera chargée de reprendre sa place.

L'ancien ministre de Lionel Jospin a été reconduit mardi à la présidence de l'Assemblée nationale par le groupe socialiste. Valérie Pécresse, dont les listes ont recueilli 43,80% des suffrages contre 42,18% pour celles de gauche, devrait accéder vendredi à la tête du Conseil régional d'Ile-de-France.

Règles de non-cumul

 Claude Bartolone, qui est également conseiller municipal du Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis), est soumis aux règles de non-cumul des mandats, ce qui explique son choix de quitter ce poste de conseiller régional.

Chef de file de la gauche pour les élections régionales, il briguait la succession du socialiste Jean-Paul Huchon à la tête de l'Ile-de-France, mais ses listes ont échoué au second tour face à celles de la droite et du centre conduites par Valérie Pécresse.

Par ailleurs, à la suite d'une campagne éprouvante, Claude Bartolone prend ces jours-ci du repos comme le lui a conseillé mardi, deux jours après sa défaite, un cardiologue de l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2015 à 17:12 :
Ce pantin de la gauche caviar va aller ses vacances de Noel en Thaïlande ! Ou aux Maremberts ?
a écrit le 19/12/2015 à 18:51 :
ENCORE UN QUI SE CROYER ARRIVE . MAIS A CAUSSE D UN ECART DE LANGAGE ENVERS UNE FEMME? IL S EST FAIT ELIMINEE? IL LUI RESTE 18MOIS AVANT LA RETRAITE???
a écrit le 18/12/2015 à 19:22 :
Tout un symbole

Ok pour être le chef

Mais pas pour un job de simple conseiller

Le vrai visage de ces personnages de goooche qui en dit long sur le respect qu'il nous porte
a écrit le 18/12/2015 à 17:49 :
Il a bien fait,car ce fourbis du Grand Paris est un gouffre à FRIC,et comme sa réputation de gestionnaire financier est sujet à caution,Il laisse les experts agir,à espérer; dans le sens de l'abolition de ce bazar,car pourquoi payer pour plus de 8 villes surendettées,qui sont limite sous tutelle préfectorale,et dont le montant astronomique comme Levallois,ou Argenteuil, laisse pantois.
Pour une fois il aura été lucide,et pris le sens du vent au large.Pour le marin qu'il est c'est le moins qu'il puisse faire.
a écrit le 18/12/2015 à 17:19 :
Quelle honte, bon alors tu boude tu n'as pas eu ton jouet!!
Ça prouve bien que cet homme était très investi dans la région!!!
a écrit le 18/12/2015 à 11:07 :
C'est une imposture que de démissionner d'un poste où on a été élu. Cette critique ne s'adresse pas qu'à Bartolone car elle est pratiquée autant pas la droite que par la gauche. Mais on voit à quel point ces "élus" méprisent leurs électeurs;
Réponse de le 18/12/2015 à 15:18 :
Tout à fait d'accord ; ça mérite même de tourner le dos à ces élus et de se regrouper parmi ces 3/4 de Français qui votent blanc ou s'abstiennent ( 1/2 ) ou votent pour la parti autorisé mais ostracisé.
a écrit le 18/12/2015 à 11:06 :
C'est une imposture que de démissionner d'un poste où on a été élu. Cette critique ne s'adresse pas qu'à Bartolone car elle est pratiquée autant pas la droite que par la gauche. Mais on voit à quel point ces "élus" méprisent leurs électeurs
a écrit le 18/12/2015 à 10:33 :
Bartolone lâche l'ombre pour la proie.
a écrit le 18/12/2015 à 10:07 :
Donc il a tenté sa chance aux élections municipales. Il a échoué et il retrouve tranquillement son poste douillet de présent de l'assemblée nationale. Bref, c'est un espèce de poste assuré par ces petits copains. Les chefs des grandes entreprises font pareils : on retrouve les mêmes qui se protègent dans tous les conseils d'administration. Que de copinage et de corporatisme, pas d'esprit d'entreprise, pas de prise de risque chez nos "élites". C'est la maladie de la France.
Réponse de le 18/12/2015 à 11:08 :
N'importe quoi, déjà c'était des élections régionales et non municipales, et il ne retrouve pas "tranquillement son poste", je vous rappelle que c'est un CDD avec échéance plus que probable en mai 2017.

Critiquons, mais restons honnête tout de même !
a écrit le 18/12/2015 à 10:02 :
Claude Bartolone n'a aucun honneur et devrait démissionner également de son poste de président de l'assemblée nationale car il est indigne de représenter tous les Français dont il a stigmatisé une bonne partie pour des raisons électoralistes.
a écrit le 18/12/2015 à 9:44 :
c'est que la soupe est bcp plus grasse a l'assemblee nationale, alors............... et sinon, concernant ses recents propos, y a une suite?
a écrit le 18/12/2015 à 8:05 :
S'il avait un soupçon de dignité, et en raison de ses propos racistes et communautaristes appelant explicitement au vote ethnique profondément abjects, il démissionnerait aussi de son mandat de député. Un tel personnage est indigne de représenter qui que ce soit.
Réponse de le 18/12/2015 à 21:36 :
Il ne représente que lui-même, c'est-à -dire pas grand chose...
Barre-toi loin Bartolone
a écrit le 18/12/2015 à 8:01 :
Tout ces démissionnaires se moquent vraiment de leurs électeurs! Ils vendent de leur "image" comme dans une pub mais ne se mouillent pas sur le produit!
a écrit le 18/12/2015 à 7:53 :
Exemple de la parole politique

Je démissionne de l assemblée !!
C'était juste du cirque pour la télé

Je file à Neuilly me faire soigner !!
Effectivement un grand homme ca va pas chez les gueux du 9 3

Ce n'est que la suite d'une carrière de communicant de gauche posture choisit il y a longtemps
Comme beaucoup de politicard c'est l ambition les postes et l'argent le moteur
Réponse de le 18/12/2015 à 10:38 :
Il ne fait qu'imiter la statue du commandeur socialiste, Jacques Chirac qui, ô surprise, refait surface après les élections.
a écrit le 18/12/2015 à 7:47 :
voilà le genre de comportement politique dont nous en avons marre
il se présente pour une région, il est élu mais n'aura pas le poste suprême et une fois les élections passées il démissionne
Ce genre de politique n'est ni plus ni moins que l'expression de comportement carriériste.
Oublié le sens du service public à un poste public !
il faut mettre fin une bonne fois pour toute au cumul des mandats et limiter les postes de représentation publique quels qu'ils soient à 2 mandats
On a en marre de voir les mêmes têtes pendant 40 ans incapables de résoudre le problème de l'emploi et passant leur temps à se réserver des postes pour eux, leur copain leur famille.....
a écrit le 18/12/2015 à 0:14 :
C'est un BON DÉBUT ! Reste plus qu'à continuer dans cette voie là !
a écrit le 17/12/2015 à 21:45 :
Et en attendant, il se fait toujours soigner à l'hôpital américain de Neuilly plutôt qu'à l'hôpital Avicenne de Bobigny ? Parce que je croyais que c'était en outre Valérie Pécresse qui défendait Neuilly... Il a dû confondre avec Neuilly-sur-Marne...
Réponse de le 18/12/2015 à 7:44 :
Lol... bien vu.
a écrit le 17/12/2015 à 19:39 :
Il est vrai que quand on a eu comme mentor yoyo 1er, il ne faut pas s'attendre à un foudre de guerre. Il reste accroché à son perchoir, c'est la meilleure place qui lui convient. Il va pouvoir pérorer et caqueter à longueur de séance !!!
Réponse de le 18/12/2015 à 14:36 :
Que reprochez vous à Jospin?

Tous les hommes politiques français qui lui ont succédé se prostitueraient pour avoir un bilan tel que le sien (chômage en baisse de 2%, déficit public en baisse de 2.5% de PIB, dette de 59% du PIB, croissance moyenne du PIB de 3%, et cerise sur le gâteau, comptes sociaux équilibrés...).

Pour autant, quand il s'est senti désavoué par le peuple, il a annoncé se retirer de la vie politique et a tenu parole, et jusqu'à dernier informé il s'est montré parfaitement honnête.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :