Chômage : pour le FMI les réformes sont encore trop timides en France

 |   |  466  mots
Même avec la reprise actuelle, qu'il juge durable, l'économie française restera confrontée à un taux de chômage élevé, qui ne diminuera que très graduellement, selon le FMI.
Même avec la reprise actuelle, qu'il juge durable, l'économie française restera confrontée à un taux de chômage élevé, qui ne diminuera que très graduellement, selon le FMI. (Crédits : reuters.com)
Dans un document publié vendredi, le Fonds monétaire international prône plus de flexibilité dans les accords en entreprise sur le temps de travail et les salaires. Pour revenir au rythme de créations d'emplois d'avant crise, il préconise aussi une réforme du Smic et un renforcement des incitations des chômeurs au retour à l'emploi, .

Après l'OCDE jeudi, c'est au tour du Fonds monétaire international (FMI) d'appeler la France à renforcer le contrôle des chômeurs pour les inciter à rechercher plus activement un emploi. Dans les conclusions de sa revue annuelle de l'économie française publiée vendredi 10 juillet, le Fonds souligne que, "si une reprise solide est en cours", des rigidités structurelles continuent de peser sur les perspectives à moyen terme de l'économie française. Et la nécessité de s'y attaquer est d'autant plus grande que, selon le fonds, la croissance potentielle de l'Hexagone est "fondamentalement plus faible qu'avant la crise".

Des incitations au retour à l'emploi des chômeurs jugées insuffisantes

Même avec la reprise actuelle, qu'il juge durable, l'économie française restera ainsi confrontée à un taux de chômage élevé qui ne diminuera que très graduellement, selon le FMI. De 10,3% (y compris l'outre-mer) au premier trimestre 2015, il ne reviendrait qu'à 9% à l'horizon 2020, encore bien au-delà de son plus bas de 7,1% de début 2008.

Pour permettre le retour au rythme de créations d'emplois d'avant crise, le FMI souhaite donc notamment une réforme d'ampleur du marché du travail. Dans ce contexte, il salue les mesures prises par le gouvernement pour baisser le coût du travail ou, plus récemment, diminuer les incertitudes juridiques autour des licenciements, ainsi que sa volonté d'améliorer le dialogue social.

Mais pour réduire le chômage encore plus vite, le FMI prône d'aller plus loin, en introduisant plus de flexibilité dans les accords en entreprise sur le temps de travail et les salaires, en adoptant une réforme du Smic et en renforçant les incitations des chômeurs au retour à l'emploi. Outre le système d'indemnisation "généreux" des chômeurs français, le FMI relève en effet que ses bénéficiaires manquent d'incitations pour retrouver rapidement un travail, que le système de sanctions n'est pas très contraignant et que son application n'est pas stricte.

Les mesures de la loi Macron saluées

Le FMI encourage d'autre part le gouvernement à maintenir l'élan des réformes favorables à la croissance initiées par la loi Macron votée vendredi, en s'attaquant aux obstacles bureaucratiques qui nuisent à l'activité des petites entreprises et aux barrières qui entravent la concurrence dans les services.

S'agissant de la remise à niveau des finances publiques de la France, il souligne que le rythme de réduction des déficits doit être "assez ambitieux" pour que les objectifs à moyen terme soient facilement atteints, y compris celui du ratio dette/PIB, et ce "sans nuire outre mesure à la reprise". Il recommande que le gouvernement s'appuie pour cela sur des mesures structurelles "identifiées par une large revue des dépenses à tous les niveaux de l'administration".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2015 à 15:54 :
Eh oui, les travailleurs francais jouissent de bien plus de privilèges qu'un travailleur chinois ou cambodgien. Comment est-ce que votre pays continuera à être compétitif? Vite, des réformes, partout!
a écrit le 28/07/2015 à 10:00 :
Un nouveau smic , avec un taux un peu plus bas qu'actuellement bien sûr ,comme en Allemagne ; sanctionner les chômeurs , plus de flexibilité dans les salaires !!!
Lagarde et sa clique n'ont pas changé ,de la même trempe que Sarko et co , voilà ce qui vous attend si la droite revient au pouvoir en France
Déjà ,ce n'est pas terrible mais là ,ce sera LA MISERE Bonne journée
a écrit le 13/07/2015 à 10:09 :
il faut créer autre organisme indépendant national pour emploi système de la sécurité sociale en France. Elle est chargée par le gouvernement , donc pour l’ensemble du pays, de l’organisation de l’assurance-chômage. Cet office est principalement impliqué dans l’octroi d’un revenu de remplacement aux chômeurs involontaires et à d’autres catégories assimilées.
Dans le système de l'interruption de carrière, du crédit-temps, du congé parental, le lien contractuel entre le travailleur et son employeur est également maintenu. verse dans ce cas une indemnité au travailleur bénéficiant de ce type de suspension de contrat.
Cette institution s'occupe de l'indemnisation dans le régime des prépensions conventionnelles.
400 bureaux de chômage.
a écrit le 13/07/2015 à 9:56 :
Missions de base

En reformulant les missions de base Pôle emploi, le décret recentre son intervention sur deux priorités essentielles. Non seulement, il doit insérer le demandeur d'emploi sur le marché de l'emploi dans une perspective d'emploi durable et de qualité mais il doit aussi satisfaire les besoins des employeurs.

Sans préjudice des autres missions du Pôle emploi prévues par le Décret du 6 mai 1999, sont donc déclinées comme suit :

le rapprochement entre l’offre et la demande d’emploi, qui comprend les méthodes appropriées pour répondre aux besoins des demandeurs d’emploi et des employeurs, par :le conseil et l’appui des demandeurs d’emploi ; la gestion des offres d’emploi des employeurs en vue de satisfaire leurs besoins en recrutement ; la gestion active des réserves de main-d’œuvre en vue de répondre aux besoins ou tensions, existants ou potentiels, du marché régional du travail.

le développement et l’identification des compétences des demandeurs d’emploi inscrits ;

la coordination et l’animation, voire la reconnaissance, de réseaux de structures partenariales, tels les centres de compétence, les maisons de l’emploi et les carrefour emploi formation orientation ;

la mobilisation et l’intervention de tiers en vue d’organiser des réponses intégrées aux besoins des demandeurs d’emploi et des employeurs;

l’analyse du marché de l’emploi et de la formation;

la participation à et l’animation de la concertation territoriale ; et

l’identification et le développement des compétences des travailleurs
Réponse de le 14/07/2015 à 16:57 :
Amusez-vous à demander ce que vous pouvez attendre de PE à la gentille conseillère ( diplômée d'une 1ère année d'histoire de l'art) ? Vous serez surprises les filles..."loi ? connait pas, au revoir Madame"
Réponse de le 16/07/2015 à 16:38 :
@Orphéa

C'est pas très étonnant vu leur niveau.
Réponse de le 16/07/2015 à 19:17 :
Elles sont payées ? C'est pas évident.
Réponse de le 17/07/2015 à 19:02 :
Ca doit être des filles recrutées en contrat d'avenir ou des machins comme ça. C'est pas possible de payer des filles comme ça vu le niveau et la quasi absence de service rendu aux chomeurs. Il n'y a qu'à lire le rapport (le second) de la cour des comptes.
Que dira le 3ème rapport l'année prochaine ?
Réponse de le 28/07/2015 à 10:17 :
des discours ,des discours ,le jour où vous serez au chôme du , vous n'aurez plus envie de faire des discours .
Le travail n'est plus une valeur en France ,celui qui travaille ne peut pas vivre de son salaire et ce n'est pas par le travail que les riches s'enrichissent encore plus
En France ,il vaut mieux être étranger ( voir les files d'attente aux entrées des CAF et des CPAM ) que Français pure souche au chôme du .
a écrit le 13/07/2015 à 8:06 :
C'est l'énergie qui doit prendre en charge les cotisations sociales.
a écrit le 13/07/2015 à 8:02 :
L'énergie remplace le travail grace aux gains de productivité. Ce temps de travail économisé ne doit pas être considéré comme du "chomage" mais comme du temps "libéré" qu'il faut organiser.
a écrit le 12/07/2015 à 17:18 :
Avec le chômage on charge encore plus les salaires (cotisations) pour financer des allocations sans mettre dans le même temps les gens qui les touchent au travail. C'est contreproductif; Il vaudrait mieux proposer aux chômeurs systématiquement un emploi subventionné par une baisse des aides multiples données aux entreprises (dont le crédit d'impôt recherche)...et supprimer l'assurance-chômage.
Réponse de le 13/07/2015 à 8:16 :
Parfaitement, et cela crée une situation instable qu'il faut amortir rapidement. Merci.
Réponse de le 13/07/2015 à 15:33 :
Cela ne crée pas de situation instable si on sécurise par le secteur non marchand : évidemment il ne faut pas concurrencer le secteur marchand...mais cela permet par contre de flexibiliser davantage.
a écrit le 12/07/2015 à 14:59 :
L e FMI veut interdire les banques d avoir des relais dans les paradis fiscaux , enfin ! !
a écrit le 12/07/2015 à 12:25 :
Bonjour cher Mr Mm Aidez nous atrouve du travaille svp
a écrit le 12/07/2015 à 12:21 :
Et que pensent nos experts du FMI de la fraude fiscale ?
Réponse de le 12/07/2015 à 14:57 :
Mme Lagarde qui en est la présidente gagne 380 000€ annuellement et est exonérée d’impôts en France. Alors son avis sur la Fraude Fiscale ... Déjà qu'elle paie ses impôts comme tout le monde. Ca sera pas mal.
a écrit le 12/07/2015 à 12:20 :
un rapport du fmi, validé par la patronne, a preconisé la semaine des 30 heures de travail sur 4 jours, sans notion de samedi et dimanche pour partager le travail et un autre d'utiliser les preretraites pour les chomeurs. mais chut. faut casser les 35 heures...

@questions,
pole emploi coute cher car il y a de plus en plus de chomeurs.
6 millions avec des flux entrants et sortant tres importants.
le personnel mieux formé ne peut trouver des postes qui n'existe pas.
savez vous qu'une entreprise doit d'abord proposez en interne parfois pendant plusieurs mois des nouveaux postes ?
inscrivez vous a pole emploi, vous verriez plus loin que la theorie.
vous verriez que dans pas mal de code rome de metiers il y a parfois plusieurs mois sans offres d'emploi.
savez vous que le site de pole emploi est ouvert a toutes les offres des partenaires et les faits remontés ?
si les entreprises proposaient plus de postes il y aurait moins de chomeurs et pole emplois couterait moins cher.
la formation est entre les mains du patronat et des syndicats.
Réponse de le 12/07/2015 à 15:28 :
Pôle Emploi qui est censé donner des conseils dans le recrutement et la formation a lui-même recruté n’importe qui, sans aucune considération par rapport au niveau ni à la nature de la formation du candidat (souvent de la candidatE / copine de XXX). Les conseilleurs ne sont pas les payeurs mais les rentiers !

Les conseillers de Pôle Emploi, de plus en plus nombreux, ne mettent pas ou peu d’annonces sur leur site car « les offres n’existent pas » et cela n’est pas dû à leur niveau. On y trouvera en revanche les annonces des « partenaires "privés "qui eux en trouvent. Elle est pas mal celle-là !

Selon la Cour des Comptes 2 ou 3 % du temps de travail des conseillers est utilisé pour chercher des offres auprès des entreprises. « Les offres n’existent pas» alors ils sanctionneront les chômeurs qui en cherchent et n’en trouvent pas également. Je n’y crois pas !

Les entreprises « mettent des mois » à recruter en interne : je demande à vous croire.
Réponse de le 12/07/2015 à 18:55 :
La formation n'est effectivement pas dispensée à qui de droit... cela se voit déjà dans le niveau de maîtrise du français de beaucoup...

Passons...

Oui les chômeurs sont trop portés (je l'ai été) et le système pas assez incitatif.

Les entreprises (je l'ai fait) malheureusement doivent des fois passer par Pole Emploi et le service n'est pas à niveau, les candidatures insuffisantes (et pour des CDI aux 35h00 payées plus que le SMIC, ...), les offres retirées avant qu'elles soient pourvues, etc

...

C'est donc d'une rénovation en profondeur qu'il faudrait parler
a écrit le 12/07/2015 à 11:49 :
Le FMI est l'image même de l'échec mondial et de la corruption. Ils refusent de voir la vérité au nom de l'argent facile, ils font du déni de réalité. C'est pas le retour a l'emploi qui est en faute mais l'attitude de nos employeurs et dirigeants politiques qui dégoute le peuple, qui ne voit plus sa part dans ce système sociétale qu'on nous vend de force a la naissance. Qui ose attaquer le problème des entreprises du pays délocalisées a l'étranger pour faire plus de profit ! Voilà ou est parti nos emplois. On tue la France ! Quand aux offres d'emplois elles sont de plus en plus précaires voir a la limite du code du travail mais chut. C'est sur que les membres du FMI et compagnie savent se que cela veut dire de vivre avec 200e voir moins et des charges qui elles aussi augmentent annuellement et deviennent obligatoire (logement, nourriture, électricité etc...) c'est l'anarchie et un désengagement massif des nouvelles générations qui ont été sacrifiée au profit de la précédente génération qui s'est gavée des richesses sur notre dos.
a écrit le 12/07/2015 à 11:31 :
Quand le FMI parle de "réformes", faut-il comprendre réforme de Pole Emploi. Un rapport de la cour des Comptes en 2014, un autre en 2015 montrent son cout élevé de fonctionnement et son inefficacité.

Axes de réformes:

1/ qualifications universitaires minimales et limitatives pour devenir conseiller de Pole Emploi
2/ transparence dans l'attribution des marchés publics de la formation ( déclaration des conflits d'intérêts familiaux) . Evaluation VRAIE des formations : nombre de chômeurs en poste après 6 mois, 12 mois, 18 mois / opinion "des formés"
3/ contrôle du travail des conseillers: nombre de non réponse du conseiller, qualité / exactitude des réponses adressées aux chomeurs, nombre d'offres d'emploi communiquées au chomeur en rapport avec son profil, nombre d'offres d'emploi trouvées auprès des entreprises, sanction en cas de fausse offre d'emploi publiée en toute connaissance de cause ( offre pourvue en interne par une entreprise ou bien inventée )
a écrit le 12/07/2015 à 9:21 :
Rien de nouveau dans le discours du FMI : toujours la même antienne libérale sans remise en cause des échecs passés, notamment ceux de la zone euro avec ses déséquilibres structurels graves qui ont plombé la crise et la reprise, l'insuffisance des investissements publics dans la plupart des pays à commencer par l'Allemagne, etc.... Un peu médiocre voire pitoyable! en tous cas, largement insuffisant face à la situation, mais peut-on attendre autre chose d'un organisme dirigé par mme lagarde?
a écrit le 12/07/2015 à 8:15 :
Toujours le même refrain, les mêmes recettes dogmatiques. Des recettes qui ont pour objectif de permettre aux grands groupes de recommencer à faire rapidement de bonnes affaires avec les pays en difficulté mais qui ont pour résultat direct et immédiat d'accroître la pauvreté des populations qui y sont soumises.
C'est vrai que si en France on baissait les salaires, on augmentait l'âge de départ à la retraite et la durée légale du travail pour atteindre ceux du Bangladesh ou du Pakistan, la France gagnerait en compétitivité. Le FMI en rêve. Il ferait mieux de d'oeuvrer pour que les multinationales offrent des conditions de travail et des salaires décents aux travailleurs du Tiers-Monde. Il y aurait moins de distorsion de concurrence et le monde s'en porterait mieux.
a écrit le 11/07/2015 à 21:35 :
Si le FMI s'y connaissait en économie ou en création de richesse "matérielle" cela se saurait.
Ce sont tout juste des préteurs et des donneurs de leçons.théoriques.
Bref cela ressemble à un guichet de banque.
a écrit le 11/07/2015 à 21:28 :
Oui, c'est la vérité, rien n'a été fait en France, surtout lorsque Christine Lagarde était ministre de l'économie!
Réponse de le 12/07/2015 à 12:23 :
C'est un peu comme Moscovici, lorsqu'il est ministre il n'est pas capable de faire passer la moindre réforme et après il donne des leçons à tout le monde.
a écrit le 11/07/2015 à 20:17 :
Hollande a raison ...en s improvisant le robin des bois des grecs ! Pendant ce temps là, les yeux sont rivés sur la Grèce et non la France qui fait également partie des mauvais élèves en terme des réformes du train vie de l état.
Réponse de le 12/07/2015 à 0:09 :
Tout à fait d'accord ... Et en plus , on leur fournit des experts ! C'est vrai que nous sommes en pleine réussite ! Qu'il s'occupe de ce qui se passe chez nous et les 42 milliards qu'on a déjà versé à la grece aurait été mieux utilisé chez nous !!
a écrit le 11/07/2015 à 19:16 :
Faut faire comme Rebsamen, les chiffres du chomage quel chomage cela n'existe pas.
Elle est pas belle la salade......
Réponse de le 12/07/2015 à 8:00 :
En effet la montée du chômage est due aux envois des SMS de rappel...
a écrit le 11/07/2015 à 17:55 :
Moi, je propose que l'on vire les soi-disant "têtes pensantes du FMI" à commencer par sa directrice et qu'on les envoie direct à Pôle Emploi, ainsi, ils pourraient nous démontrer tous les bienfaits de leurs théories. Puis, qu'on aille chercher du côté de l'APEC des jeunes diplômés qui en ont "bavé" pour avoir leur diplôme et qui savent ce que le mot travail veut dire. Et là, je suis persuadée qu'ils sauront diriger pertinemment !
a écrit le 11/07/2015 à 17:32 :
Il faut viré " Paul Emploi" ça coûte des sous et ne sert à rien .... le privé fait mieux !
Réponse de le 12/07/2015 à 11:34 :
Un rapport de la Cour des Comptes en 2014, puis un autre en 2015; quel résultat ?
Aucun rapport parlementaire, le traitement du chômage intéresse t-il les représentants des Français ?
a écrit le 11/07/2015 à 17:06 :
Le fmi veut faire baisser le chiffre du chômage pas le nombre de chômage simple prenont la methode anglaise. Toutes les personnes qui ont un contrat a zero heures qui effectuent zero heures de travail ne sont plus compte comme chomeurs. Et hop on affiche plus 10 a 15 % de chômeurs mais un petit chiffre qui sert de base aux politiques. Aux usa il sonde des chômeurs pour faire des stats. Le chiffre reel serait vers 25%. Ce pays a 60 millions de gens qui ne vivent que des 29$ hebdomadaires de l aide sociale et 100 millions de personnes qui vivent en dessou du seuil de pauvreté ( source fmi).
a écrit le 11/07/2015 à 16:37 :
Ce qui se passe en Grèce est un avertissement pour la France. En clair: si cette dernière échoue à se réformer, à changer ses structures antédiluviennes, à changer son code du travail, etc, elle va tout droit vers le même chemin. Il y a bcp de choses communes entre la France actuelle et la Grèce d'avant crise. Citons entre autres la bureaucratie écrasante et ingérable, le manque d'investissements étrangers, le trop de fonctionnaires (on a le record d'Europe !), les syndicats qui jouent les maîtres-chanteurs, et le pire, personne n'a le courage de réformer. Macron s'est fait incendier avec le peu de réformes qu'il a proposées, je ne veux même pas imaginer ce qui se passerait si la France prenait le chemin de l'austérité sud-européenne...
Réponse de le 11/07/2015 à 17:28 :
Bien sur il faut suivre les preceptes du fmi, organe impartial, sans dogmatisme aucun, bien entendu qui nous invite à "reformer" c'est à dire à revenir au capitalisme du 19eme siecle..
Vous me faites pensez à ces vieux communistes qui à la moindre critique du systeme sovietique preconisaient encore plus de ...collectivisme.
Continuez dans cette voix et dans peu de temps c'est le fn au pouvoir et l'eclatement de la zone euro.....
a écrit le 11/07/2015 à 16:33 :
De quoi se mêle le FMI et Mme Lagarde ancienne ministre de Sarkozy ?
La France ne DOIT RIEN au FMI !!!
Nous prêtons même de l argent au FMI !!!
Le rôle du FMI n'est pas de juger les états qui ne leur emprunte rien.*Le FMI et Mme Lagarde font du "France Bashing" ou plutôt du "Hollande Bashing" . Mme Lagarde roule t' elle pour Sarkozy ????
a écrit le 11/07/2015 à 16:13 :
c est plutot l inconpetance de ces organismes que l on devrais suprime, car ils ne servent a rien,sinon de dire et repetez qu il faut encore faire des sacrifices au non de l emploie,,? on ne fait pas d emploies en s en prenants aux chomeurs, mais en donnant aux entreprisses des moyens pour investir et crees des produits nouveaux qui ferons les emploies nouveaux???DIRE QUE L ON PAYE10A15MILLES EUROS DES EXPERTS POUR NOUS REPETEZ QUE CEST LA FAUTE DES PAUVRES TROP PAYEZ QUE L ON NE FAIS PAS D AFFAIRE EN FRANCE? TOUS CES EXPERTS PRENNENT LES FRANCAIS POUR DES ANES???
a écrit le 11/07/2015 à 16:09 :
Régulièrement nous avons la grande sortie des emplois non pourvus qui varie d‘ailleurs en fonction de la courbe du chômage, il est toujours facile de parler d’emplois non pourvus plus que de rémunération pour vivre de ces mêmes emplois, en dehors bien sur de ceux liés par exemple à l’informatique mais la ce n’est pas le pb des chômeurs mais de la formation délivrée par l’EN, plus enclin à nous parler de l’histoire de l’art brevet des collèges que de logiciel et pour cause manque de moyens et de compétences dans l’EN malgré un budget Etat plus collectivités et autres de 140 milliards. Il faut également pour inciter les chômeurs, soit en moyenne 400000 de poste non pourvus, de lier le salaire, souvent au smic ou inférieur par des emplois en dessous de 35 heures, à un complément par une partie du chômage. Autre point pour que le travail devienne « attractif » supprimer les aides sur les emplois non dé localisables qui en fait sont ceux qui sont les plus touchés par les bas salaires mais également ce que ne dit pas le FMI une meilleure gestion de l’Etat et des collectivités qui permettraient de faire des économies et donc de modifier sensiblement la sangsue des impôts et taxes. Madame Lagarde qui a été aux manettes en France mais également certains hauts !!!!!fonctionnaires français de cette institution, trop vieille dans sa vision du monde économique qui n’a pas varié depuis 50 ans au moins n’ont pas brillé par leur passage soit au poste de ministre soit dans notre grande maladie de la haute!!! encore ce mot sans aucune évaluation, fonction publique. Pour que notre pays se relance ce n’est pas des touches fourre tout type loi Macron ou des systèmes complexes à mettre en œuvre pour certaines entreprises, CICE ou Pacte de Responsabilité , des réformes!!!!! sorties de cerveaux complexes bien loin de la compétence industrielle, concoctées dans les laboratoires type ENA ou IEP pour que ce pays voit demain une amélioration des courbes du chômages et de la dette les deux étant liés avec en prime le déficit de la branche SS, des complémentaires etc etc . Soyons simples, fini les exonérations sur les bas salaires relance par la baisse immédiate de l’IS de 80 milliards trouvés dans la baisse des aides mais également rajouter les 40 milliards du CICE et du Pacte de Responsabilité avec un transfert vers la TVA du financement des allocations familiales. Donner immédiatement de la trésorerie aux entreprises pour investir et enfin donner de réelles formations aux chômeurs mais également à ceux qui souhaitent changer de métier et mettre fin à la plus grande des magouilles politico-industrielles de ce pays, comment accepter que tous les partis politiques bouffent pardon SE GAVENT sur ce budget pour leur finances cet à dire pour continuer à nager dans la magouille la corruption mais le patronat comme les syndicats de salariés pompent sans vergogne dans cette manne une pompe à fric pour voyous pas pour les demandeurs d’emploi qui eux ont droit avec beaucoup de difficultés à quelques à des miettes
Inciter les dividendes a être réinvestis en pénalisant ceux qui souhaitent le paiement immédiat du coupon. Ce n’est le contrat de travail mais le manque de réformes simples et immédiates qui sont les premières actrices du chômage.
a écrit le 11/07/2015 à 15:47 :
Le FMI ferait bien de faire son travail correctement avant d'être des donneurs de conseils. Mais, il est tellement plus facile de critiquer et de s'intéresser à ce qui se fait, se passe ailleurs que dans ses propres "murs".

Ceci dit, tant que la France n'aura pas entrepris des réformes structurelles et fonctionnelles et ce, à tous niveaux (même pour les institutions et tout ceux/ce qui s'y rapportent), on avancera doucement, trop doucement. Mais, aucun gouvernement n'a eu courage nécessaire pour cause de magouilles, de lobbys, d'avantages des uns et des autres et de stratégies purement politiciennes.

Pour autant, tous les chômeurs ne sont pas des fainéants. De plus, arrivée la cinquantaine, c'est le parcours du combattant.

Ce qui plombe la France, ce sont ses lourdeurs, son administration, ses lois/règlements en excès, ses charges excessives et son fonctionnement passéiste.

Et puis, les mentalités qui ont du mal à évoluer, à tous niveaux.

Reste que le FMI n'est pas le mieux placé pour donner des conseils. Trop de technocrates, trop bien payés et trop souvent, déconnectés des réalités.
a écrit le 11/07/2015 à 14:53 :
Le fmi, C est de la faute des chômeurs. Tous les chômeurs de plus 50 ans comme moi constatent tous jours que c est le patronat qui plus de nous et que les cadres refusent d encadrer les plus vieux qu eux. Facile a dire pour les gens du fmi qui paient pas d impots et gagne des dizaines de milliers d euros. Pour faire baisser le chômage supprimons les. Philosophie eugénisme. ..
a écrit le 11/07/2015 à 14:29 :
Plutôt que d'encourager l'état Français à se réformer en profondeur pour faciliter la vie des entreprises, le FMI s'en prend aux chômeurs et salariés coupables de tous les maux de notre économie. Rendre les victimes coupables, c'est très révélateur de la doctrine sectaire perverse narcissique qui domine le monde.
a écrit le 11/07/2015 à 13:48 :
Nice !!! On était pas au courant que le FMI s'était autoproclamé Maitre du Monde !!! La Terre est dirigé par des banquiers, génial !!! Que les pauvres gens tremblent et se préparent à transpirer gras pour nourrir les boursouflures du FMI !!!
a écrit le 11/07/2015 à 13:36 :
Quel euphémisme ! Ces réformettes de posture ne pèsent rien face au vice de ce système collectiviste et égalitariste dans lequel l'économie est prisonnière. Les socialistes vivent bien dans ce système qui les arrange. Ils le renforcent. C'est leur château. Peu leur importe que le peuple sombre....
a écrit le 11/07/2015 à 12:58 :
Si on faisait 10 % de ce qu'on demande aux grecques tous s'arrangerait

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :