Fallait-il raboter les APL  ?

 |   |  895  mots
Près de 80.000 foyers vont être affectés par le coup de rabot sur les APL.
Près de 80.000 foyers vont être affectés par le coup de rabot sur les APL. (Crédits : CC0 Public Domain)
Le gouvernement a décidé de raboter légèrement les APL. Suffisant pour affecter les finances d'environ 80.000 foyers. Le but de la mesure est de réduire les effets inflationnistes des aides au logement, qui sont pourtant l'un des piliers de la politique sociale en France...

Fallait-il raboter les aides personnelles au logement (APL) au seul titre qu'elles engendreraient une hausse des loyers, voire qu'elles seraient trop coûteuses pour l'Etat ? La question mérite d'être posée. Dans l'optique de limiter la hausse des loyers et de réaliser des économies mineures - un peu moins de 300 millions d'euros par an en "vitesse de croisière" - le gouvernement a donc pris la décision de réduire les aides au logement selon une méthode bien précise : instaurer une dégressivité des aides à partir d'un certain niveau de loyers, en fonction des situations familiales et géographiques. Près de 80.000 foyers seraient concernés, soit 1,2 % des allocataires, à en croire la réponse du ministère du Logement à Marianne. Un nombre tout de même significatif.

Voilà en effet plusieurs années que l'Etat français, qui consacre environ 18 milliards d'euros d'aides aux logements par an à destination de 6,5 millions de bénéficiaires, planche sur des solutions afin de rendre sa politique du logement moins coûteuse et plus efficace. Les aides aux logements, c'est en effet quasiment deux fois plus que le RSA. C'est plus, aussi, que les allocations familiales. Or dans le même temps, le poids du logement dans le budget des ménages n'a cessé de croître, en premier lieu pour les locataires du secteur privé.

Hausse des aides = hausse des loyers ?

Le premier responsable de cette situation insatisfaisante est donc tout trouvé : la hausse des aides aux logements, dont le niveau annuel a été multiplié par trois depuis le début des années 1990, selon une étude de l'Insee. Plusieurs rapports, notamment un de l'inspection générale des affaires sociales (Igas), l'ont d'ailleurs écrit : la hausse des APL est en partie absorbée par les bailleurs qui augmentent d'autant les loyers car ils sont le plus souvent au courant du montant des APL que touchent leurs locataires.

Des études réalisées sur l'effet inflationniste des aides au logement montrent ainsi que les augmentations de loyers absorberaient entre 60 % et 80 % des aides octroyées aux locataires, les bailleurs alignant leur prix à chaque hausse des aides. Et même si ces études suggèrent, dans l'absolu, que l'effet des APL est positif sur le pouvoir d'achat des bénéficiaires, le gouvernement a donc décidé « de mieux encadrer le versement des aides au logement », afin d'en limiter des effets qu'il estime pervers.

Révolte des associations

Du côté des associations de défense des habitants, la révolte gronde. La Confédération nationale du logement dénonçait récemment les dérives de la mesure gouvernementale : « une famille qui cherche du travail, qui n'a pas d'autres moyens pour se loger que d'aller dans le privé, avec un deux-pièces, et de payer 1.000 voire 1.200 euros, comment voulez-vous qu'elle fasse si elle n'a pas de logement social ? Elle fait des efforts mais on lui dit que le loyer n'est pas dans ses revenus ! »

Du reste, comme l'explique l'économiste de l'OFCE Pierre Madec sur son blog, en attribuant aux APL la hausse des loyers du secteur privé, on se trompe peut-être de débat. Il rappelle ainsi qu'entre 2000 et 2010, le loyer moyen des bénéficiaires des aides augmentait de 32 %, alors que les « loyers plafonds » qui servent de bases de calcul des APL, n'étaient eux revalorisés que de 16 %. Il y a donc des forces de marché plus puissantes que les seules aides au logement qui ont agi sur la hausse des loyers par rapport aux revenus des ménages.

Une aide sociale majeure

Par ailleurs, il faut dire que les allocations logement restent, grâce à leur ciblage sur les ménages les plus modestes, l'une des aides les plus redistributives en France. Elles sont l'un des principaux leviers de la politique sociale de l'Etat. « Du fait du barème, seuls les ménages des trois premiers déciles de revenu peuvent prétendre aux allocations logement », notait ainsi Pierre Madec « Après transferts sociaux, elles représentent près de 20 % du revenu disponible des ménages appartenant au premier quintile de revenus (les 20 % les plus pauvres) », ajoute-t-il. Et de citer un rapport de l'IGAS, qui indique que les aides au logement permettent à elles seules de « diminuer le taux d'effort des allocataires de 36 % à 20 % et de faire baisser leur taux de pauvreté de 3 points ».

S'appuyer davantage sur l'encadrement des loyers ?

Pourquoi, alors, le gouvernement a-t-il décidé d'accroître le reste à charge en matière de dépenses de logement pour 80.000 ménages ? Peut-être a-t-il cédé aux pressions des hauts fonctionnaires de Bercy qui voient, pour certains, d'un mauvais œil le niveau élevé de ces dépenses dont ils ne voient pas l'efficacité chiffrée. Eux qui ont comme ligne directrice de rentrer, coûte que coûte, dans les clous des critères budgétaires européens.

Par ailleurs, si son réel objectif est de limiter l'effet des APL sur la hausse des loyers, pourquoi le gouvernement ne s'appuie-t-il pas davantage sur l'encadrement des loyers, qui pour l'instant porte ses fruits à Paris ? Il semble bien qu'aujourd'hui, les aides au logement constituent l'un des principaux instruments de lutte contre la pauvreté. Et dans cette période de crise, il est permis de questionner la pertinence d'une stratégie qui vise à réduire les effets des politiques contra-cycliques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2016 à 14:16 :
Je vois dans ma boule de cristal, poindre le rabotage des allocations familiales pour les classes les plus aisées à la rentrée!! C'est bon ça comme décision pour l'électorat du François ??
Réponse de le 12/08/2016 à 15:14 :
Ca a déjà été fait pour les allocations familiales du privé l'année dernière. Certes, pour ce qu'il reste, le supplément familial dès fonctionnaires n'a pas encore été touché.
a écrit le 12/08/2016 à 10:15 :
On devrait aussi réduire la participation de complémentaires santé aux dépassements d'honoraires des médecins.En effet ceux-ci ajustent leurs dépassements à la capacité de remboursement de votre mutuelle.
a écrit le 11/08/2016 à 17:45 :
Bien sur qu'il faut raboter les APL aux loyers excessifs! Ne subventionnons pas les bailleurs qui profitent du système pour mettre des loyers très cher!

Il faut taxer plus les revenus locatifs, ce qui va augmenter l'offre de logement en vente et donc baisser les prix.
Avec cette augmentation de taxe, il faut subventionner et garantir au niveau de l'Etat les primo-accédants qui avaient des APL pour l'achat sur du neuf. Cela va couter moins cher et créer des emplois.
Ex: Une personne qui recevait 200€/mois d'APL, recevra 100€/mois par l'Etat si elle achète du neuf. L'Etat garantie son prêt sur 20 ans. Cette personne peut aussi même en CDD avec 30 mois sur les derniers 36 mois. En cas de non paiement du crédit, l'Etat peut revendre le bien et saisir sur salaire le non-paiement.

Cela va augmenter mécaniquement la demande pour du neuf donc des emplois dans la construction, baisser les prix dans l'ancien parce que les investisseurs seront partis du marche locatif et baisser la facture des APL pour l'Etat.
Réponse de le 11/08/2016 à 22:55 :
Revenu Foncier surtaxé : I.R 45% + C.S.G à 15.5%+Taxe Foncière ( 10 à 20% du loyer annuel ) taxer plus c'est dissuader l'investissement locatif, donc contraindre à inventer des lois de défiscalisation à chaque nouveau gouvernement, pour compenser. Vendre en fin de défiscalisation. Assez de ce cercle là. Que l'état fasse seul du logement pour tous : l'état ne paie pas d'impots sur ses loyers, c'est du net. Et que le logement locatif privé disparaisse.
Réponse de le 12/08/2016 à 14:53 :
"taxer plus c'est dissuader l'investissement locatif"

Quoi, il faudrait taxer le travail et pas les revenus générés en ronflant? C'est bien cela?

Et tant mieux que l'on dissuade les gens d'investir, tout ce beau monde qui fait augmenter la demande et donc par conséquence les prix sans avoir produit davantage de logements, merveilleux
a écrit le 11/08/2016 à 14:46 :
beaucoup ont 500 euros de cantine scolaire , ils ont mis des augmentations toute l année sans prévenir les parents ils ont fait greve toute l année
sa va bouger a la renter
ils faut vous mettre dans la tête les apls ont jamais été un revenu
Réponse de le 12/08/2016 à 19:16 :
Les bourses scolaires et l'allocation de rentrée scolaire ne sont pas non plus considérées comme un revenu, mais ont également vocation à payer les frais scolaires dans leur ensemble, dont la cantine peut faire partie.
a écrit le 11/08/2016 à 14:04 :
La mesure est mal faite car je pense que l'on a tous entendu au moins une fois,"des gens dire oui ben j'ai pris un 3 pièces (par exemple)comme j'ais les APL, j'ai pris plus cher ,plus grand etc...comme ça j'ai une chambre de plus au cas où "
C'est ce type d'allocataire qu'il fallait avant tout cibler.
Moi quand je me suis retrouver maman solo avec deux ados (fille et garçon) et en plus je gagnais trop pour les HLM ben oui 1300 euro c'est trop^, on m'a répondu dans le privé qu' avec mes revenus je pouvais prétendre uniquement à un 2 pièces donc une chambre pour les gosses et moi le canapé !!!!!!!!!!!!! mais là la mesure fait qu'encore une fois une majorité va trinquer à cause d'une minorité de profiteurs
a écrit le 11/08/2016 à 13:56 :
Un logement au nom du salaire le plus faible, partagé avec le concubin(e) et des millions de couples à 3500 eur par mois net, qui se logent ainsi. Beaucoup reçoivent aussi, plus d'aloc log que le loyer, ou à qui il reste 50 eur à payer, que le propriétaire doit relancer ! La " france" décline et meurt de son cout social : abus alloc, abus ass maladie.....
a écrit le 11/08/2016 à 13:48 :
Je propose qu'on supprime les allocations familiales a ceux qui déduisent des parts et demi-parts/enfant sur l'impots et que l'APL soit versé seulement au plus pauvres !
Réponse de le 13/08/2016 à 11:28 :
Seuls les 30% des français les plus pauvres sont éligibles aux aides au logement, qu'ils aient des enfants ou non. Ce ne sont donc pas "les français les plus aisés". Et beaucoup de français bénéficient d'avantages fiscaux, qu'ils aient ou non des enfants : les retraités (abattement 10%), les +65 ans, etc... Faut il aussi leur supprimer aussi les aides au logement au prétexte qu'ils ont des avantages fiscaux eux aussi ?
Réponse de le 13/08/2016 à 12:50 :
Oui, mais pas d'un seul coup, progressivement, l'argent public n'a pas vocation à entretenir les rentiers et les prix élevés du logement qui plombent l'économie comme ça dure depuis des décennies.Corruption?
a écrit le 11/08/2016 à 13:44 :
En taxant l'énergie tout serait réglé. Tant qu'on ne l'aura pas compris.....
Réponse de le 11/08/2016 à 16:29 :
@gépété: et en taxant la taxe de la taxe de la taxe, on aurait encore plus de rentrées fiscales, n'est-ce pas. T'es pas socialiste pour rien :-)
Réponse de le 11/08/2016 à 22:45 :
Vous n'avez rien compris. Tout est pourtant là.
Réponse de le 12/08/2016 à 11:49 :
@Patrickb
En réalité, l'idée de Gépé n'est pas si bête, même s'il l'a mal exprimée.
Ce dont il est question, ce n'est pas juste de créer une nouvelle taxe. En réalité, il est question bel et bien de taxer l'énergie, mais en contrepartie de baisser d'autant la taxation du travail (vous savez, le fameux "coût du travail" que tout le monde essaie de combattre), et l'imposition sur certains autres secteurs.
Et cette idée-là n'est pas mauvaise en réalité.
a écrit le 11/08/2016 à 13:30 :
Une solution toute simple pour faire des économies sans raboter l'APL : En juin 2002 je décroche mon 1er job, j'appelle la CAF pour les en informer et leur dire de stopper le versement de l'APL (normal, non ??). Réponse: l'attribution de l'APL est basée sur les revenus de l'année précédente et se calcule de mai à mai. Donc j'ai touché 150 € / mois jusqu'au 31/05/2003. Le système est absurde et c'est ce genre d'absurdité qui devrait être réformée.
a écrit le 11/08/2016 à 13:05 :
les apls nom font pas parti d, un revenu , ses le propriètaire qui touche direct
a savoir un loyer , 402, 61 euros les charges + 136.12 de charge au total 538.72 euros
50% DU BUDJET edf et gdf 90 euros tout les mois mutelle santé 51 euros assurance habitation 22 euros assurance autonomie 20 euros , assurance décé 19 euros telephone 23 euros taxe habitation 25 euros carte de bus 30 euros tout les mois alimentation 200 euros ainsi que toute les charges seule essayer donc de vivre avec des retraite de misère tout sa pour avoir travailler 44 année
quand ils auront bien tout supprimée , les gens iront cassé et faire du pillage
nos gouvernements ont rien vu , certaint fonctionnaire qui ont tout a la triche
Réponse de le 11/08/2016 à 14:05 :
Rien compris, de ce charabia. Et 17 fautes d'orthographe, et pas de ponctuation pour aider à comprendre. Bon, le Ministère de la Déséducation Nationale, le plus glouton de tous, peut etre fier.
Réponse de le 11/08/2016 à 14:08 :
Je tente une traduction pour que ce soit lisible :

Les apls ne font pas parti du revenu , c'est le propriétaire qui touche la manne quasiment en direct !
Les loyers n'ont fait que progresser, à titre personnel, je n'arrive pas à me loger décemment avec un loyer inférieur de 402, 61 euros plus les charges de 136.12 euros , soit un total 538.72 euros et cela représentant 50% de mon BUDGET !
Les consommations edf et gdf 90 euros tous les mois, la mutelle santé 51 euros, l'assurance habitation 22 euros, l'assurance autonomie 20 euros , l'assurance décès 19 euros, le téléphone 23 euros, la taxe habitation 25 euros, la carte de bus 30 euros. Et tous les mois, des charges d' alimentation 200 euros .

En étant seule, essayez donc de vivre avec une retraite de misère, alors que vous avez travaillez pendant 44 années !

quand ils auront bien tout supprimé , les gens iront casser et piller dans les rues, nos gouvernements ne voient-ils rien venir ?

Peut être sont-ils trop corrompus par certains fonctionnaires qui se servent pour leur intérêts personnels.
a écrit le 11/08/2016 à 11:36 :
Dans les commentaires ci dessous tout est dit , il faut donc trouver une solution non inflationniste qui ne profitera pas aux promoteurs .
Et là je ne vois pour l instant qu une solution socialisante . Il faut taxer le mètre carré vendu au dessus d un certain prix de revient et cela de façon que ce soit le promoteur qui en soit redevable et non l accédant . Il y a un tel retard dans ce domaine que celui ou celle qui trouvera la solution juste meritera d avoir son nom dans toutes nouvelles avenues .
a écrit le 11/08/2016 à 10:06 :
Cela fait maintenant 7 ans que j'en entend parler d'éclatement ou de dégonflement rapide de la bulle immobilière dans les commentaires de la tribune...
Réponse de le 11/08/2016 à 13:49 :
Vivement l'année prochaine.
Réponse de le 12/08/2016 à 9:22 :
Que se passera-t-il l'année prochaine que je rigole un peu
a écrit le 11/08/2016 à 9:51 :
Je pense que tout le monde doit faire des efforts, y compris ceux qui bénéficient de l'aide sociale. On a déjà baissé fortement le nombre de contribuables, je pense qu'il faut qu'ils contribuent plus fortement au redressement des comptes du pays. Pour l'APL, il faudrait déjà la supprimer lorsque ça sert à rembourser un crédit immobilier.
Réponse de le 11/08/2016 à 14:10 :
56% de pauvres exonérés d'I.R. 44% paient.
a écrit le 11/08/2016 à 9:30 :
Si vous réduisez voir supprimez les APL, beaucoup de locataires seront dans l'incapacité de se loger,le revenu doit être supérieure à trois fois le montant du loyer
hors aide sociale.Dans de nombreuses régions, hors grandes agglomérations, vous ne pouvez louer qu'à des locataires aidés par la CAF, impossible de trouver des candidats suffisamment solvables avec CDI et salaire suffisant pour des loyers raisonnables... De plus en plus de petits propriétaires privés, vendent, il suffit d'observer le nombre d'immeuble de rapport proposer sur le bon coin.
a écrit le 11/08/2016 à 9:05 :
En lisant les commentaires précédents, que constate que les lecteurs sont très lucides des conséquences de l'aide au logement APL, telle qu'elle est réalisée aujourd'hui. Elle ne fait que conforter la spéculation foncière. Le système le plus simple et me semble t'il le plus efficace, serait que cet argent des APL soit utilisée à construire des logements sociaux mis à la disposition des personnes bénéficiant de ces même APL. Evidemment dans les débuts, cela ne serait pas suffisant pour répondre aux besoins, mais cela aurait au moins l'avantage de freiner la spéculation foncière. Ce problème de logement est un problème nationale et ce devrait-être à la nation de régler ce problème. Plutôt que de soupoudrer l'argent des contribuables, il serait par exemple plus rationnel d'aider les entreprise du bâtiment à construire, l'argent servirait à développer le secteur du bâtiment, et non pas à encourager la rente, économiquement improductive. Si les gens ont de l'argent de coté et qu'ils souhaitent le placer, qu'ils participent au développement de PME ou autre, cela permettrait de développer notre industrie et de diminuer le chômage.
a écrit le 11/08/2016 à 8:44 :
On ne devrait pas non plus aider les céréaliers, l'orsque l'on voit leur propriétés et leur engins agricoles. Pendant trente ans ils se sont enrichis se constituant des patrimoines et la premiére année où ils ont des problémes, ils réclament. A eux aussi, on doit tenir compte de leur richesse avant de les renflouer bêtement!
a écrit le 11/08/2016 à 8:01 :
bien sur les APL financent :
la bulle immobilière, l'islamisme et la bulle obligataire francaise souveraine.
a écrit le 11/08/2016 à 5:02 :
A BH. Bien sur.
Les francais sont habitues a etre sous perfusion. Bien entendu au pretexte de faire des eco, on sabre les + economiquements faibles.
Vous n' imaginez tout de meme pas la mafia aux gouvernes, faire des cadeaux aux sans dents ?
En 2017,retour de la droite, ca va saigner, il va y avoir de grands bouleversements au titre des gabegies diverses & variees. Les pauvres vont trinquer. Rien de bien nouveau.
A vot"sante.
Réponse de le 11/08/2016 à 8:05 :
Si les gens , en 2017, soit s'abstiennent massivement, soit vont voter à droite car ils trouvaient la gauche actuelle trop à droite, soit vont se disperser dans les petits partis de gauche , ils vont comprendre avec le retour à la barre de sarkozy.Il est plus que grand temps d'arrêter d'être idiot et de tirer sur la gauche.
a écrit le 10/08/2016 à 22:00 :
de même que les aides type PTZ font monter les prix des logements!
a écrit le 10/08/2016 à 20:52 :
in fine, c'est le nombre de bénéficiaires qui pose problème; aider plus de10% de la population n'a pas de sens. Non aux 600,milliards de redistribution chaque année!
Réponse de le 11/08/2016 à 0:38 :
C'est la C.S.G-C.R.D.S qui finance tout ce social, CAF, maladie, alloc logement et ses gaspill et abus. 8% sur les revenus du travail et 15.5% des revenus du patrimoine. Et çà ne suffit pas : déficits et dettes abyssaux. La C.S.G a été augmentée de 14.2% à 15.5% Spécialement pour le remplacement du RMI par le RSA : détournée au détriment des Dpt qui en supporte le fardeau. Le prétexte de la canicule de 2003 pour augmenter la CSG de 0.3%, pour la dépendance, dont les Dpt ont la charge : détournée également. Le coup de la vignette auto-spécial retraites, nous est sans cesse refait. endant les récents attentats, le pouvoir en a profité pour créer une taxe de 30 eur pour l'examen de code, et une taxe PAR DESSUS l'excessive taxe foncière. L'état charge les collectivités locales et territoriales, inflige 10 milliards d'euros aux communes en leur imposant le péri-para-scolaires. ET L ETAT SE DEDOUANE DE TOUTE ECONOMIE SUR SON FONCTIONNEMENT DISPENDIEUX.
a écrit le 10/08/2016 à 20:08 :
Il faudrait revoir le mécanisme. Plutôt fournir un logement normé (20m2 par adulte, 10m2 par enfant) et faire payer un loyer administratif (10 euros par m2 et par mois pour la partie fixe + un pourcentage du revenu des locataires fixé par chaque interco gestionnaire). Les bailleurs auraient la collectivité locale comme client mais celle-ci choisit le logement fourni dans sa zone, cela peut être un HLM. Avec ce dispositif on ferait des économies.
Réponse de le 11/08/2016 à 0:43 :
VOILA LA SOLUTION, QUI SERA EVIDEMMENT MEPRISEE PAR LE POUVOIR ET LA TECHNOCRATIE.
a écrit le 10/08/2016 à 19:49 :
les contribuables ne peuvent pas subventionner indéfiniment les bailleurs, il faut bien que cet engrenage d'assistanat s'arrête
a écrit le 10/08/2016 à 19:03 :
Il faut bien faire des efforts quelque part si on veut faire des économies vu les déficits et dettes de la France ou alors, il faudra augmenter les impots !
a écrit le 10/08/2016 à 18:44 :
c'est pas une mesure budgetaire c'est une mesure electoraliste qui se garde de toucher l'electorat de hollande a un an de la presidentielle
300/18000 ca fait 1.6%
c'est pas ca qui va changer la donne
et contrairement a ce qui est dit oui ca fait un peu augmenter le prix des loyers, mais les loyers ils augmentent surtout car les prix de l'immobilier et les charges associees explosent en france ( si vous n'etes pas convaincu, faite un peu de calcul de internal rate of return...)
c'est tte la politique du logement qu'il faudrait revoir.........
Réponse de le 10/08/2016 à 21:33 :
Les aides au logement sous toutes ses formes ne font qu'augmenter le coût du logement en général. On fausse le jeu de l'offre et de la demande, qui elle devrait être en ligne avec les revenus, ce qui n'est pas le cas. Il n'y a jamais eu de correction dans les prix au m2 alors que les salaires n'ont pas augmenté dans les mêmes proportions que le coût de la vie.
Réponse de le 11/08/2016 à 9:06 :
@churchill
"c'est pas une mesure budgetaire c'est une mesure electoraliste qui se garde de toucher l'electorat de hollande a un an de la presidentielle"

Donc selon vous l'électorat de Hollande ce sont les gens qui payent un loyer faible (les "bobo-écolo-gauchistes" que vous conspuez à longueur de post habitent sans doute au fin fond de la Lozère, et pas du tout dans des quartiers côtés), et les électeurs de Sarkozy sont les gens qui payent un loyer énorme et sont satisfaits de ce statu quo?
Dommage, on tenait là un sujet apolitique, apte à satisfaire les 2 camps :
- Les gens plutôt de Gauche se satisferont que ça pousse les loyers à la baisse et que les actifs se fassent moins saigner par les rentiers.
- Les gens plutôt de Droite et libéraux se réjouiront que ça fait un mécanisme en moins pour fausser le marché "qui est vertueux et s'autorégule et tout et tout".

"les loyers ils augmentent surtout car les prix de l'immobilier et les charges associees explosent en france"
Les charges n'ont pas trop bougé, leur montant est plutôt négligeable, surtout dans le top15 des villes de France où le moindre clapier à moitié en ruine se loue pour une somme rondelette à des actifs qui sont obligés de payer le prix pour habiter pas trop loin du boulot.
Les prix en revanche, et là vous avez raison, sont un problème. La solution est qu'ils servent de variable d'ajustement et "chutent" (en réalité juste devenir moins délirants par rapport aux salaires des actifs, simplement dans leur tendance historique) pour maintenir la rentabilité tout en baissant les loyers.
Réponse de le 11/08/2016 à 9:53 :
Exactement.. J'ai voulu investir dans un appartement en province pour louer. Proposé a 100K€, je suis parti sur 80K€. Soit 8% de rendement.. Formidable non? Oui rendement brut...en net ca donne quoi ? on enleve 2 mois de charge proprio ( qui n'inclut pas les travaeaux ) quasi 2 mois de Taxe Foncière, 15,5% de CSG et 30% IR. On arrive a 2,89% WHoua!!! Si on devait enlever en Plus ISF de 1%. ET ca sans Vacances et sans Traveaux..et le travail de bailleur.
Autant dire l'investissement ne s'est pas fait en tout ca sous cette forme.
Investissement en SCPI francaise de bureau européen en Nue propriété...
Dans le même calcul on arrive a 4,37% de renta nette.
CQFD.
Réponse de le 11/08/2016 à 12:49 :
@Coyote
"on enleve 2 mois de charge proprio"
chez moi c'est 0,7 mois (environ 22 jours de loyer) les charges (ménage, poubelles, eau froide, entretien des parties communes), et encore, je suis sur un studio. Pour les autres dans l'immeuble, ça doit être plus. Si votre copro vous prend 2 mois de loyers, j'espère que pour ce tarif vous avez l'ascenseur, le gardien et la piscine dans l'immeuble.

"quasi 2 mois de Taxe Foncière"
Ca varie, mais vous avez probablement "investi" au mauvais endroit. Chez moi, la taxe foncière annuelle, c'est 10 jours de loyer.

"15,5% de CSG et 30% IR"
Chez moi le combo CSG+IR vaut environ 15% du loyer (et pourtant mon taux marginal d'imposition est de 30%). Vous avez dû mal vous y prendre. Renseignez-vous sur le micro-foncier si vous louez en nu (30% d'abattement), ou sur le micro-BIC foncier si vous louez en meublé (50% d'abattement).

"On arrive a 2,89% WHoua!!!"
2,89% après impôts reste encore un rendement très honorable pour un investissement à risque aussi faible. Pour rappel, nos libéraux de comptoir semblent l'avoir oublié : le rendement du capital récompense essentiellement une prise de risque. Le rendement des actifs les moins risqués comme l'immo (moins de 2% d'impayés) devraient donc logiquement être de l'ordre de ceux du Livret A. Vous êtes loin au dessus.
Historiquement, le rendement du capital pour les actifs à risque moyen a toujours été de l'ordre de 4 à 5%. On est là aussi dans ces eaux-là, sauf dans les secteurs d'où proviendront les prochaines crises, qui eux promettent des rendements plus élevés pour un risque plus faible (du moins dans leurs plaquettes marketing).
Réponse de le 11/08/2016 à 15:43 :
@Alatar
Pour info, je n'ai pas investi. Je n'investi plus en immo physique en France

Pour les charges, oui il y a ascenseurs et joli espaces verts, mais surtout plein d'investisseurs qui ne veulent pas d'un syndic bénévole...
Sur la taxe foncière, c'est plutot vous qui êtes dans une anomalie, on est en général entre 1,2 et 1,8 mois de loyer. Si vous êtes si bas, vous serez sans doute concerné par la réforme de la revision des valeurs locatives des logements.

Pour l'imposition, oui il y a le micro fonciers, mais cela ne divise pas par deux l'imposition, et mon objectif est d'investir pour ma retraite car je ne compte pas sur celle que l'on va me donner ou pas. donc le seuil Micro foncier pourrait être atteint ( voir baissé dans une prochaine réforme ). Concernant le meublé, sachez qu'il est dans le viseur et qu'il y a des discussions pour réduire l'abbatement a moins de 30%, voir 20%. J'espère que vous avez un gros cash flow sur vos investissements. Sinon il y a aussi l'achat dans l'ancien en très mauvais état pour faire du feficit foncier, mais il est de plus en plus difficile de trouvé des biens rentrant dans ce scope.

Ensuite, sur le rendement donné, vous oubliez les travaux d'entretiens ( une facade tous les 20 ans, une toiture tous les 30 ans, un chauffage tous les 15 ans... Chiffrez les.. ) De plus vous comparé a un livret A, mais vous oubliez juste une chose, il y a le risque mais aussi l' illiquidité qui se paye.

Et pour finir, je ne compare pas cela au livret A ( message du Gvt comme quoi les bailleurs sont bien gras), mais a d'autres investissements, plus liquides, plus diversifiés, ne générant pas de revenus immédiats.....
et les terres rares/centrales solaires/le diamant/les manuscrits avec 8% sans risques ou le Pinel Clé en main ne font pas partis de mon domaine,
Réponse de le 11/08/2016 à 18:10 :
@Alatar: l'électorat de Hollande, ce sont les immigrés et les gens suffisamment idiots pour croire en ses promesses et qui bénéficient des allocations diverses et variées. C'est la raison pour laquelle, je pense que 1) seuls ceux qui paient des impôts devraient avoir le droit de voter 2) il devrait y avoir un examen civique pour s'assurer que les votants ont des capacités intellectuelles minimales, car il est un peu facile de voter des augmentations quand ce sont les autres qui paient. Cela dit, ce système d'allocations a besoin d'un grand nettoyage :-)
Réponse de le 12/08/2016 à 9:32 :
@ patrickb

Ok dans ce cas on supprime TOUTE aide aux rentiers actuels, ou en devenir puis on plafonne à 12 ans les durées d'emprunts, en exigeant un apport conséquent des nouveaux accédants.Puis ensuite on regarde la tête de tous le beau monde des libéraux au moment où ça les arrange qui vont s'apercevoir que les valeurs de leurs investissements ou résidences principales fondent comme neige au soleil.
Réponse de le 12/08/2016 à 9:42 :
@Coyote et patrickb

"Pour les charges, oui il y a ascenseurs et joli espaces verts, mais surtout plein d'investisseurs qui ne veulent pas d'un syndic bénévole..."
Vous tenez donc votre coupable : dans les immeubles où l'immo est détenu par des vrais gens qui s'en servent pour habiter dedans, les charges sont 3x plus faibles (et pour info, avec nos 0,7 mois de loyer, on n'est pas sur un syndic bénévole mais sur un petit syndic qui gère une petite centaine d'immeubles). Et le travail qu'ils fournissent reste bon.

"Sur la taxe foncière, c'est plutot vous qui êtes dans une anomalie, on est en général entre 1,2 et 1,8 mois de loyer."
Plus faible en Région Parisienne effectivement (mon studio est en petite couronne, dans le 92). Et, c'est marrant, c'est à la fois là que les impôts locaux sont les plus faibles de France et les prix les plus élevés de France. Comme quoi la corrélation fallacieuse entre fiscalité et prix tombe à l'eau.

"Si vous êtes si bas, vous serez sans doute concerné par la réforme de la revision des valeurs locatives des logements."
Vous parlez des 0,1% de hausse de la taxe foncière à venir? Je devrais pouvoir encaisser ces quelques centimes supplémentaires annuels.

"Pour l'imposition, oui il y a le micro fonciers, mais cela ne divise pas par deux l'imposition"
C'est l'effet qu'ont eu les 50% d'abattement sur mon imposition pourtant. Sauts de tranche mis à part, ça divise effectivement par 2.

"le seuil Micro foncier pourrait être atteint ( voir baissé dans une prochaine réforme ). Concernant le meublé, sachez qu'il est dans le viseur et qu'il y a des discussions pour réduire l'abbatement a moins de 30%, voir 20%."
On verra. Pour l'instant on est dans la pure spéculation, on ne sait pas ce qui va en sortir. Au pire, je retomberai sur mes pattes en passant au régime des frais réels.

"J'espère que vous avez un gros cash flow sur vos investissements."
Non, d'autant plus que ce n'est pas un "investissement" mais un studio que j'avais acheté pour y habiter (j'y ai vécu 3-4 ans, amortissant ainsi en partie l'achat), et que j'ai maintenant mis en location suite à emménagement en couple. Mais je n'ai pas besoin de "cash flow", j'ai un vrai travail à côté.

Ensuite, sur le rendement donné, vous oubliez les travaux d'entretiens ( une facade tous les 20 ans, une toiture tous les 30 ans, un chauffage tous les 15 ans... Chiffrez les.. ) De plus vous comparé a un livret A, mais vous oubliez juste une chose, il y a le risque mais aussi l' illiquidité qui se paye.

"et les terres rares/centrales solaires/le diamant/les manuscrits avec 8% sans risques ou le Pinel Clé en main ne font pas partis de mon domaine,"
Si les gens ne se ruent pas dessus, c'est qu'ils ne sont pas "sans risques". Et leur rendement supérieur à l'immo est donc largement justifié. Une fois de plus, l'écrasante majorité des Français investit UNIQUEMENT dans l'immo, c'est bien qu'il n'y a aucun problème d'attractivité, de rentabilité ou de fiscalité, et même que cet "investissement" offre des rendements anormalement élevés.

@patrickb
"l'électorat de Hollande, ce sont les immigrés et les gens suffisamment idiots pour croire en ses promesses et qui bénéficient des allocations diverses et variées"
Hollande signe donc ici son suicide électoral en coupant les APL à partir du prix d'un médiocre 2 pièces à Paris, et à partir du prix d'un trois pièces dans une ville de Province. Ou bien les choses ne sont pas aussi simples.

" il devrait y avoir un examen civique pour s'assurer que les votants ont des capacités intellectuelles minimales"
Vous seriez surpris du résultat. Electoralement, la chasse aux immigrés, aux "étrangers" et le blabla sécuritaire permettent de mobiliser beaucoup plus de neuneus que des sombres histoires d'allocations mâtinées d'un discours terne et rempli de parler technico-administratif. Ceci dit, je suis pour un test intellectuel sur les votants, pour les raisons que je viens de citer.


"car il est un peu facile de voter des augmentations quand ce sont les autres qui paient. "
Rassurez-vous, je paye plus de 500€/mois d'Impôts sur le Revenu (auxquels on ajoutera donc les impôts locaux et les charges salariales et patronales de mon travail), donc je fais partie des payeurs. Malgré cela, j'ai conscience du rôle des impôts dans la Société et je suis content de les payer (d'autant plus qu'avec un taux d'imposition globale à l'IR avoisinant les 15%, il me reste largement de quoi vivre, et dans un contexte où les prix de l'immo seraient raisonnable et non pas déconnectés des fondamentaux comme aujourd'hui, je serais le plus heureux des Hommes). Et, si on me présentait demain matin de nouveau le duel Hollande-Sarkozy de 2012, malgré un certains nombre d'actes pathétiques de la part de Hollande, je le réélirais sans hésiter une seconde.


"Cela dit, ce système d'allocations a besoin d'un grand nettoyage :-)"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :