La CGT se comporte "comme des voyous, comme des terroristes"

Dans une interview au journal Le Monde, le patron du Medef, Pierre Gattaz, revient sur les manifestations qui perdurent contre la loi Travail et fustige la CGT. Des propos qui pèsent sur la négociation sur l'assurance chômage dont une réunion se tient ce lundi 30 mai.
Ces blocages, qui sont la plupart du temps illégaux, vont créer du chômage. C’est pourquoi nous demandons le retour de l’Etat de droit, a déclaré Pierre Gattaz au Monde.
"Ces blocages, qui sont la plupart du temps illégaux, vont créer du chômage. C’est pourquoi nous demandons le retour de l’Etat de droit", a déclaré Pierre Gattaz au Monde. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)

Deux mois et demi après les premières manifestations contre la loi Travail, le président du Medef, Pierre Gattaz exprime son "ras-le-bol" face aux mouvements sociaux qui perdurent.

Le syndicat de Philippe Martinez fustigé

"Faire respecter l'Etat de droit, c'est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes, ne bloquent pas tout le pays", a déclaré au Monde le patron des patrons à propos de la CGT.

Le président du Medef estime qu'il ne faut "pas céder au chantage, à l'intimidation, à la terreur" qu'il attribue au syndicat de Philippe Martinez. Selon lui : "On ne peut pas laisser une minorité agissante, révolutionnaire, paralyser l'économie. c'est la capacité de la France à se réformer qui est en jeu. Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage."

Faisant référence au syndicat CGT-Livre qui a empêché la parution jeudi dernier des quotidiens qui "ont refusé de publier un tract" de Philippe Martinez, Pierre Gattaz ne mâche ses mots et compare la situation à "une dictature stalinienne".

Préserver l'article 2

Selon le président du Medef, il est nécessaire de conserver l'article 2 de la loi Travail qui permet aux entreprises d'adapter les modalités de temps de travail. D'après lui, ce serait "la seule disposition intéressante qui subsiste après les réécritures successives du texte. Il fait prévaloir l'accord d'entreprise et permet ainsi aux employeurs de négocier avec les salariés des règles adaptées aux réalités du terrain".

Pour lui, préserver cet article semble non négociable : "S'il disparaissait, nous demanderions le retrait du projet de loi", a-t-il affirmé au Monde.

"L'accent doit être mis en faveur des TPE-PME, afin qu'elles aillent mieux et qu'elles n'aient pas peur d'embaucher. Sinon, le projet de loi risque de ne servir à rien", estime Pierre Gattaz.

Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon n'a pas tardé à réagir.

 Mehdi Ouraoui, membre du conseil national du Parti socialiste a également réagi sur le réseau social.

L'hypothèse Macron président

Quant à l'hypothèse d'une candidature du ministre de l'Économie à la présidentielle de 2017, Pierre Gattaz affirme qu'il a "toujours dit qu'Emmanuel Macron apporte une compréhension et une acceptation de l'économie de marché. Il connaît l'entreprise de l'intérieur. Il transcende le clivage politique gauche-droite, ce qui me va très bien."

Des propos jugés "indignes"

"Parler de terroristes, dans un pays qui a connu des vrais actes terroristes, ce sont des propos indignes et scandaleux du patron des patrons!", s'est exprimé Eric Aubin, négociateur CGT pour l'assurance chômage, à son arrivée au siège du Medef.

La CGT a également ajouté "c'est Pierre Gattaz qui mène le chantage" auprès du gouvernement sur la loi Travail en "disant qu'il pourrait être amené à quitter la table des négociations".

Un communiqué a été publié sur Twitter par plusieurs élus ou membres du Parti socialiste demandant au président du Medef de retirer s'excuser et de retirer ses propos.

La négociation assurance chômage compromise

Autant d'énervements qui ne vont pas arranger le déroulé de la négociation sur l'assurance chômage. La réunion de ce lundi 30 mai étant sensée être l'avant-dernière afin que la nouvelle convention puisse s'appliquer le 1er juillet prochain. Pour ce faire, vendredi 27 février, le Medef a envoyé aux syndicats un projet d'accord.

Afin de réaliser des économies, le texte propose de porter de 50 à 59 ans l'âge à partir duquel la durée d'indemnisation maximale passe de vingt-quatre à trente-six mois. Il propose aussi de revoir le mode de calcul de l'allocation et de durcir les règles pour les demandeurs d'emploi alternant contrats courts et périodes de chômage. En revanche, le Medef refuse toujours toute hausse de cotisations, notamment sur les contrats courts, comme le demande pourtant l'ensemble des syndicats.

Dans ces conditions, il est fort possible que la négociation soit ajournée pour un temps. Si cela se confirme, alors les règles actuelles resteront en vigueur au-delà du 1er juillet.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 31/05/2016 à 22:03
Signaler
bien dit monsieur Gattaz ,s est vraiment ça la CGT une bande de voyous,ils en font et disent beaucoup plus que cela ces syndicats, pas les plaindre,, eux ont aucun respect pour les autres

le 01/06/2016 à 1:39
Signaler
@ FRIPON BONJOUR : pourriez vus traduire votre intervention en français en l'état actuel il est incompréhensible merci !

le 01/06/2016 à 1:40
Signaler
@ FRIPON BONJOUR : pourriez vus traduire votre intervention en français en l'état actuel il est incompréhensible merci !

à écrit le 31/05/2016 à 13:11
Signaler
Bien dit M. Gattaz. C'est exact.

à écrit le 31/05/2016 à 9:12
Signaler
Manuel Valls comme ses prédécesseurs va baissé son froc devant la dictature des syndicats publics et fonctionnaires y compris les entreprises publiques qui ruinent notre pays et l'enfonce dans son déclin...

à écrit le 31/05/2016 à 9:10
Signaler
Venant de la bouche de Monsieur Gattaz c'est collector,pour le mot voyou.

à écrit le 31/05/2016 à 5:06
Signaler
C'est vrai que la CGT n'est jamais dans l'outrance. L'épisode du tract de Martinez à diffuser sous peine de non parution on le qualifie comment ? Ce syndicat est responsable de milliers de chômeurs et est un saboteur de ce pays au nom d'une idéologie...

le 31/05/2016 à 22:34
Signaler
A qui tu veux faire croire qu'un syndicat est responsable de milliers de chomeurs. Les responsables sont les politiciens, et les patrons de multinationales.

à écrit le 31/05/2016 à 0:30
Signaler
Ce brave homme a encore perdu une occasion de se taire...prise d'otage, terrorisme, les victimes de véritables actes de ce genre apprécieront... Je me permet " il chambre Gattaz", c'est du même tonneau, celui de la vulgarité, et ce petit monsieur e...

à écrit le 30/05/2016 à 23:34
Signaler
On peut penser tout ce qu'on veut de la crise actuelle, mais les interventions de Pierre GATTAZ n'arrangent rien. Le dirigeant actuel du Medef semble maladroit et impulsif. Le patronat gagnerait à se faire représenter par quelqu'un de plus ration...

à écrit le 30/05/2016 à 23:13
Signaler
Les vrais "terroristes" sont ceux qui s'accaparent les richesses sans les redistribuer ou en les cachant.... Pour ma part, je soutiens ces mouvements car je n'ai pas les moyens de me mettre en grève. Quand on voit la concentration des richesses entre...

à écrit le 30/05/2016 à 23:07
Signaler
@ BONSOIR ET BONNE NUIT A TOUS ! Mais c'est un réel plaisir je dirai même plus c' est un met de roi de s faire traiter des voyous et des terroristes par GATTAZ lui l'affameur GATTAZ lui le responsable du chômage qui explose dans notre pays à par...

à écrit le 30/05/2016 à 22:23
Signaler
M. GATTAZ est le digne représentant du syndicat le plus sectaire de France, le MEDEF. Que dire de ses propositions sur l'assurance chomage ou il propose de faire passer la notion de séniorité de 50 à 59 ans. Il est dans la provocation et la sous-ench...

à écrit le 30/05/2016 à 21:59
Signaler
Le mot terroriste prononcé par Gattaz à la même connotation que sous Vichy... On pourrait aussi dire résistance à une loi inique. D'ailleurs la situation ne s'améliore-t-elle bien avant même que cette loi soit active, si elle le devient. Gardons l...

à écrit le 30/05/2016 à 21:42
Signaler
une seule option avec la CGT , cette organisation marxiste qui cache son activisme politique de type stalinien derrière une couverture syndicaliste . En opposition constante à la loi républicaine et aux principes démocratiques , la CGT doit être DISS...

à écrit le 30/05/2016 à 21:28
Signaler
Alors voilà où nous en sommes : Syndicalistes et manifestants, des voyous qui veulent détruire la société ! IL faut rappeller à ce monsieur très convaincu de ses droits et de ses raisons certaines notions politiques qu'il doit connaître :...

à écrit le 30/05/2016 à 20:30
Signaler
Il est encore temps d'agir pour se débarrasser du terrorisme économique orchestré par le MEDEF, qu'en est-il au sein de l'entreprise de sieur Gattaz, président du directoire de l'entreprise Radiall ? Cette entreprise Gattazienne paie t-elle ses...

à écrit le 30/05/2016 à 19:29
Signaler
Les mots on un sens. En France en 2016 des personnes portent dans leur chair et subiront toute leur vie ce qu'est le véritable terrorisme . D'autres malheureusement y on laisser leur vie. L'emploi ce ce mot par Mr Gattaz pour qualifier un syndicat es...

à écrit le 30/05/2016 à 19:09
Signaler
Les mots sont exagérés, alors que les travailleurs subissent le dicta du système , un référendum en la matière s'impose !

à écrit le 30/05/2016 à 19:09
Signaler
Quelle offensive généralisée,plus c'est gros, mieux c'est, l’excès montre la peur de Mr Gattaz responsable du MEDEF comme l'était son père du CNPF la caste des patrons... Hier le dérapage de Mr Macron,fils de bonne famille et porteur de costard qui ...

à écrit le 30/05/2016 à 18:29
Signaler
Bravo! Enfin quelqu'un qui ose dire de façon claire et nette ce que beaucoup de gens pensent. Ça fait du bien...

le 31/05/2016 à 10:15
Signaler
Lorsque les agriculteurs détruisent et polluent nos villes,brûlent les portiques écotaxes payés par les contribuables,quand les patrons routiers envoient leurs salariés bloquer les routes...Mr Gattaz se fait porter pâle...!!!La police est casernée.....

à écrit le 30/05/2016 à 18:27
Signaler
Les masques tombent ! On voit bien que c'est le MEDEF qui a inspiré (écrit?) cette loi travail. On voit aussi que GATTAZ n'a pas de mal a boucler ses fins de mois. Honte a lui pour ces comparaisons obscènes... Et je ne suis pas CGTiste...

à écrit le 30/05/2016 à 18:23
Signaler
C'est drole en ce moment, les voyous et terroristes des banlieues sont presque imprenables et trafiquent en toute impunité alors que les chomeurs et les travailleurs se font matraqués et insultés par l'oligarchie. En France comme ailleurs d'ailleurs.

à écrit le 30/05/2016 à 18:22
Signaler
ceux qui travaillent notamment dans l'industrie savent pertinemment que les propos du MEDEF sont exacts. Les délégués CGT ne foutent strictement RIEN, picolent pour certains, glandent au sein de l'E. et défendent exclusivement leurs avantages (la gla...

le 30/05/2016 à 21:20
Signaler
Et à qui ces "vrais travailleurs" s'adressent-ils lorsqu'ils ont un problème dans l'E?Combien de fois n'ai-je entendu mes collègues critiquer les syndicats' ces bons à rien payés par l'Etat(Sic...).Mais lors d'un conflit avec notre employeur, le prem...

à écrit le 30/05/2016 à 17:51
Signaler
Gattaz exagère , on peut le comprendre . Mais il devrait s excuser du terme terroriste . Car s ils sont opposés ils font voter aux deuxième tour , toujours pour un libéral .

le 30/05/2016 à 18:36
Signaler
Gattaz qui a menacé de boycotter le tripartisme vole maintenant au secours de ce qui se dit être notre "gouvernement". Quand Hollande disait détester les riches et les banques... Certains l'ont cru ! Politique et Patronat s'allient pour le Profit, a...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.