Cinq patrons français ont touché plus de 10 millions d'euros, une première en 10 ans

 |   |  592  mots
Notons par ailleurs que les trois patrons du CAC 40 les mieux payés (Scheider Electric, Sanofi et Renault) sont également ceux dont les rémunérations ont obtenu le score d'approbation les plus faibles auprès des actionnaires (respectivement 63%, 46% et 58%).
Notons par ailleurs que les trois patrons du CAC 40 les mieux payés (Scheider Electric, Sanofi et Renault) sont également ceux dont les rémunérations ont obtenu le score d'approbation les plus faibles auprès des actionnaires (respectivement 63%, 46% et 58%). (Crédits : © Thomas Peter / Reuters)
Les patrons des 120 plus grandes entreprises françaises (SBF 120) ont vu leur rémunération augmenter en moyenne de 20%. Et ce alors que les performances économiques des entreprises ne connaissaient pas une telle hausse, selon le cabinet de conseils Proxinvest.

Année faste pour les patrons des 120 plus importantes entreprises françaises. La rémunération moyenne des présidents exécutifs du SBF 120 a atteint un record de 3,5 millions d'euros en 2015 (20% de plus qu'en 2014) et celle des patrons du CAC 40 s'élève à 5 millions d'euros (+18% par rapport à l'année d'avant), selon un rapport publié par Proxinvest le 9 novembre. Mais surtout, note la société de conseils, pas moins de cinq patrons français ont vu leur rémunération dépasser les 10 millions d'euros. Un fait rare qui n'était pas arrivé depuis 2005.

  • Le directeur général de Sanofi, Olivier Brandicourt, arrive en tête avec 16,8 millions, dont 7,2 millions de "primes de bienvenue" octroyées sous la forme d'indemnités et d'actions gratuites de performance.
  • Gilles Gobin, fondateur de Rubis arrive en deuxième position (16,4 millions). La rémunération déclarée par la société pour son dirigeant n'est toutefois que 2,3 millions, note Proxinvest. Le rapport explique que Gilles Gobin "a bénéficié de la quote-part d'un dividende d'associé commandité égal à 3% de la hausse de la capitalisation boursière sur l'année qui, ajoutée à la rémunération déclarée par la société, fait grimper le coût total à 16,4 millions d'euros".
  • Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan (15,6 millions), n'arrive qu'à la troisième place. Le niveau de rémunération que ce dernier a touché à la tête de Renault a été rejeté au printemps dernier par les actionnaires, amenant le constructeur automobile français à en réduire de 20% la part variable au titre de 2016.
  • Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes (5e), voit sa rémunération totale augmenter de 31% et atteindre 14,1 millions d'euros grâce à un programme "d'association au capital". Il est le plus gros bénéficiaire d'actions gratuites parmi les dirigeants du SBF 120.
  • Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric arrive en cinquième place en raison de l'abandon de son régime de retraite supplémentaire. En effet, l'augmentation de 86% de sa rémunération totale, qui a atteint 10,4 millions d'euros, pour 2015, s'explique principalement par la compensation financière liée à cette renonciation.

Des rémunérations pas toujours en accord avec les performances

Le cabinet fait état de ses réserves sur ces augmentations au regard des performances économiques des sociétés en 2015. L'indice CAC 40 a progressé de 8,5% en 2015, le chiffre d'affaire cumulé a baissé de 3%, quand le résultat opérationnel et les bénéfices nets cumulés ont reculé de 7% et 11% respectivement, souligne-t-il.

Notons par ailleurs que les trois patrons du CAC 40 les mieux payés (Scheider Electric, Sanofi et Renault) sont également ceux dont les rémunérations ont obtenu le score d'approbation les plus faibles auprès des actionnaires (respectivement 63%, 46% et 58%). Jeudi 10 novembre, le conseil d'Alstom a d'ailleurs décidé de passer outre le vote négatif de ses actionnaires (à 62%) et de l'État et de confirmer la rémunération de son ex-PDG Patrick Kron, parti en janvier avec plus de 6,5 millions d'euros. Les choses devraient changer dans les années à venir puisque le vote des actionnaires, qui n'avait jusqu'ici qu'un effet consultatif devrait devenir contraignant d'après un amendement au projet de loi Sapin II voté par les députés le 10 juin. Mais d'ici à ce que ce projet de loi ne soit définitivement adopté, les patrons peuvent dormir sur leur confortable matelas de billets.

>> Lire Rémunération des dirigeants : le vote des actionnaires va devenir "impératif"

(L. P. avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2016 à 17:06 :
Ces sursalaires sont parfaitement indécents , à un moment où le Pouvoir d'achat des Français est en berne...! Ce qui peut se concevoir pour un patron qui a créé sa propre entreprise , avec son argent ,en engageant tous ses biens ,et ceux de sa famille , parfois , n'est pas permis dans ces CAC40 , dont les présidents sont des protégés de nos Dirigeants Politiques , et qui ne risquent rien ,à titre personnel , n'étant pas actionnaires...En plus , le comble , ce sont les "Primes " d'entrée et de sortie ,ainsi que des retraites-chapeau, le plus souvent imméritées , et dans tous les cas , très abusives...! Ces "protégés" ne rendent pas service aux Français ,notamment leurs salariés , encore moins l'exemple... Ces "fonctionnaires" qui n'ont pas la formation pour diriger , ont pour seul "mérite" : être passés par l'ENA , en général ,ce qui en soi , n'est pas un gage de compétences , et utiliser les positions "d'Ancien..." . Quant aux budgets de secours , nous savons qui paient....! Injustices malsaines !
a écrit le 12/11/2016 à 3:24 :
on résume : des cadres qui ont fait perdre de l'argent à leurs employeurs (les actionnaires) sont augmentés de 20% en moyenne. C'est ce qu'on appelle "la nouvelle compétitivité", et on se demande bien pourquoi le bas peuple, cette France "d'en bas" peu éduquée aux méthodes modernes de management, s'autorise à trouver cela bizarre, au nom d'un "bon sens" obsolète face aux contraintes économiques mondiales. La populace ne peut qu'ignorer ces réalités premières, engluée qu'elle est dans son quotidien besogneux. Et évidemment, des populistes vont se jeter là-dessus pour dénoncer les soit-disant "effets pervers" de la globalisation, alors que chacun sait qui si l'économie se porte mal, c'est parce que les les français sont des feignants, et que c'est presque par charité que les cadres récompensés leur fournissent des emplois. Certains naïfs penseront probablement que tout ce bel argent, redistribué en fin d'année au petit personnel et autres ouvriers, aurait peut-être aidé à la relance du marché intérieur. Cette inculture économique est consternante.
Réponse de le 14/11/2016 à 22:57 :
Les actionnaires de la société votent les salaires des patrons. Donc si ils sont contents du cours de la bourse, ils vont rémunerer le patron. Ils ont le droit, c'est leur argent...... Imagine demain on te dit combien tu dois payer ta femme de ménage. Si tu veux la payer un million par mois, et que tu as les moyens, tu le feras si tu as envie, non ?
a écrit le 11/11/2016 à 16:47 :
Je ne vois pas ou est le problème ils ont travaillé c'est normal qu'ils soient rémunérés à leurs justes valeurs pour info chaque année ils peuvent être virés par contre ceux qui les critiquent qu'ils fassent comme eux Ces gens là quant ils prennent un jets privé c'est sur le compte de leur société nous nous avons des politiques qui se payent presque le tour du monde avec leur famille sur nos sous et moi ma pension est bloqué depuis qu'ils sont au pouvoir cherchez l'erreur
a écrit le 11/11/2016 à 8:35 :
voila qui demontre la carrence de messieur hollande et valls
c'est bien le capital et non les salaries
qui profite du regime socialiste des laches
car rien n'a ete realise pour reduire le chomage
et les différences de salaire homme femme
et une destructions d'emploi qui continue.
au seul profit d'une minorite
Réponse de le 11/11/2016 à 19:34 :
C'est quoi la solution ? Nationaliser les entreprises privées ? C'est interdit et mauvais de devenir riche ? Et un riche doit-il partager ses richesses avec les pauvres obligatoirement ? Imagine un jour tu gagnes au LOTO, tu vas partager avec tous les Français ? Ou avec tous les chômeurs ?
a écrit le 11/11/2016 à 4:58 :
Donc ils touchent en UN AN ce que certains analphabètes touchent en UN MOIS !!
a écrit le 10/11/2016 à 19:56 :
Et pour les footballeurs ? Plus sérieusement, ce nombre est ridiculement faible. Plus il sera élevé, plus les habitants seront riches. La richesse apporte la richesse. Les talents apportent la richesse, surtout à la tête des entreprises. Car seules les entreprises créent des emplois
a écrit le 10/11/2016 à 15:53 :
Même si les résultats ne sont pas là ils encaissent quand même pour la simple raison que les conseils d'administrations du CAC 40 sont les copains des copains dans le style de la république soviètique des petits camarades... Tout simplement scandaleux !
a écrit le 10/11/2016 à 15:01 :
Qu'est-ce qui franchement justifie ce genre de salaire ?
Réponse de le 10/11/2016 à 16:16 :
Officiellement, ils "travaillent beaucoup" (ils sont sans doute les seuls dans le pays) et ils ont des teeerrrriiiibbbles responsabilités. C'est ce qui "justifie" ces salaires pharaoniques.
Et quand il est question de faire jouer ces "responsabilités", comme par exemple Bouton de la Société Générale dans l'affaire Kerviel, ben d'un coup en fait non c'est au contribuable de combler le trou. Les saisies, les expropriations et les peines de prison, c'est surtout pour les pauvres.
a écrit le 10/11/2016 à 13:36 :
Et après on s'étonne que les employés, qui n'ont certainement pas, eux, été augmenté d'autant, votent pour Marine Le Pen (ou le Brexit ou Trump sous d'autres cieux !).
Réponse de le 10/11/2016 à 14:12 :
C'est donc absurde de mélanger sa voix avec ces gens la , puisque les patrons votent LR et MLP en France ou Trump aux US .
Réponse de le 10/11/2016 à 16:20 :
@lachose
Très absurde, mais curieusement les Français se laissent distraire facilement.
C'est très bien illustré par la blague suivante :
Un Français, un banquier et un immigré entrent dans une pièce et y trouvent une table avec 12 gâteaux. le banquier passe devant les 2 autres, en mange 11, puis dit au Français : "attention, l'immigré va vous prendre votre gâteau".
Réponse de le 10/11/2016 à 19:57 :
La jalousie a toujours été bien mauvaise conseillère...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :