France : Bruxelles revoit la croissance à la baisse, pas de fléchissement du chômage avant 2017

 |   |  348  mots
L'élan [dû à la consommation des ménages] pourrait bien s'essouffler en 2017, est-il souligné dans le rapport, alors que le coup de pouce de la baisse du prix de l'énergie va s'amenuiser.
"L'élan [dû à la consommation des ménages] pourrait bien s'essouffler en 2017", est-il souligné dans le rapport, alors que "le coup de pouce de la baisse du prix de l'énergie va s'amenuiser". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Bruxelles ne table désormais plus que sur 1,4% de croissance en 2016 en France, là où elle attendait 1,7% au printemps dernier. Le chômage reste stable jusqu'en 2017 pour diminuer ensuite, à 10,2%. S'agissant du déficit public, la Commission européenne le voit à 3,3% du PIB en 2017, à politique inchangée.

Le chômage ne devrait pas baisser avant 2017 dans l'Hexagone. C'est du moins ce qu'estime la Commission européenne, qui, jeudi 5 novembre, a diminué ses prévisions de croissance pour la France l'an prochain.

Bruxelles ne table désormais plus que sur 1,4% de croissance en 2016 en France, là où elle attendait 1,7% au printemps dernier, après 1,1% (chiffre inchangé) cette année. Pour 2017, elle attend un PIB en hausse de 1,7%.

Par comparaison, le gouvernement a bâti son projet de budget 2016, actuellement débattu au Parlement, sur un scénario de croissance de 1,5%.

"En France, la croissance devrait être [...] tirée par la consommation et une montée des investissements", a déclaré le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici lors de la présentation.

"L'élan [dû à la consommation des ménages] pourrait bien s'essouffler en 2017", est-il souligné dans le rapport, alors que "le coup de pouce de la baisse du prix de l'énergie va s'amenuiser".

     Lire Pour l'OFCE, 2016 sera la vraie année de la reprise

Chômage : une baisse de 0,2% en 2017

Sur la base de sa prévision de croissance, la Commission n'anticipe pas de baisse du taux de chômage en France avant 2017. Il atteindrait alors 10,2% de la population active (y compris l'Outre-Mer) après 10,4% en 2015 et en 2016.

Pour l'exécutif européen, les baisses de charges et de fiscalité des entreprises n'auront qu'un impact limité sur le marché du travail, les employeurs privilégiant dans l'immédiat la restauration de leurs marges aux embauches.

Déficit en 2017 : 3,3% selon Bruxelles... ou 2,7% selon Paris

S'agissant du déficit public, la Commission le voit à 3,3% du PIB en 2017, là où Paris pense atteindre 2,7% du PIB. Mais les prévisions de la Commission se font toujours à politique inchangée, sans tenir compte des mesures de correction insuffisamment spécifiées ou pas encore votées.

La dernière trajectoire des finances publiques remise par Paris à la Commission européenne prévoit un déficit ramené à 3,3% du PIB l'an prochain puis 2,7% en 2017. Le gouvernement a assuré que l'objectif pour 2015 (3,8%) serait tenu "avec certitude".

(L. P. avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2015 à 13:42 :
Quand on détruit la confiance économique, c'est foutu. Les investisseurs n'ont pas envie de se faire e----- par la France socialiste. Sans capital, pas d'emplois et ruine de l'état. L'idéologie et la démagogie obscène ont prévalu. L'intérêt du pays n'est pas le soucis de ces gens au pouvoir. A la limite, ce sont des traitres. Ils savent qu'ils ne seront pas punis. Pile je gagne, face tu perds!!!!
a écrit le 06/11/2015 à 11:00 :
qui peut encore croire au retour de la croissance depuis 2008 la croissance est de retour mais chaque année pas de croissance ,pas de baisse du chomage ni en septembre d'ailleurs télécharger le document dares la baisse n'est que comptable (élections oblige)311000 radiations,50000 sortis des listes pour basculer dans la pauvreté ects .
Que serai la croissance en zone euros sans le fameux alignement de planète baisse du pétrole ,taux d'empreint bas voire négatif baisse de l'euro fasse ects ben ont serait dans une sacrée récession mr Draghi nous à fait un qe (planche à billets )bien-sur aucun résultat ce qui était prévisible s'il suffirai d'imprimer des billets tous neuf pour sortir de crises y 'a longtemps que sa se saurai et maintenant qe2 ,puis après qe3,puis qe4 ,puis un beau jour il faudra une brouette d'euro pour acheter une baguette ,acheter de l'or il ne peut avoir de croissance infinie dans un monde finie !!!!!
a écrit le 06/11/2015 à 7:24 :
La confiance a été perdue durant les 3 premiers mois qui ont suivi l'élection présidentielle de 2012. Il n'est plus possible de rattraper cette confiance perdue. Tant que ce président sera à la tête de l'Etat, le pays sera à l'arrêt et s'affaiblira.
a écrit le 05/11/2015 à 23:23 :
@ BONSOIR ; Alors Monsieur HOLLANDE encore un nouveau mensonge ? LE CHÖMAGE BAISSE? LA CROISSANCE REVIENT ? mais à part vous et vos bénis oui oui plus personne ne croit à vos délires ! qu'est ce que sait cette histoire de porte avions ?? Combien de milliards d'euros nous coûtent vos délires de DON QUIXOTE DE LA MANCHA les bateaux russes au bas mot plus d'un milliards d'euros volés dans la poche des contribuables, cette guerre en AFRIQUE combien de milliards d'euros ??? ras le bol de la misère, du chômage, de l'insécurité de cette invasion islamiste HOLLANDE GO HOMME !!!!!!
a écrit le 05/11/2015 à 21:42 :
Sachant que les statistiques du chômage sont trafiquées, je suppose que les autres chiffres ne sont pas mieux. La France inquiète énormément l'Europe car si sa dette étaient attaquée, toute la zone basculerait dans l'inconnu. Il est illusoire de croire que ce pays est armé pour la guerre économique car sa fiscalité et son code du travail, ses mentalités sont des répulsifs à investisseurs. Tous les Français expatriés vivent dans la honte de leur nationalité et je ne connais pas de cas similaire chez d'autres nationalités. Hollande ridiculise littéralement ce pays autrefois respecté et même admiré. La descente ne fait que commencer car 57% du pib en dépenses publiques c'est délirant et ce système socialo-étatiste ne tiendra pas. Et alors…….. !!!!!
a écrit le 05/11/2015 à 20:51 :
Sans être mirobolantes les performances de la France sur la période 2007-2011 la classaient certes derrière l'Allemagne (qui avait fait au cours de la décennie précédente les réformes de structure nécessaires notamment en termes de marché du travail) , mais devant le Royaume-Uni et la moyenne de la zone €. Depuis 2012, le changement c'est maintenant, et la France est désormais à la traîne.
a écrit le 05/11/2015 à 18:10 :
Pour ma part, je dirai plutôt 0% de croissance. Donc, le chômage baissera en 2017 ; bien, mais ce ne sera certainement pas un gouvernement socialiste ou les républicains qui sera au pouvoir et sur ce point ; je vous donne entièrement raison !!!!!!!!!
a écrit le 05/11/2015 à 17:07 :
Pour le déficit en 2017, je crois plus Bruxelles que la France. Car pour Mai 2017, notre Présidant doit mentir sur les chiffres. Pour l'instant, il ne m'a pas déçu sur ce point. Il est excellent dans le mensonge et les magouilles. Souvenez-vous le 14 juillet 2013 la croissance est là. Arriver à faire voter une ligne budgétaire de 450 millions € pour les OPEX alors que la France dépense aux environs de 1.2 milliards € relève du génie. Ou nous avons l'élite de la médiocrité comme élus.
a écrit le 05/11/2015 à 16:58 :
Avec sa gestion calamiteuse des finances, Sapin nous fout la gueule de bois. Il est incapable de proposer et mettre en route les économies INDISPENSABLES. La seule recette de ce ministère consiste à augmenter toujours les impôts, donc à baisser le pouvoir d'achat, ce qui a des répercutions sur l'économie et le chômage. A vouloir faire plaisir aux copains et aux pseudo-syndicats, il augmente l'endettement de la France et fera payer par les générations nouvelles la gabegie de notre génération. C'est dégueulasse.
a écrit le 05/11/2015 à 14:40 :
Comme écrit dans l'article, Bruxelles n'a pas la capacité à anticiper:
"Mais les prévisions de la Commission se font toujours à politique inchangée, sans tenir compte des mesures de correction insuffisamment spécifiées ou pas encore votées."
....................
FMI et OCDE et certaines banques sont les indicateurs les plus fiables.
Je parie qu'en 2017 la croissance française sera un cran au dessus de l'allemande et de l'anglaise, qui ont déjà mangé leur "pain blanc", dans le bâtiment, la consommation et les crédits aux particuliers.
Autant la baisse des cours aura joué sur la croissance cette année (consommation, finance de l'état et cout de certains produits, l'effet s'atténuera et sera quasiment nul les années à venir, même si les prix reste bas. Tout le contraire du CICE, du pacte de responsabilité, du suramortissement, les investissements qui remontent a un niveau significatif proche de celui de 2007. Ces mesures et investissements sont à "effets retardant". Il faut aussi prendre en compte que le CICE et le Pacte vont continuer à monter en puissance. La loi Macro, lorsqu'elle sera effective, n'aura que peut d'impact, mais l'augmentation des salaires (+ de 2% prévus en 2016) et la reprise des achats de biens immobiliers et du BTP auront des effets non négligeables sur l'inflation et la croissance. Les investissements s'étalent souvent sur plusieurs années et ne peuvent et leurs effets ne seront pas instantanés.
..............
CAPITAL RISQUE, 3ème TRIMESTRE 2015 :
Europe : 3,03 Md, progression annuelle de + 31%.
> Entreprises dans les services aux consommateurs ont levé 31%, 935 M.
> Firmes de la santé : 929 M.
> Services financiers et aux entreprises, 246 M.
1er - Royaume-Uni : 947 M. soit 31% des sommes européennes et 24% des deals
2ème - France : 567 M. soit 19% et 19% des deals
3ème - Allemagne : 14% des sommes et 18% des deals
« Enfin, le capital-risque français fait figure de bon élève puisque le pays se place à la seconde place des pays européens ayant attiré le plus de capitaux. Avec 567 millions d’euros d’investissements, l’Hexagone se place juste derrière le Royaume-Uni (947 millions d’euros). »
« Autre chiffre intéressant, Bpifrance est classé comme l’investisseur le plus actif avec 13 deals bouclés, et le fonds français Alven Capital arrive à la cinquième place avec 7 deals. »
J'ajoute aussi que Business France contribue aussi beaucoup à l'investissement étranger en France.
……..
INVESTISSEMENTS HOTELIERS, 1er SEMESTRE 2015 :
France est le 2ème pays le plus demandé après le Royaume-Uni.
Soit 1,8 Md€, une petite hausse de 95 % par rapport au 1er trimestre 2014.
.................
Certes, la France n’est pas parfaite, et il y a encore beaucoup à améliorer, elle a pris beaucoup de retard dans les investissements, mais ça progresse bien !
...........
Ce qui est aussi très important sur les investissements, c'est qu'il sont pour beaucoup orientés vers des secteurs à forte valeur ajoutée, notamment les investissements étrangers. Beaucoup dans la recherche, l'innovation, le design, près de 10% des deals.
Réponse de le 05/11/2015 à 20:08 :
BREF la France socialisse est derrière tous les pays européens depuis mai 2012 que ce soit chômage 10.4% GB et Allemagne 5%, croissance France : 0000000%, Allemagne 1.6%, GB 2.5%, déficit français 2014 :4%, ailleurs en EUROPE MOINS DE 3%, alors fanatique loser de socialo vos inepties concernant l'hôtellerie ou autres stupidités, si vous saviez que vous nous intéressez. Continuez à voter pour vos nuls qui ruinent notre pays et SURTOUT gargariser vous à la sauce hollande.
a écrit le 05/11/2015 à 14:33 :
le machin bruxellois qui prédisait 4,4% de déficit pour 2014 alors qu'on a fait 3,9.
a écrit le 05/11/2015 à 14:00 :
Tant que l'on restera sous administration Bruxelloise et avec une monnaie qui ne nous appartient pas, il n'y aura pas de miracle. Pour l'UE il n'y a que la pénitence de l'austérité qui a cours pour être au niveau du moins disant social!
a écrit le 05/11/2015 à 13:40 :
Hollande et sa bande ont accumulé les erreurs économiques car ils font de la basse politique électoraliste. Le sort du pays est secondaire pour eux. Le pire c'est qu'ils continuent, ils font semblant de réformer pour ne pas fâcher leur clientèle. Ils sont venus pour taxer les riches, point barre. Maintenant la France est larguée. Comment regagner la confiance des investisseurs?
Réponse de le 05/11/2015 à 14:05 :
ouvrez les yeux:croissance positive,chomage en baisse,pas de greves,consommation en hausse etc...qu'est ce qui ne va pas la dedans?
Réponse de le 05/11/2015 à 14:36 :
tres juste MARKUS .....LE SOUCIS DU PS ..EST DE CONSERVER LES PRIVILEGES DE SA CLIENTELE
Réponse de le 05/11/2015 à 15:23 :
@Markus
N'importe quoi!
Si le gouvernement avait voulu faire de l'"électoralisme", il aurait depuis le début choisit de relancer à fond la consommation et le BTP, et non pas de relancer les investissements et d'accélérer 'l'Industrie du Futur", la recherche et le digital!
La France n'est pas larguée, les investissements progressent à vitesse grand V cette année, voir plus haut.
a écrit le 05/11/2015 à 13:31 :
Ils ne sont pas gentil à Bruxelles de dire cela juste avant les élections.
a écrit le 05/11/2015 à 12:38 :
merci d'éviter les erreurs mathématiques, ce n'est pas une baisse de 0.2% si le chômage passe de 10.4% à 10.2% mais de 0.2 points, je sais que c'est une erreur courante, mais c'est cours de maths de collège quand même...
Réponse de le 05/11/2015 à 13:29 :
Désolé, mais je crois que dans ce gouvernement il n'y a pas beaucoup qui ont compris quelque chose en maths, ni au collège ni avant.
a écrit le 05/11/2015 à 12:34 :
Le fiasco du dernier gouvernement entièrement socialiste en UE ....est validé ....reste à F.Hollande de démissionner ....et de connaitre le montant de l'ardoise...
a écrit le 05/11/2015 à 12:24 :
On est loin de retrouver une croissance suffisante pour tirer l'emploi , il aurait fallu semer les bonnes graines auparavant ( le pouvoir d'achat ) . Ils ont fait le contraire et continuent encore avec la revalorisation 1% du logement pour les impôts locaux . Les discours sont le contraire de ce qu'ils font .
Réponse de le 05/11/2015 à 15:10 :
Relance par la consommation et bâtiment, c'est le remède appliquer par les divers gouvernements lors des précédentes crises. Est-ce que ce choix a empêché nos industries de perdre du terrain, sur le marché national face aux importations, comme à l'export? Absolument pas !
Donc, même si relancer la conso et le BTP est bon médiatiquement et électoralement, la solution pour sauver le pédalo est ailleurs!
Les choix des investissements, des programmes de l'industrie du futur, de l'export, du numérique, du tourisme, de la recherche, de la réforme, de la modernisation, de l'adaptation,.......... sont les bons.
Ce n'est pas du court terme éphémère, mais résultat seront présents sur le long terme. Maintenant en 2016, l'état peut maintenant trouver les moyens de relancer le pouvoir d'achat et le BTP.
Mais les patrons prévoit déjà + de 2% d'augmentation pour les salaires en 2016, et en 2015 les augmentations sont déjà conséquentes!
Réponse de le 05/11/2015 à 15:29 :
"Les entreprises devraient augmenter les salaires de 2,4 % en 2016 en France"
2015 : "les revalorisations effectivement effectuées en sont finalement restées à 2,4 %"
"initialement les entreprises avaient tablé sur une hausse de 2,6 % cette année"
Cabinet Aon Hewitt, Le Figaro, le 03 septembre.
a écrit le 05/11/2015 à 12:19 :
C'est surtout 2019 qui sera dure à passer. il y aura un coup de mou sur le batiment, le pétrole grimpera de 10% et le Mexique sera en recession de 0,23%. Certes, 2024, là, le pied intégral : inflation de 34%, cours de l'or au plus bas, maisons à moitié prix et taux d'intérêt de 1,28%. Sinon, la notation AAA de Lehman, elle est toujours bonne..??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :