Feu vert pour 3 lignes du Grand Paris et la réindustrialisation du site PSA d'Aulnay

 |   |  482  mots
(Crédits : Décideurs en région)
La Société du Grand Paris (SGP) a donné son feu vert aux opérations d'investissement de trois dernières lignes du Grand Paris Express, qui atteindront 8 milliards d'euros, et pour la réindustrialisation de l'ex-site de PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris dimanche auprès de la SGP.

La Société du Grand Paris (SGP) a donné son feu vert aux opérations d'investissement de trois dernières lignes du Grand Paris Express, qui atteindront 8 milliards d'euros, et pour la réindustrialisation de l'ex-site de PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris dimanche auprès de la SGP. Le futur réseau de métro automatique prévoit à l'horizon 2030 environ 200 km de nouvelles lignes (n° 15, 16, 17 et 18) en rocade autour de Paris.

Le vote du Conseil de surveillance - 11 représentants de l'Etat et 10 des collectivités locales - a eu lieu vendredi 13 novembre à huis clos et portait sur les trois derniers tronçons du Grand Paris Express (GPE). Le directoire de la SGP est donc autorisé à signer les contrats pour leur réalisation.

Il s'agit de la ligne 17 (du Bourget au Mesnil-Amelot, 19,5 km, 6 gares) pour un montant de 1,8 milliard d'euros; de la ligne 15 est (de Saint-Denis Pleyel à Champigny, 23 km, 12 gares) pour 3,5 mds d'euros et de la ligne 18 (d'Orly à Versailles, 35,8 km, 10 gares) pour 2,7 milliards d'euros.

Cette dernière ligne, qui doit irriguer le plateau de Saclay, avait fait l'objet début novembre d'un avis consultatif défavorable du commissariat général à l'investissement (CGI, sous tutelle de Matignon). Ce projet est aussi dénoncé par les écologistes d'EELV qui le trouvent surdimensionné.

Mais, avec ce vote à la SGP, le gouvernement maintient le projet en l'état. "C'est l'ensemble du Grand Paris Express qui est lancé", souligne la SGP dans un communiqué. Les enquêtes publiques concernant ces trois lignes seront lancées au premier trimestre 2016.

Par ailleurs, le conseil de surveillance a approuvé, pour la somme de 592 millions d'euros, la réindustrialisation du site de l'ancienne usine PSA à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), fermée en 2013 au terme d'un long conflit social.

Un site de maintenance des trains du GPE et des infrastructures ainsi qu'un poste de commandement centralisé pour les lignes 16 et 17 y seront installés.Dans une interview au JDD, le président du directoire de la SGP, Philippe Yvin, a avancé la perspective de "plusieurs centaines d'emplois à la clé".

Par ailleurs, le conseil de surveillance a approuvé la participation de la SGP au financement du "Plan de mobilisation", autrement dit la modernisation et l'extension du réseau existant. La SGP apportera 159 millions d'euros pour le prolongement du RER E Eole à l'ouest, 25 millions pour la modernisation du RER A à Cergy et 300 millions pour la prolongation de la ligne 11 du métro à l'Est.

"Avec ces investissements bénéficiant à la grande couronne, la SGP inscrit le Grand Paris Express dans une dynamique pour tous les habitants de l'Ile-de-France", fait valoir M. Yvin, y voyant aussi "une avancée majeure dans la perspective des candidatures de la France aux jeux Olympiques de 2024 et de l'Exposition universelle de 2025".

Le budget prévisionnel 2016 de la SGP a symboliquement franchi la barre du milliard d'euros (1,112) qui "traduit la montée en puissance du projet", selon la SGP.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2015 à 18:51 :
La nous sommes dans les grands classiques de projets dans lesquels se mêlent politiques et constructeurs avec peut-être le summum de la magouille le financement par un système Partenariat Public Privé le fumeux PPP. L'argent va couper à flot car en terme de corruption la France est bien placée. Un petit!!! financement parfois perso parfois aux partis. Comme le contrôle sera inexistant ou à posteriori une partie de l'argent public va devenir privé.
a écrit le 22/11/2015 à 16:22 :
Qui va payer ? J'espère que la région idf va participer à plus de 20% comme Midi-Pyrénées sur la lgv Bordeaux Toulouse.
a écrit le 22/11/2015 à 15:19 :
Rappelez nous ! nous sommes bien classés 23 ème parmi les pays les plus corrompus dans le monde. Et ils voudraient nous faire croire que tout cela est fait pour le bénéfice des franciliens.
C'est comme la soupe servie aux mutuelles, soi-disant pour le bien des malades, les mutuelles engrangent les bénéfices pendant que la Sécu est exsangue.
Réponse de le 22/11/2015 à 19:07 :
La situation est loin d'être parfaite, mais il ne faudrait pas raconter n'importe quoi : En 2015, Transparency International nous a classé 26ième pays le MOINS corrompu (sur 174).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :