La CGT annonce 400.000 fonctionnaires et cheminots dans les rues françaises

 |   |  440  mots
Aujourd'hui est un jour qui fera date, a affirmé Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT fonction publique, premier syndicat, s'appuyant sur une progression de 40% du nombre de manifestations recensées vendredi en France, par rapport à la précédente mobilisation du 10 octobre.
Aujourd'hui est un jour qui fera date", a affirmé Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT fonction publique, premier syndicat, s'appuyant sur "une progression de 40% du nombre de manifestations" recensées vendredi en France, par rapport à la précédente mobilisation du 10 octobre. (Crédits : Charles Platiau)
A Paris, ils seraient 40.000 à avoir manifesté, selon le syndicat. Cette journée de mobilisation intervient alors que sept organisations syndicales avaient appelé à la grève après les réformes annoncées par le gouvernement, notamment sur le statut des cheminots.

(Article publié à 17h24 et mis à jour à 18h20)

Les manifestations de fonctionnaires ont réuni jeudi plus de 400.000 personnes en France selon un premier décompte de la CGT, dont 40.000 à Paris, a annoncé à l'AFP Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT Fonction publique. Le collectif des médias a décompté, quant à lui, 34.700 manifestants à Paris.

Le responsable syndical a précisé qu'il manquait encore les chiffres dans une soixantaine de villes. Selon un décompte provisoire effectué par l'AFP à 16H30, à partir des chiffres fournis par la police, plus de 115.000 personnes ont manifesté jeudi en France, hors Paris.

Les responsables des sept organisations syndicales (CGT, FO, FSU, CFTC, Solidaires, FA-FP et CFE-CGC) ayant appelé à la grève ce vendredi ont pris la tête du cortège, parti de Bercy pour rejoindre les cheminots à Bastille, derrière une banderole unitaire: "pour la fonction publique, les salaires, l'emploi et le statut".

"Marre d'être les boucs émissaires"

"Aujourd'hui est un jour qui fera date", a affirmé Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT fonction publique, premier syndicat, s'appuyant sur "une progression de 40% du nombre de manifestations" recensées vendredi en France, par rapport à la précédente mobilisation du 10 octobre.

Deux autres syndicats (CFDT et Unsa) avaient alors appelé à faire grève.

Selon M. Canon, "les fonctionnaires en ont marre d'être les boucs émissaires, le gouvernement avance sans prendre en compte ce que les syndicats lui disent" et il "minimise le réel mécontentement".

Le pire est à venir ?

Les agents publics portent deux "exigences", à savoir "la question du pouvoir d'achat" et la défense du statut, a résumé Bernadette Groison de la FSU.

Selon elle, "le projet du gouvernement c'est d'arriver à moins d'Etat, moins de services publics" mais "il ne n'assume pas".

"Quand on défend le statut, on ne défend pas seulement le cadre d'emploi des agents, on défend un modèle de société", a poursuivi Christian Grolier de FO, en disant espérer que l'exécutif "va enfin faire un vrai dialogue social".

"Pour le moment, il est unilatéral" et il porte un projet "de destruction de la fonction publique", a rebondi Denis Turbet-Delof pour Solidaires.

Et le syndicaliste de prévenir :

"Si le gouvernement ce soir ou demain dit: 'c'est l'expression de colère habituelle, on a l'habitude, on continue notre projet', je crains le pire pour les mois à venir".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2018 à 11:02 :
La popularité de Macron au plus haut dans les sondages soutenue par la société civile qui approuve à 100% les réformes de la fonction publique, territoriale et des fonctionnaires. La France dans un état piteux ne peut plus se permettre d'entretenir ses 6 millions d'assistés agents publiques et les salariés des entreprises de type sncf ratp areva air france... Il y a urgence à réformer ces corporatistes et égoïstes plus soucieux de leur nombril que de l'intérêt de la collectivité !
Réponse de le 24/03/2018 à 11:56 :
vous seriez dans le secteur public vous agiriez exactement comme ceux que vous fustigez....donnez-moi votre secteur d ' activité et votre fonction et je vous trouve des situations de rentes, des privilèges indus, des anarques financières, éco, fiscales, sociales...
Réponse de le 24/03/2018 à 12:06 :
amusant que vous évoquiez le" nombril, le corporatisme du secteur public" car on trouve exactement les mêmes travers dans le secteur privé :
lobbying, caste sociale, individualisme forcené..."
les 6 millions d ' assistés sont aussi des consommateurs. si vous les supprimer par une baguette magique dont vous avez sans doute le secret,
le secteur privé n' a pas les capacités d' absorber un tel nombre. Pour mémoire , il ya 400-500000 offres d' emplois non-pourvus! fuère plus
ENFIN votre "haine" du secteur public indique votre propre malaise perso..êtes vous content de votre situation professionnelle? sinon changez-en ....il y a 400 postes de conducteurs de train en IDF non pourvu depuis 2 ans à la SNCF.... 400 POSTES de priviliégiés grassement payés avec pleins d' avantages et de privilièges alors tenté?
a écrit le 23/03/2018 à 8:09 :
Demain, les services publics seront rendu par des agents qui ont été privatisé et quand on vois ce qui se passe dans le privé, vous aurez l'équivalent de controleurs qui conduiront vos trains. Des gens sous payés et exploité.

Je dit ça car c'est ce que je vis dans le privé et j'ai les boulles!
a écrit le 23/03/2018 à 7:09 :
400 000 personnes dans les rues , moins de 10% des effectifs de la fonction publique! bof!!
cela fait toujours drôle t'entendre dire on manifeste ou on se met en gréve pour sauver le pseudo modèle sociale français , mais jamais au grand jamais pour préserver nos avantages de fonctionnaires , ces gens n'ont même pas le courage d'assumer leurs actes

On ne dira jamais assez que quelle que soit la qualité du travail fourni le fonctionnaire est intouchable, le taux d'absentéisme dans la fonction publique est le plus élevé dans ce pays .
Une bonne politique à la Reagan ou à la Thatcher ferait un grand bien à ce pays.
Que la SNCF mette la clé sous la porte et des compagnies privées prendront la suite.

Je passe 50% de mon temps en voyage dans le monde et nul part ailleurs je n'ai observé une pagaille à la française.
Au cours de mes voyages je mets toujours en garde les étrangers rencontrés sur le risque pris en venant en France , entre grèves et arnaques le voyage se transformera souvent en cauchemar.
La France est un beau pays mais malheureusement il y a les français
Réponse de le 23/03/2018 à 8:13 :
Si l'herbe est plus verte cher le voisin, pourquoi ne partez vous pas pour de bon?
Réponse de le 23/03/2018 à 9:48 :
Il faut aller habiter à l' étranger mon gars ...!
Réponse de le 24/03/2018 à 12:12 :
comme évoqué dans l' article de ce quotidien ce jour ( auteur Jean-françois PECRESSE , qui n' est certainement pas un apôtre du secteur publique), la pagaille dont vous faites part et concernant la sncf, n ' est pas la responsabilité des personnels concernés mais des valses politico-financières de nos hommes politiques ce qui désorganisent la sncf et les entreprises du même acabit
lisez donc, faites la part des choses et ouvrez vos chakras...
a écrit le 23/03/2018 à 7:03 :
520000 jours de grève à la SNCF en 2017 ça coûte combien au pays ? Retraite moyenne brute d’un cheminot en 2017 : 2200 € et donc un déficit de cette branche payé par le contribuable 4Mds d’euros.
Avec 80000 lois et 400000 normes pondus par la fonction publique et un président avec beaucoup de français qui n’aiment pas la finance et les entrepreneurs comment voulez vous que les emplois soient créés en France surtout quand la culture de la grève tient lieu de dialogue social.
Avec des charges sociales employeurs supérieures à 45% alors que dans les autres pays autour de nous elles sont inférieures à 30% comment voulez-vous que l’on crée des emplois ?
Pour distribuer il faut d’abord gagner de l’argent et quand on parle cagnotte avec 80 Mds de déficit c’est à désespérer.
On est les bons derniers dans tous les classements mais il faut surtout que rien ne change.
a écrit le 23/03/2018 à 6:26 :
Ancien fonctionnaire n’y trouvant pas mon compte, je suis passé à autre chose, combien sont capables de le faire ? Je trouve plus judicieux de faire cette démarche que de manifester mon insatisfaction
Réponse de le 24/03/2018 à 11:50 :
vous avez eu sans doute le bon âge pour le faire , pas sûr que la tranche 40-55 ans ait l' opportunité et réellement la possibilité de se réinsérer dans le secteur privé..qui de toute façon vu leur âge et les parcours ne les embauchera pas..................
quand à devenir auto-entrepreneur tout le monde n ' a pas l' âme -ni les compétences et dispositions-d' un artisan, d' un patron etc...
j' en veux pour exemple l ' article précédent du " guichet des départs volontaires" dans la fonction publique qui n' a trouvé que quelques dizaines-centaines de candidats sur les milliers espérés....pas si simple et les situation sont trés diverses...
a écrit le 23/03/2018 à 6:08 :
Aller vers l'affrontement pour tester les forces de l'adversité et savoir jusqu'où enfoncer les portes sans provoquer de grave déséquilibre n'est pas la meilleure manière de gérer les affaires d'un pays.
Cela relève d'une conduite d'enfant gâté qui teste la résistance de parents pour obtenir un maximum alors qu'il aurait pu obtenir presque l'équivalence par consensus sans chercher la bagarre.
Cette façon de procéder montre tout simplement une relation de dominant à dominés, d'un représentant de faction et non pas une relation d'élu représentant une nation.

Le Président Macron agit comme un enfant gâté.
Toute sa conduite et ses commentaires nous montrent ce côté de représentant de faction prêt à enfoncer des portes et ignorer des signaux d'avertissement.
Mais il a oublié ces choses les plus importantes qui devraient régler les rapports d'un dirigeant avec la nation.

- La proclamation d'une république démocratique et sociale par l'article 1er de la Constitution du 4 octobre 1958.
- Le principe même de la République qui est le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple imposé par l'article 2 de la Constitution.
- La souveraineté nationale exercée à égalité par les représentants du peuple et par référendum définie par l'article 3 de la Constitution.
- Et aussi et surtout le rôle des partis et groupements politiques clairement délimité par l'article 4, qui est de concourir à l'expression du suffrage et non pas de se substituer au peuple en confisquant sa souveraineté.

Or que fait ce roi trouvé, alors qu'il ne représente pas même le tiers des citoyens du pays, sinon que d'imposer des réformes dont on peut légitimement douter qu'elles soient réellement nécessaires autrement que par sa démarche terriblement antisociale et ultra-libérale.

Car ce n'est plus par de la gestion courante qu'il cherche à modifier des règles structurelles de fonctionnement. C'est la structure sociale profonde de la République dont il entend changer l'état.
Et il est loin d'être prouvé que ce qu'il entreprend va dans le sens d'un meilleur équilibre, d'une meilleure cohésion sociale, de plus grandes justice et égalité de toutes les couches sociales de la nation.

Les questions sont simples :

- Le statut des cheminots est il responsable de la situation financière catastrophique de la SNCF ? NON !
- Le statut des fonctionnaires et leur rabaissement est il nécessaire pour un meilleur fonctionnement des trois fonctions publiques et revient il plus cher que leur privatisation/précarisation ? Non !
- Ces mesures vont elles dans un sens de progrès social ? NON !
- La nation lui a t'elle donné mandat pour ces changements ? NON !

Comment alors qualifier sa conduite et les actions qu'il enchaîne ?

La modernité voulue par Mr Macron est un leurre qui traduit bien son état d'esprit et son inimitié pour les recettes de ce qu'il qualifie de « vieux monde ». Ce qui est catastrophique est qu'elle traduit bien aussi un virage à 180° d'un qualificatif de la République : une république démocratique et sociale !
Réponse de le 23/03/2018 à 7:20 :
Lol ! Les enfants gâtés sont plutôt les cheminots et fonctionnaires ! Venez voir l’avenir des enfants notamment en Tunisie pas de boulot pas de perspective d avenir si ce n est d essayer de venir en Europe percevoir le Rmi !
Réponse de le 23/03/2018 à 8:21 :
Qu'est que qu'on peu lire comme connerie...
Réponse de le 23/03/2018 à 8:22 :
Qu'est que qu'on peu lire comme connerie...
Parler de démocratie alors qu'on empêche des gens d'aller travailler laissez moi rire.
Réponse de le 23/03/2018 à 8:24 :
Faut pas parler de démocratie, alors qu'on empêche les gens d'aller travailler
Réponse de le 23/03/2018 à 9:52 :
"Lol ! Les enfants gâtés sont plutôt les cheminots et fonctionnaires ! "

Ben oui c'est évident voyons...

"Classement Bloomberg: 500 milliardaires de plus en plus riches" http://www.rfi.fr/economie/20171228-classement-bloomberg-500-milliardaires-plus-plus-riches

JE signale votre trollage, vous ne devriez pas insister avec moi la modération apprend beaucoup de vos harcèlements à mon encontre, vraiment.

Vous voyez je suis sympa de vous le dire démontrant que je n'ai même pas de stratégie dans le domaine...

Mon pauvre ami, sortez et respirez un coup, vous en avez pas marre de vous ridiculiser de la sorte ?
a écrit le 23/03/2018 à 5:34 :
A l'epoque de la Stazi, a l'Est durant les mouvements, des photos etaient prises et apres on agissait discretement. C'etait le bon temps.
Evidemment pour les grincheux, c'est du 2nd degre. Aujourd'hui on est soft, on fait des ordonnances, comme chez le toubib.
Ce pays est a la ramasse.
a écrit le 22/03/2018 à 22:31 :
Les militants CGT n' ont qu' un problème, ce sont leurs cadres qui prônent l' autre impossible Europe amendable comme depuis 35 ans et qui traitent par commodité de rouge bruns amalgamant tous ceux qui règlent le problème de l' article 106 du TFUE qui commande le démembrement du service public par l' exposition au privé par la seule sortie de l' Ue ou FREXIT, tout en se cachant derrière leur petit doigt.
Un Martinez qui a appelé à voter Macron devrait s ' interroger définitivement sur le financement de son syndicat par la CES ou Confédération Européenne des Syndicats à la seule fin d' éclairer définitivement le débat sur ce positionnement ..
https://www.youtube.com/watch?v=3A6SH-HnH_Q
Sur celui de l' UPR et tel que reconnu à l' observation de son programme, il apparait classé et reconnu Divers à sa lecture programmatique ..
Déclaration de F. ASSELINEAU président fondateur de l' UPR du 14 mai 2014

L'UPR OBTIENT GAIN DE CAUSE POUR SA CLASSIFICATION POLITIQUE ===
SUITE À NOTRE DEMANDE ET APRÈS ÉTUDE DE NOTRE PROGRAMME, LE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR A DÉCIDÉ DE CLASSER LES LISTES UPR EN "Listes Diverses" (LDIV) ET NON PLUS EN "Listes Divers Droite" (LDVD).
a écrit le 22/03/2018 à 21:34 :
les français ne veulent pas entendre le mot ! ORDONANCE..de toute façon qui précipite ses pas tombe !
a écrit le 22/03/2018 à 20:40 :
Et hopp gros bide comme prévu. Leur souhaite du beau temps pour leur prochaine marche, c est plus sympa pour les merguez et puis ils vont pas avoir 36 occasions.
a écrit le 22/03/2018 à 18:08 :
400 000 communistes dans les rues cela fait beaucoup. Va t'on devenir un Cuba bis?
a écrit le 22/03/2018 à 18:05 :
400'000 cheminots et fonctionnaires dans la rue.
C'est juste le nombre qu'il faut virer pour qu'il reste un nombre raisonnable pour avoir une administration normale et efficace.
a écrit le 22/03/2018 à 17:37 :
"Si le gouvernement ce soir ou demain dit: 'c'est l'expression de colère habituelle, on a l'habitude, on continue notre projet',"

Ce sont des comptables les gars, ils ne sont pas là pour écouter les citoyens mais seulement pour obéir à leurs patrons et ceux ci ne veulent certainement pas, d'autant qu'ils ont leur petit personne au pouvoir actuellement ce serait quand même dommage de ne pas en profiter totalement, penser à autre chose que leurs seuls et uniques intérêts.

Bah de toutes façons comme d'habitude les médias de masse sont là pour leur torcher le derrière à tous hein, comme d'habitude ils vont faire tout le boulot de casse habituel des mouvements sociaux et pensées libres.

N'oubliez pas que la guerre des classes est perdue, que les riches l'ont gagné haut la main et que du coup ils ont dorénavant tous les pouvoirs.

Honnêtement, descendre dans la rue pour demander une sortie de l'europe les embêterait bien plus nos thuriféraires hein...
Réponse de le 22/03/2018 à 23:30 :
Pauvre France!
Réponse de le 23/03/2018 à 8:52 :
La france n'existe plus, elle est intégrée au consortium financier européen hein.

Pauvre europe devrait on dire parce que les français ne sont pas les seuls à être maltraités...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :