Immobilier : des acheteurs potentiels optimistes, mais jusqu'à quand ?

 |  | 652 mots
Les candidats à l’achat sont 80% à estimer que c'est le bon moment pour devenir propriétaire alors qu'ils étaient 61% en avril 2014.
Les candidats à l’achat sont 80% à estimer que c'est le bon moment pour devenir propriétaire alors qu'ils étaient 61% en avril 2014. (Crédits : Reuters)
Les taux d’intérêt historiquement bas galvanisent les potentiels acheteurs, selon une étude de l'Observatoire du Moral Immobilier. Mais une remontée pourrait vite les dissuader.

L'optimisme a beau être de mise chez les acheteurs potentiels, leur nombre n'est pourtant pas en augmentation. La dernière édition de l'Observatoire du Moral Immobilier, réalisée par Logic-Immo avec TNS Sofres, révèle que le nombre d'acquéreurs a baissé depuis avril 2014, passant de 3 millions à 2,5 millions. Elle note néanmoins une stabilité depuis trois trimestres. Des chiffres qui surprennent compte tenu d'un contexte où les taux d'intérêt sont historiquement bas, avec 2,33% en avril 2015, selon les données de la Banque de France. L'Observatoire Crédit Logement/CSA notait de son côté que les taux de crédit immobilier sont descendus à 2,03% en avril.

80% des acheteurs estiment que c'est le moment d'acheter

Pour autant, leur nombre a beau rester stable, les candidats à l'achat font preuve d'un enthousiasme sans précédent. Ainsi, "ils sont désormais 80%, soit 2 millions d'acheteurs, à estimer que c'est le bon moment pour devenir propriétaire alors qu'ils étaient 61% un an plus tôt".  A noter qu'en 2011, seulement 1,3 million des acheteurs potentiels étaient convaincus par les conditions du marché.

L'engouement est, sans surprise, dopé par des taux d'intérêt extrêmement avantageux. S'ils sont très informés par l'évolution de ces taux, ils se montrent tout particulièrement opportunistes puisque 85% d'entre eux les considèrent attractifs, contre 62% en avril 2014.

Les Français moins moroses

Les Français sont aussi moins pessimistes sur la situation économique en France. Depuis le début de l'année, l'Observatoire du Moral Immobilier constate une évolution : 57% prévoient ainsi que leur niveau de vie restera stationnaire dans les 6 prochains mois dans l'Hexagone. En avril 2014, ils étaient 46%. Parmi les raisons de cette évolution : la baisse du chômage, la reprise économique, des taux d'emprunt stables ou encore plus bas.

Pour autant, les acheteurs potentiels sont contraints de se plier à une autre réalité du marché devenue récurrente : depuis quatre ans, les intentions de vente stagnent à 2 millions. Résultat : en dépit de leur optimisme quant à réalisation de leur projet immobilier pour 58% d'entre eux, le manque de biens constitue l'obstacle numéro un qui pourrait empêcher la concrétisation d'un projet immobilier. En avril 2015, 71% des sondés "pensent ne pas réaliser leur projet à court terme faute de biens répondant à leurs critères". Pour autant, l'étude note que si les offres sont relativement restreintes, 73% des acheteurs ne sont pas prêts à acheter un bien sans avoir le coup de cœur.

 "Une éventuelle remontée des taux pourrait rapidement figer les projets en cours"

Si les acheteurs potentiels sont impactés par une situation où l'offre est inférieure à la demande, ils n'anticipent pas une hausse des taux d'intérêt avant six mois. Ainsi, seulement 23% d'entre eux expriment des inquiétudes sur une éventuelle remontée des taux qui pourrait freiner leur projet immobilier. Pourtant, pour Cyril Janin, porte-parole de l'Observatoire du Moral immobilier et directeur général du portail d'annonces immobilières Logic-Immo.com, une telle situation pourrait donner un sérieux coup de frein aux intentions d'achat :

 "Compte tenu de la forte sensibilité des acquéreurs au sujet de l'évolution des taux d'intérêt, une éventuelle remontée des taux d'emprunt pourrait rapidement figer les projets en cours et donner un coup de frein brutal à une demande encore fragilisée par le contexte économique", analyse Cyril Janin, porte-parole de l'Observatoire du Moral immobilier et directeur général du portail d'annonces immobilières Logic-Immo.com.

De plus, les acheteurs potentiels sondés sont 60% à estimer que les prix des appartements et des maisons devraient rester stables dans les six prochains mois contre 31% d'entre eux, qui a contrario, considèrent que les prix pourraient baisser.


___

L'enquête a été menée sur un échantillon représentatif de plus de 1228 personnes, interrogées en avril 2015, et ayant l'intention d'acquérir un logement. Source : observatoire du Moral Immobilier, TNS Sofres, Logic-Immo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2015 à 12:20 :
Achetez achetez les taux sont bas... crédit d'impot...

EN attendant en région parisienne un appartement acheté neuf 167 000 euros en 2007 ne cote plus que 150 000

Perte net 17 000 euros super placement... (en on ne compte pas les frais sur la période...

Les prix restent sur évalués de 70% faut être totalement à l'ouest pour acheter en ce moment ou vouloir perdre de l'argent...
a écrit le 18/06/2015 à 9:35 :
Bien sur que les taux d'emprunt ont tout intérêt à ne pas augmenter si on veut que le moral des acheteurs potentiels ne s'effondre pas. En attendant à la lecture de cet article je trouve qu'il faut regarder le verre à moitié plein plutôt que cette fâcheuse manie à ne voir que les choses en noir. http://www.bacotec.com
a écrit le 18/06/2015 à 8:02 :
Le biens ne sont pas sur le marché parce que l'immobilier est une béante niche fiscale en France. Supprimer taxe foncière, d'habitation et les droits de mutation. Les remplacer par 2-3% de la valeur de marché du bien par an, sans exception. Inclus la résidence principale.
a écrit le 17/06/2015 à 19:31 :
Oh, et je n'ai même pas mentionné la possibilité d'une augmentation des taux... Je ne vous laisse même pas imaginer l'impact sur les prix: Les taux augmentent de 1%? Cela entraine une baisse supplémentaire de 10% des prix (sur un marché équilibré avec au moins autant d'acheteurs que de vendeurs - ce qui n'est même pas le cas: les plus optimistes admettent 3millions de vendeurs pour 2millions d'acheteurs...) Lorsqu'il y a 1 acheteurs pour 2 vendeurs, le concept de "prix du marché" n'existe simplement plus du tout. C'est le plus désespéré qui vend. Les autres ne vendront tout simplement pas.
Réponse de le 17/06/2015 à 20:21 :
Il y a actuellement plus de vendeurs que d'acheteurs sur l'ensemble de l'hexagone mais pas dans les zones tendues et grands bassins d'emplois. Vous trouvez quantité de petites villes des industrialisées où 20% du parc est à vendre avec en face très peu d'acheteurs, par contre le moindre bien au prix du marché à Paris, Rennes, Lyon ou Strasbourg part en quelques jours. Encore une fois on ne manque pas de logements au sens comptable du terme en France, ils sont justes situés maintenant là où il n'y en a plus besoin.
a écrit le 17/06/2015 à 19:24 :
Il n'existe plus aucun levier à l'Etat pour empêcher la chute de l'immobilier (et sa manne de revenus associés pour l'état). Les taux sont déjà au plancher, le chômage augmente (d'environ 600 personnes par jour en France depuis 3 ans) malgré les embauches "temporaires" pour tenter de tricher sur l'annonce officielle de la tendance, les permis de construire ont déjà été limités fortement pour essayer de limiter l'offre, la façon officielle de comptabiliser les permis de construire à été trafficoté afin de cacher cette ingérence. Malgré tout cela. Les prix chutent. Les volumes de vente chutent. Et le papy boom arrive. Ajoutons que les taxes foncières augmenteront de 20% d'ici 2ans. Ensuite si vous êtes curieux, allez voir l'étude de frigitt (et non le détournement qu'en font certains médias). Il annonce une chute spéctaculaire imminente - pour tout un tas d'autres raisons.
Réponse de le 17/06/2015 à 20:19 :
Ça sent l'aigreur du locataire ou de l'investisseur de 2008...!
Continuer à rabâcher et laissez nous amortir pendant ce temps.
Le temps,ce facteur qui finit par donner raison.
a écrit le 17/06/2015 à 18:43 :
J'avoue avoir une certaines fascination pour cette pratique qui consiste à expliquer sans relâche depuis des lustres que l'immobilier va s'effondrer.
Certes ça finira bien par arriver,encore que...
J'entends déjà les nostradamus de la baisse nous expliquer qu'ils l'avaient prédis...
Au même titre que vous avez besoin de vous nourrir,vous avez besoin de vous loger.
L'histoire nous démontre que ca descend un peu et que ça monte beaucoup.
C'est ainsi...n'en déplaise aux prédicateurs de l'apocalypse,locataires à vie dans l'attente du big bang immobilier...


Réponse de le 18/06/2015 à 8:30 :
Certes les francais ont besoin de se loger. Mais vous etes je suppose au courant que plus en plus de francais quitte le pays pour fuir le chomage (et aussi les loyers delirants par rapport aux salaires). donc vous allez avoir une demande SOLVABLE de plus en plus faible. Evidement vous pouvez toujours esperer vous refaire avec les africains qui arrivent en masse, mais il y a juste un probleme : ils ont pas un rond ;-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :