Et si l'économie du partage annonçait la fin du salariat ?

 |   |  2273  mots
Génération précaire s'inscrit dans un ensemble d'associations de défense des stagiaires en Europe créées ces dernières années, telles que « Intern Aware » au Royaume-Uni ou « La Repubblica Degli Stagisti » en Italie.
Génération précaire s'inscrit dans un ensemble d'associations de défense des stagiaires en Europe créées ces dernières années, telles que « Intern Aware » au Royaume-Uni ou « La Repubblica Degli Stagisti » en Italie. (Crédits : Reuters)
La logique de l'économie du partage, c'est celle de la fin du salariat, admettent même ses plus ardents défenseurs. Avec, pour conséquence, une impossibilité croissante de financer la protection sociale, et donc le risque de faire disparaître le modèle français de sécu

L'économie collaborative ou économie du partage est à la mode. Il est d'ailleurs nettement plus « hype » de parler de « sharing economy ». Le Président Barack Obama lui-même n'a-t-il pas vanté ses mérites, déclarant que le bricolage est le « made in America » de demain ? Des transports - on pense bien sûr à Uber ou BlaBlaCar - à la high-tech - il est question aux États-Unis de plateformes d'échange entre particuliers-inventeurs -, en passant par l'hébergement (Airbnb), les travaux à domicile, il n'est rien de plus moderne que cette économie. À l'heure du pouvoir d'achat en berne, n'y a-t-il pas là une solution évidente à nos maux actuels ? Rentrer chez soi en voiture - avec chauffeur, s'il vous plaît ! pour 8 euros, être hébergé pour 30 euros, n'est-ce pas l'avenir?

L'avenir ? Cette économie a existé par le passé, soulignent certains thuriféraires de la « sharing economy », relativisant sa nouveauté pour mieux montrer à quel point elle est naturelle.

« Ni le principe du partage de ressources, ni celui de gens ordinaires devenant leurs propres patrons ne sont réellement nouveaux ; en effet, il n'y a qu'à l'époque de l'industrialisation et de la modernité occidentale que ces pratiques étaient inhabituelles », soulignait récemment le patron d'Apartager.com, Karim Goudiaby.

Alors que l'économie collaborative est donc une pratique séculaire que la technique du numérique modernise et actualise, la rendant encore plus efficace, pourquoi voit-on des hésitations à se tourner vers ce modèle ? Pourquoi attaquer Airbnb ou Uber, comme le font de nombreuses autorités publiques, de l'administration française au procureur général de New York, alors que la « share economy » se trouve à la pointe de la lutte contre les monopoles, et redonne du pouvoir, enfin, à la population ?

« Nos contemporains sont parfaitement capables de prendre leurs propres décisions économiques, et les gouvernements doivent leur accorder confiance sur ce sujet. Ils doivent cesser de maintenir sous contrôle les plus petites initiatives de leurs administrés », souligne encore Karim Goudiaby.

Après tout, pourquoi ne pas laisser « les gens » gérer leurs propres affaires ? Assez de règles contraignantes, d'impôts en tous genres ! Cette modernité de l'échange informel, illustrée également par les Systèmes d'échanges locaux (les SEL) qui se multiplient à travers la France - on compte une cinquantaine de ces structures d'échanges qui ont leurs propres monnaies locales, rien qu'en Île-de-France - les économistes libéraux la défendent de longue date.

Ainsi l'ex-ministre Alain Madelin vantait cette liberté des SEL : vous voyez bien que, sans contrainte légale, l'échange, et donc le travail, peuvent se développer indéfiniment, soulignait-il. Comme nous serions plus riches sans ces lois et règlements étouffant l'esprit d'initiative et la création de richesses !

« Une anomalie dans l'histoire économique »

Que signifierait en fait une telle absence de contraintes ? Quelles seraient les implications du point de vue de l'organisation de la société ? Le patron d'Apartager.com les esquisse :

« Avant la révolution industrielle, et encore aujourd'hui dans les pays en voie de développement, chaque individu était son propre employeur (...), il avait un métier, un savoir-faire, qu'il s'agisse de produire un bien ou de fournir un service. Il le vendait à son voisin, ou l'échangeait parfois contre le bien ou le service de ce voisin. »

Dans un numéro spécial de la revue Sociétal (Réinventer le modèle social, Sociétal 2015, éditions Eyrolles), le consultant Denis Pennel abonde dans ce sens d'une remise en cause du salariat généralisé :

« Certains pourront voir le développement du travail hors salariat comme une régression historique, un retour vers la période antérieure aux Trente glorieuses. Mais la bonne question à se poser est de savoir si la généralisation du salariat n'était pas qu'une exception, voire une anomalie dans l'histoire économique et sociale. »

Et d'insister : le salariat ne serait-il pas « l'apanage d'une société industrielle de production de masse, de plein-emploi, dans un monde peu concurrentiel ? »

Bref, la société salariale serait dépassée.

« N'oublions pas d'ailleurs que, jusqu'en 1930, en France mais également dans nombre de pays développés, la forme d'emploi dominante était le travail indépendant », souligne Denis Pennel.

Un mode d'organisation compatible avec une grande diversité d'emplois :

« Dès le XIXe siècle, il existait un grand nombre de catégories de travailleurs, mais les différences s'organisaient plus autour de métiers exercés qu'autour des statuts d'emplois.»

Voilà donc le modèle défendu implicitement par les tenants de la «share eco-nomy» : une économie où chacun est son propre patron, une économie d'avant le salariat, ce mode d'organisation sociale qui semble soudain démodé.

Et s'il venait à s'effacer? Et s'il n'avait été qu'une parenthèse, marquant l'organisation -économique et sociale du seul XXe siècle? Effectivement, le salariat n'a pas toujours été la norme, tant s'en faut. Comme le relevait le sociologue Robert Castel dans son livre phare «Les métamorphoses de la question sociale, chronique du salariat», ce statut a longtemps été, jusqu'au début du XXe siècle, l'apanage d'une minorité.

Et pas de la plus chanceuse : être salarié, au milieu du XIXe siècle, c'était faire partie de la lie de la société. On peine à imaginer aujourd'hui, dans notre société dominée par ce mode d'organisation sociale, tout ce que le statut de salarié pouvait avoir de dégradant, dans une France encore largement agricole, où les agriculteurs plus ou moins riches mais pour la plupart d'entre eux propriétaires, ou espérant le devenir, étaient les plus nombreux, aux côtés des artisans et bourgeois. Le salarié, c'était celui qui n'avait rien. Aucun patrimoine. Rien que ses bras. C'était donc, initialement, le prolétaire. Un prolétaire souvent en marge de la société, effrayant le bourgeois, relevant des classes dites alors «dangereuses».

La lente constitution d'une « propriété sociale »

Tout le combat de la social-démocratie de la fin du XIXe siècle et du début du XXe a été celui de la défense de ces salariés, mais aussi et surtout de leur intégration à la société, leur «affiliation», via la recherche d'une troisième voie entre propriété privée et propriété collective. Un compromis entre domination d'un capitalisme écrasant la classe ouvrière et renversement du système, via la révolution prolétarienne.

Ce combat social-démocrate est passé surtout par la création progressive, durant la première moitié du XXe siècle, de ce que Robert Castel a appelé, après certains penseurs de la fin du XIXe siècle, la «propriété sociale».

Quésaco ? Le fait d'accorder aux «travailleurs» à la situation toujours incertaine, faute de patrimoine, un certain nombre de garanties, sous forme d'assurances collectives, touchant les accidents du travail, la maladie et la vieillesse. Ces garanties constituent comme des droits de propriété acquis progressivement sur la société - on pense aux retraites, bien sûr. Avant la propriété sociale, la sécurité tout au long d'une vie était l'apanage des seuls détenteurs de patrimoine. Comment faire face aux accidents de la vie, aux aléas de l'existence, à la vieillesse, sans «bien», sans la moindre richesse? Impossible. D'où un «sentiment d'insécurité» - comme on dirait aujourd'hui -permanent pour les salariés propriétaires de rien, sinon de leurs bras. Seule la propriété sociale va pouvoir les extraire - en partie - de cette condition.

«La propriété est ce qui fonde l'existence sociale parce qu'elle encastre et territorialise. C'est le remède, et sans doute pour l'époque le seul remède, contre le mal social suprême, la désaffiliation», a pu affirmer Robert Cas-tel.

L'avènement de ce nouveau type de propriété n'a pas eu lieu en un jour. Les oppositions ont été fortes, au principe de l'assurance obligatoire, nécessaire à la constitution d'une «propriété sociale».

Les libéraux purs et durs, comme Adolphe Thiers, contestaient jusqu'à la mise en place d'assurances retraite facultatives, sous forme de capitalisation. Car, qui dit assurance, dit mise en place d'un réseau de solidarité, en contradiction avec la définition libérale de la responsabilité et de la propriété, qui se veut fondée sur une base strictement individuelle. Cette opposition «extraordinairement tenace à l'assurance», dixit Robert Castel, notamment en France, tient à l'existence d'une vaste France de propriétaires, petits ou gros, de la propriété rurale à l'artisanat en passant par la boutique, une France qui ne voit pas l'intérêt de cotiser pour d'autres.

Quand a été évoquée au début du XXe siècle l'idée de retraites obligatoires pour tous - et donc de l'obligation de cotiser -, l'opposition de ces propriétaires a été des plus vives.

Vers la dégradation de la protection sociale

Jaurès fut alors l'un des plus chauds partisans des retraites obligatoires et universelles - les réserver aux nécessiteux eut été le meilleur moyen de les cantonner à une aumône. Il bataille contre la droite qui s'oppose à cette forme de collectivisme. Mais aussi contre ce qu'on appellerait aujourd'hui la gauche de la gauche, qui lui reproche de vouloir prendre de l'argent dans la poche des ouvriers - les fameuses cotisations sociales.

Comme le souligne Robert Castel, avec l'avènement de la propriété sociale, progressivement accordée aux salariés au début du XXe siècle, on assiste alors à la constitution d'un nouveau rapport salarial. Le salaire ne représentait jusqu'alors que la rétribution ponctuelle d'une tâche : la plupart des salariés étaient, en effet, payés à la tâche. La montée en puissance de la propriété sociale change cette situation. Le salaire, désormais, «assure des droits, donne accès à des prestations hors travail (maladies, accident, retraite) et permet une participation élargie à la vie sociale». En minant le salariat, devenu la caractéristique d'une économie industrielle qui serait dépassée, l'économie du partage sape les fondations de cet édifice patiemment bâti qu'est la propriété sociale.

Prestations minimalistes

De deux manières. D'une part, même dans un pays comme la France, où les droits sociaux sont comparativement plus importants qu'ailleurs, la protection sociale de ceux qui vivent de l'économie du partage est réduite à sa plus simple expression. Un chauffeur abonné au service Uberpop - qui transporte des passagers à travers les grandes villes au titre théorique du covoiturage, alors qu'il joue le rôle de taxi - ne cotise à rien à travers cette activité. Quelle retraite peut-il donc espérer ? Sans aller jusqu'à l'hypothèse de zéro cotisation sociale, le statut d'autoentrepreneur relève de la même logique d'une faible cotisation, et donc de prestations minimalistes.

Et, deuxième conséquence, dans l'immédiat : en évitant toute contribution au système social, ou alors en y contribuant très faiblement, un adepte de l'économie du partage concourt à la dégradation de la situation financière des régimes sociaux. Lesquels, à force de mal se porter, finiront par être remis en cause, au détriment des salariés. La boucle sera alors bouclée.

La montée en puissance de la CSG

Aujourd'hui, le financement de la protection sociale reste très majoritairement basé sur les salaires. Bien sûr, c'est moins le cas qu'auparavant. La montée en puissance de la CSG, assise sur l'ensemble des revenus, qu'ils soient du travail ou du capital, a contribué à modifier la donne. Du coup, en apparence, les prélèvements obligatoires pesant sur le travail (cotisations) ne représentent plus que 55% des recettes de la sécu, selon la présentation officielle. Notamment en raison du poids grandissant de la CSG. Mais, en réalité, le financement de la protection sociale reste largement dépendant des salaires, puisque cette CSG présentée comme un impôt de rupture, repose elle-même à 71% sur les revenus d'activité (des salaires, pour l'essentiel).

Il est donc erroné d'affirmer que le financement de la protection sociale repose de moins en moins sur les salaires. Et si ceux-ci subissent une lente mais sûre érosion, que se passe-t-il ? Déjà, l'absence de croissance - en France, le PIB par habitant reste aujourd'hui inférieur à son niveau de 2007 ! - met les régimes sociaux à mal. Si le salariat se marginalise progressivement, les comptes sociaux tomberont définitivement dans le rouge, et bien au-delà des niveaux actuels.

Resterait donc l'assurance privée. Mais comment croire que tous les « free lancers », les travailleurs indépendants, pourraient s'offrir des assurances leur assurant à la fois une couverture maladie et retraite décentes ? Seuls les gagnants de ce système, s'assurant des revenus confortables, pourraient prétendre à une couverture maladie et une retraite de qualité.

Le cas allemand

En Allemagne, où les retraites publiques ont été réduites, le nombre de retraités pauvres a augmenté de 40% depuis dix ans, alors même que des retraites privées (plan Riester) ont été mises en place. Mais seuls 30% des actifs souscrivent à ces plans... Si la protection sociale actuelle assure une couverture convenable aux personnes aux plus faibles revenus, notamment en matière de santé, c'est parce qu'a lieu une certaine redistribution : pour résumer, ce sont les plus aisés qui paient pour les moins à l'aise. Des économistes suggèrent la mise en place d'un système public réservé aux pauvres. Mais les allocations pour pauvres ont toujours été de « pauvres allocations », selon la formule consacrée.

Exit la « propriété sociale ».

_____

>>> VIDEO Présentation de Freelancers Union

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2015 à 15:32 :
Aujourd'hui il n'y a pas que l'économie de partage qui fait son apparition dans le monde mais il y a aussi le revenu de base inconditionnel, je suis à peu près certaine qu'en combinant les deux des resultats plus que novateurs et intelligents pourraient émerger, une nouvelle façon de travailler, de partager, et donc de vivre.
a écrit le 30/07/2015 à 7:42 :
Le salariat est un statut plutôt difficile a vivre,la sécurité sociale est la pire solution,L'assurance privée laisse plus de revenus même pour un smig.La retraite par capitalisation sur une assurance vie,lui apportera aussi plus de revenus.La solidarité,c'est l'impôt,ou alors il faut étendre cette même gestion calamiteuse pour l'assurance voiture maison,entreprise ,etc voir l'alimentation
a écrit le 20/06/2015 à 16:38 :
(extrait) Le salaire, désormais, «assure des droits, donne accès à des prestations hors travail (maladies, accident, retraite) et permet une participation élargie à la vie sociale».

(Commentaire) Les prestations mentionnées ici sont des "prestations sociales". Elles sont octroyées HORS EMPLOI, mais pas hors travail. Le salariat est présenté ici comme réductible à sa seule dimension de subordination à l'emploi. Or, le salariat a posé une production en-dehors de l'emploi. C'est la raison pour laquelle Jaurès et d'autres se battaient, en tant que socialistes, pour les cotisations/prestations sociales. Elles constituent une avancée majeure, car elles permettent d'étendre peu à peu une propriété sociale D'USAGE. Contrairement à la CSG, elles ne fonctionnent pas comme un impôt sur le salaire mais comme un "partage de la masse salariale" en prestations sociales, calculées sur base du salaire brut. Elles ne sont pas piquées - comme la gauche de la gauche de Jaurès pouvait le craindre - aux salariés occupés dans l'emploi. Elles s'ajoutent à ce que ces salariés-là produisent.

Pourquoi dès lors ne pas poser la question de la complémentarité de l'économie de partage ET d'un salariat qui continuerait de se dégager de l'emploi, comme il a pu le faire dans ce que vous appelez les trente glorieuses : par une hausse des prestations sociales et une hausse du taux de cotisation.

Il existe entre Bismarck (partage du salaire au niveau sectoriel) et Beveridge (sécurité sociale par l'impôt) un modèle qui consiste à partager le salaire au niveau interprofessionnel.

Il est d'application en Belgique depuis 1944 dans un plan de relance permanent administré par l'Office National de Sécurité Sociale. L'an dernier, on y réinjectait sans accumulation plus de 75 à 90 milliards dans l'économie, soit un peu moins du quart du PIB.
a écrit le 09/06/2015 à 14:14 :
Il est effectivement utile de réfléchir à ces problèmatiques.

Sur le sujet, je souhaite partager ma dernière lecture, très intéressante : « L’enjeu du salaire » de Bernard Friot. Ses idées sont très intéressantes et permettraient notamment d’éviter que la fin du salariat — qui, en soit, en une bonne chose puisque ce n’est ni plus ni moins qu’une forme d’esclavagisme contre une rémunération souvent très faible — n’enfonce encore plus notre société dans les inégalités et le libéralisme, c’est à dire la loi de la jungle.
a écrit le 08/06/2015 à 19:49 :
J'en ai marre qu'on tape sur les "fonctionnaires" !! En ce qui concerne les salaires :
- Bas d'échelle catégorie B (avec primes) = 1494 € net / mois
- Catégorie A (la plus élevée) 2ième échelon = 1914€ net / mois. Pour 8 ans d'études post bac ...J'ai travaillé dans une PME avant et j'avais 3300€ net par mois (Y'a 4 ans de ça). Alors qu'on arrête de dire que les fonctionnaires sont bien payé !!!

Sans compter que le point d'indice qui permet le calcul des traitements est gelé depuis 2010. Ça veut dire que le salaires des fonctionnaires baisse à chaque fois que le cout de la vie augmente, et ce depuis 4 ans. Combien d'entre vous, travailleurs du "privé" n'a pas eu d'augmentation de salaire depuis 4 ans ?? Ne serait-ce que d'1 ou 2 %.
Réponse de le 09/06/2015 à 10:01 :
Commentaire peu crédible....vous ignorez que beaucoup de salariés n'ont pas été augmentés depuis 5 ans en raison de la crise. En revanche, les fonctionnaires continuent à être augmentés individuellement quand le point d'indice est gelé. N'oublions pas non plus l'accès facilité aux logements sociaux, et des retraites doublées à salaire égal. Et je ne parle pas du rythme de travail...vous n'arriverez pas à me faire pleurer sur les fonctionnaires. Et j'aimerais comprendre pourquoi vous avez quitté le privé si être fonctionnaire est si désavantageux..
a écrit le 08/06/2015 à 17:44 :
Ceux qui profitent le plus de la sécurité sociale sont bien entendu les classes moyennes et supérieures. Le plafonnement des retraites devrait être la règle, car ces classes moyennes et supérieures se contituent de surcroît des revenus capitalistiques très importants.
Selon l'économiste Coase, l'entreprise constituée de salariés minimise les "coûts de transaction". Les syndicats ne faisant qu'augmenter ces coûts et les applications numériques partagées ne faisant que les diminuer, le salariat, en tant qu'organisation spécifique du travail, pourrait perdre sa justification économique.
a écrit le 08/06/2015 à 17:25 :
Bonjour. Tout récemment j'ai lu sur le New York Times que les millions de chômeurs de la zone euro se consolent en participant à une curieuse économie parallèle peuplée de milliers d’entreprises fictives qu’on appelle des "entreprises d’entraînement". Selon le journal cet univers alternatif ne produit pas de biens ni de services concrets, mais il offre aux personnes des postes non rémunérés qui leur donnent un cadre, une structure et un sentiment d’intégration. Le fait de participer à ce marché du travail bidon apporte, certes, un certain soulagement à un niveau superficiel, mais quand on sait où regarder, on voit clairement qu’il s’agit de contrôle social. Avez-vous déjà en entendu parler ? j'en suis stupéfié !

Alors que l’économie en Europe périclite du fait que nos dirigeants se révèlent absolument incapables d'y trouver des solutions, dois-je encore apprendre sur un journal nord-américain des réalités de mon quotidien car nos presse-médias ne les montrent pas ? le comble, quoi.
a écrit le 08/06/2015 à 17:02 :
Bon article qui pose la question du choix de société soit celle des libéraux soit celle découlant du programme du Conseil National de la Résistance. Force es de constater que ce dernier modèle est de plus attaqué dans ses bases. Tut le distinguo est dans le partage: les libéraux en se soumettant à la loi du marché en retourne à loi de la jungle c.a.d celle du plus fort ce que l'on constate aujourd'hui avec des exploités à la base de plus en plus nombreux et dans des situations de plus en plus précaires qu'il soient salariés travailleurs pauvres ou autoentrepreneurs et de l'autre des classes dominantes qui accumule à ne plus savoir quoi en faire. L'amortisseur était jusqu'à maintenant la classe moyenne (essentiellement des salariés) . En remettant en cause la notion de contrat de travail grâce l'Europe et avec le soutien de partis qui osent se dire de gauche la dernière digue va lâcher. Pour déboucher sur quoi là est la question!
Réponse de le 08/06/2015 à 17:58 :
@Gabuzo
"Pour déboucher sur quoi là est la question!" Pour m'être posé la question, j'en suis arrivé à la conclusion qu'on retournerait dans le meilleur des cas à la lutte des classes et dans le pire à la Révolution, la guerre civile, voire un guerre généralisée. La troisième guerre mondiale qui serait fatale à l'humanité.
Réponse de le 08/06/2015 à 17:58 :
@Gabuzo
"Pour déboucher sur quoi là est la question!" Pour m'être posé la question, j'en suis arrivé à la conclusion qu'on retournerait dans le meilleur des cas à la lutte des classes et dans le pire à la Révolution, la guerre civile, voire un guerre généralisée. La troisième guerre mondiale qui serait fatale à l'humanité.
Réponse de le 08/06/2015 à 22:54 :
pourquoi tant de répétition ? de la mauvaise foi ?….
a écrit le 08/06/2015 à 16:03 :
C surtout le début de la précarisation de tous, et de la concurrence entre tous.
C assez amusant d'entendre l'un des pdg d'une de ces boites, affirmer que grâce à ce concept il n'y aura plus de patron.... Bah et lui il est quoi?! Il gagne le même salaire que les précaires qui taffent pour lui?!
a écrit le 08/06/2015 à 15:57 :
Economie du "partage", tu parles! Uber et co ne sont que des entreprises qui profitent des economies d'echelle offertes par les nouvelles technologies, ainsi que d'un certain flou juridique, pour baisser les couts et se tailler des positions dominantes. N'oublions pas qu'a cote de la shared economy, les monopoles sont aussi du dernier chic dans la Sillicon Valley!
a écrit le 08/06/2015 à 15:44 :
Article très pertinent, très clair et rassurant quant à la capacité des médias à ouvrir des débats intéressants... (Allez, je rigoles!)
Oui, certes, abolissons le salariat (je suis salarié moi-même et je ne considère pas du tout cela comme la panacée), mais comment éviter alors l’instauration d'une société de classes, une société où la place de chacun dépendrait de ce qu'il possède ou de ce qu'il sait faire? A mon avis il faudrait réfléchir à la notion de partage : pour beaucoup le "partage" consiste en un échange juste (je te donne ce dont tu as besoin en échange de ce dont, moi, j'ai besoin), et donc entre égaux. Mais dans ce cas la solidarité (avec les plus pauvres, les plus malades, les plus âgées, les plus jeunes) se réduit à de la simple charité et, si on veut éviter cela, il faudrait que cette notion de "partage" ne soit pas un simple échange égalitaire mais le don de "ce que l'on a en excès", c'est à dire une fois assouvis nos besoins élémentaires. Et pour qu'il y ait "excès" il faudra parler aussi de "frugalité" (pas opposition à "consommation").
Question : Peut-on envisager une économie de partage dans "une société frugale" ou n'est-ce possible que dans "une société de consommation"?
Réponse de le 09/06/2015 à 14:18 :
Excellent commentaire également qui pose les vraies questions.
En plus des inégalités scandaleuses dues au libéralisme, nos société doivent impérativement revoir plus que sérieusement nos consommations de ressources. C’est toute la notion de travail, de production et de besoins qui doit être revue.
Je pense que l’on peut déjà répondre à votre question : il me semble évident que l’on peut envisager une économie de partage dans une société frugale. Mieux : il le faut ! L’exemple simple et concret est l’échange de graines et de plants entre paysans.
a écrit le 08/06/2015 à 11:52 :
La logique de l'économie du partage, ou l' appât du gain ? Bon tu me donnes ta montre ... je vais te donner l'heure !... attendons de voir !
a écrit le 08/06/2015 à 11:35 :
Tres bon article. Je pense cependant que l'orientation de l'analyse est discutable dans le sens ou petite propriete, protection sociale et travail independent ne s'opposent pas forcement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :